EN TOUTE SIM­PLI­CI­TÉ

Clau­dine Mercier a fran­chi le cap de la cin­quan­taine en no­vembre der­nier, un mois après avoir ef­fec­tué sa grande ren­trée mont­réa­laise. Fi­dèle à elle-même, l’hu­mo­riste a pré­fé­ré sou­li­gner l’évé­ne­ment sim­ple­ment, sans fla-fla.

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Marc-an­dré Le­mieux MARC-ANDRE.LE­MIEUX@JOUR­NALMTL.COM Elle se­ra de re­tour à Mon­tréal le 13 avril à la Salle Wil­frid-pel­le­tier de la Place des Arts.

« J’avais aver­ti mon chum : je ve­nais de don­ner la pre­mière de mon nou­veau show, j’avais eu ma dose d’émo­tions… Je n’en vou­lais plus !, s’ex­clame la co­mique, confor­ta­ble­ment ins­tal­lée dans sa loge au Théâtre St-de­nis. On a or­ga­ni­sé de pe­tites fêtes sé­pa­rées : un par­ty avec les amis, un par­ty avec la fa­mille, un par­ty avec la gang au tra­vail… C’était par­fait. »

Comme plu­sieurs ex-qua­dra­gé­naires, Claude Mercier ap­pré­hen­dait ce pas­sage obli­gé. « Quand j’ai eu 40 ans, j’ai trou­vé ça drôle, j’ai trou­vé ça l’fun, ra­conte-t-elle. Mais là, 50 ans, je trouve ça rentre

de­dans. Les chan­ge­ments hor­mo­naux, les re­mises en ques­tions, les ré­flexions. Où est-ce que je suis ren­due dans la vie ? Qu’est-ce que je veux faire ? C’est spécial. C’est comme une crise d’ado­les­cence. C’est une pé­riode riche en nou­velles ex­pé­riences. »

L’âge n’a tou­te­fois pas tem­pé­ré son amour pour la tour­née, la vie sur la route et sur­tout, les ren­contres avec ses fans. « Al­ler voir le monde, j’aime tou­jours ça, in­siste-t-elle. Quand j’étais jeune, j’étais ven­deuse pour ga­gner ma vie… Au sa­laire mi­ni­mum. Mais je n’étais pas mal­heu­reuse parce que j’aime le contact avec les gens. Tra­vailler avec le pu­blic, ce n’est pas un ef­fort pour moi. »

UN SUC­CÈS RÉ­CON­FOR­TANT

Bien qu’elle vienne d’avoir 50 ans, Clau­dine Mercier a l’em­ploi du temps d’une fille de 20 ans. Un seul coup d’oeil à son ho­raire de tour­née suf­fit pour s’en aper­ce­voir. D’ici la fin de l’an­née, elle par­cour­ra le Qué­bec avec son qua­trième one wo­man show, Dans le champ. Elle mon­te­ra sur scène en moyenne trois fois par se­maine, his­toire de dé­ri­der le plus d’ama­teurs pos­sible. Et à en ju­ger par les pre­miers ré­sul­tats aux gui­chets, tout in­dique qu’elle pour­rait éclip­ser la marque éta­blie par son pré­cé­dent spec­tacle, le­quel avait at­ti­ré pas moins de 282 774 per­sonnes au mi­lieu des an­nées 2000.

« On est ren­dus à 85 000 billets ven­dus après seule­ment quatre mois, dit-elle. Je suis vrai­ment contente. Par­tout où on va, c’est com­plet. Je croise mes doigts pour que ça conti­nue. »

Ce suc­cès ins­tan­ta­né ras­sure l’hu­mo- riste, qui n’avait pas ca­ché ses craintes avant de re­nouer avec les planches et le feu des pro­jec­teurs.

« Je me suis po­sé beau­coup de ques­tions pen­dant la créa­tion du spec­tacle. Mais de­puis que j’ai com­men­cé la tour­née, je n’y pense plus, af­firme-t-elle. Je suis contente du ré­sul­tat. Les gens ne sont pas dé­çus. Ça me rend heu­reuse. »

Cette fois-ci, Clau­dine Mercier mise da­van­tage sur les nu­mé­ros de stand-up pour pro­vo­quer les rires. Cette dé­ci­sion, elle l’a prise après avoir consta­té la ré­ac­tion sou­le­vée par son dis­cours sur les mam­mo­gra­phies, un mo­no­logue qu’elle li­vrait sur scène il y a quelques an­nées.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.