L’abou­tis­se­ment d’un pé­riple

Ce­la fait main­te­nant deux ans que Paul Van Ha­ver, mieux connu sous le nom de Stro­mae, par­court l’eu­rope ar­mé des chan­sons de son al­bum Cheese, disque sur le­quel on re­trouve le méga suc­cès Alors on danse. Avant de mettre fin à ce pé­riple qui l’au­ra ame­né à

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE - Va­nes­sa Gui­mond VA­NES­SA.GUI­MOND@JOUR­NALMTL.COM

Stro­mae a eu de belles sur­prises, de­puis qu’il a lan­cé son pre­mier al­bum en Eu­rope et au Ca­na­da, lui qui nous a ren­du vi­site à deux re­prises, jus­qu’à présent. La der­nière fois, c’était en juin 2011, au Mé­tro­po­lis, dans le cadre d’un concert pré­sen­té par les Fran­co­fo­lies de Mon­tréal. Ce soir-là, dans une mise en scène sobre, mais des plus ef­fi­caces, il avait réus­si à ama­douer la foule en un rien de temps. De­vant ce pu­blic conquis, le mu­si­cien se rap­pelle avoir été pris de court.

« Le pu­blic était plus que bien­veillant. Hon­nê­te­ment, ce concert reste par­mi mes meilleurs sou­ve­nirs de la tour­née, a-t-il ra­con­té lorsque nous l’avons joint en Bel­gique, en dé­but de se­maine. J’ai fait Bien­ve­nue chez moi et les gens criaient dé­jà beau­coup. À la fin, je de­vais en­chaî­ner avec une le­çon (NDLR : Stro­mae donne des le­çons de mu­sique sur le Web et sur scène), mais les gens étaient tel­le­ment en­thou­siastes que je ne pou­vais pas en pla­cer une. À ce mo­ment, la pre­mière chose que j’ai dite, c’était “Quel ac­cueil”, tel­le­ment j’étais cho­qué. C’était in­croyable. »

Pour son re­tour au Mé­tro­po­lis, le 23 fé­vrier, dans le cadre de Mon­tréal en lu­mière, le mu­si­cien pro­met de pré­sen­ter sen­si­ble­ment le même concert, mais dans sa version peau­fi­née.« C’est la même idée, mais en plus rô­dée avec quelques mor­ceaux en plus. Il faut dire que nous sommes à la fin de ma tour­née. Il ne me reste que quelques dates en France. On peut donc dire que c’est un peu l’abou­tis­se­ment de la tour­née. » Le pas­sage du mu­si­cien au va­rié­té de

Star Aca­dé­mie, di­manche soir, se­ra éga­le­ment l’oc­ca­sion pour le pu­blic qué­bé­cois de dé­cou­vrir ce dont il est ca­pable, sur scène.

« C’est ri­go­lo, parce que j’ai connu cette émis­sion-là en tant que spec­ta­teur, dans sa version française, a ex­pli­qué Stro­mae. C’est donc un peu étrange, pour moi, de faire par­tie des ar­tistes in­vi­tés sur l’émis­sion. Comme les par­ti­ci­pants ont plus ou moins mon âge (NDLR : Stro­mae au­ra 27 ans en mars), je pense que ça va être in­té­res­sant de se ren­con­trer sur scène, peu im­porte les ho­ri­zons. »

NOU­VEL AL­BUM EN CHAN­TIER

Stro­mae af­firme pas­ser la plu­part de ses mo­ments libres en stu­dio, par les temps qui courent. De­puis l’au­tomne, le jeune homme jon­glait avec la créa­tion et les spec­tacles, et ce n’est que de­puis dé­cembre qu’il tra­vaille sur son nou­vel opus à temps plein. L’ob­jec­tif fixé ? Le pré­sen­ter à la fin de l’an­née 2012.

« C’est l’ob­jec­tif que nous nous sommes fixé, mais si je réa­lise que j’ai be­soin de plus de temps, la sor­tie se fe­ra plus tard. Tant pis », pré­cise ce­lui qui as­sure seul, pour le mo­ment, la di­rec­tion ar­tis­tique de cet al­bum.

D’ailleurs, ses deux an­nées de tour­née lui ont beau­coup ap­pris quant à la ges­tion de son temps, puis­qu’il af­firme réa­li­ser, au­jourd’hui, à quel point la créa­tion doit oc­cu­per une place im­por­tante dans sa vie en tout temps, et ce, même lors­qu’il est sur la route.

« Comme dans n’im­porte quelle dis­ci­pline, il faut tra­vailler. J’ai réa­li­sé que de ne pas avoir fait de mu­sique pen­dant deux ans, ça me han­di­cape beau­coup. Je ga­lère deux fois plus main­te­nant, a-t-il af­fir­mé. C’est la meilleure le­çon que je re­tien­drai. »

Mal­gré tout, Stro­mae a réus­si à créer un nou­veau mor­ceau, Pi­pi au lit, qu’il pré­sen­te­ra sur scène au Mé­tro­po­lis.

« Je l’ai in­té­gré à mon concert à la fin 2011. C’est un mor­ceau qui est né comme ça, un peu par chance. Par contre, ce n’est pas un mor­ceau qui re­flète la di­rec­tion de mon pro­chain al­bum. Ce n’en est pas la lo­co­mo­tive, si on peut dire. »

Chose cer­taine, c’est un mu­si­cien gran­di et com­blé par les ex­pé­riences vé­cues au cours des der­nières an­nées qui se pré­sen­te­ra sur scène de­main et jeu­di. « Ce que tout ça a vrai­ment so­li­di­fié, c’est la fa­mille que je forme avec mon éclai­ra­giste, mon tech­ni­cien de son et les deux mu­si­ciens qui m’ac­com­pagnent sur scène. Je ne pen­sais pas que je pou­vais me faire de nou­veaux amis après avoir connu le suc­cès, mais j’ai vrai­ment réus­si à créer de nou­velles ami­tiés sin­cères. »

Stro­mae se pro­dui­ra au va­rié­té de Star Aca­dé­mie, de­main soir, et s’ar­rê­te­ra au Mé­tro­po­lis le 23 fé­vrier, dans le cadre de Mon­tréal en lu­mière.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.