SES NOU­VELLES VIC­TIMES

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND -

Que les fans de l’imi­ta­trice se ras­surent : Clau­dine Mercier ne dé­laisse pas les pas­tiches pour au­tant. Par­mi ses nou­velles « vic­times », ci­tons Coeur de pi­rate, Bri­gitte Bois­jo­li, La­dy Ga­ga, Ima, Marie-chan­tal Tou­pin, Sha­ki­ra, Marie-mai et Sté­pha­nie La­pointe.

« J’ai es­sayé de me te­nir loin de ces imi­ta­tions pré­cé­dentes, sou­ligne-t-elle. Je les ai presque toutes faites : Édith Piaf, Vé­ro­nique San­son, Diane Du­fresne… Je vou­lais me re­nou­ve­ler ; il fal­lait que j’aille ailleurs. »

Clau­dine Mercier avoue avoir eu de la dif­fi­cul­té à dé­ni­cher de nou­velles têtes de Turc. « Je trouve ça de plus en plus dif­fi­cile de trou­ver des chan­teuses que tout le monde connaît. Avec l’éta­le­ment mé­dia­tique, c’est le gros dé­fi. Quand j’ai com­men­cé ma car­rière, tout le monde connais­sait Mit­sou, Marie Car­men, Kath­leen, Jo­hanne Blouin… Au­jourd’hui, ce n’est plus vrai­ment le cas. Au dé­but de la tour­née, je re­pre­nais une chan­son de Jes­sie J : Price

Tag. Ça jouait tout le temps à la ra­dio cet été. Mais quand je l’imi­tais en show, je sen­tais que la moi­tié de la sal- le ne sa­vait pas qui c’était. C’est dur de ra­tis­ser large. »

HU­MOUR BON EN­FANT

Clau­dine Mercier ne verse pas dans l’hu­mour vul­gaire. Chose rare par les temps qui courent. Hor­mis quelques sacres ju­di­cieu­se­ment pla­cés, la co­mique évite les ju­rons et pri­vi­lé­gie les blagues bon en­fant dans son nou­veau spec­tacle.

« L’hu­mour mé­chant, ce n’est pas pour moi, in­dique-t-elle. Quand je fais une joke un peu bitch, j’ai de la misère à vivre avec. Je ne suis pas ca­pable de l’as­su­mer. Je suis comme ça: je suis une fille qui aime tout le monde, pis qui veut que tout le monde soit heu­reux. Si on me di­sait qu’un de mes nu­mé­ros fai­sait de la peine à quel­qu’un, je trou­ve­rais ça moins drôle. »

En tant que spec­ta­trice, Clau­dine Mercier ap­pré­cie tou­te­fois les co­miques de la trempe de Mike Ward et de Jean-françois Mercier, qui ne se gêne pas pour dire tout haut ce que plu­sieurs pensent tout bas. « Quand je vais voir Mike Ward, c’est un dé­fou­le­ment to­tal, lance-t-elle. Il sort du po­li­ti­cal­ly cor­rect. Ça fait du bien… sur­tout en ce mo­ment. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.