L’IN­FLUENCE DE SLAP SHOT

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Maxime De­mers Le Jour­nal de Mon­tréal

Peut-on faire une co­mé­die de hockey sans se ré­fé­rer au film culte Slap Shot ? « Im­pos­sible ! », ad­met le réa­li­sa­teur de Goon, Mi­chael Dowse.

« Slap Shot est le clas­sique du genre, in­siste le ci­néaste mon­tréa­lais.

« Quand Jay (Ba­ru­chel) m’a fait lire le scé­na­rio de Goon, je me suis dit que c’est exac­te­ment ce qu’on avait be­soin de faire comme co­mé­die au Ca­na­da. J’ai dit à Jay: c’est le même ton que Slap Shot mais avec votre style et vos ré­fé­rences à vous. On ne pou­vait pas re­faire Slap Shot de toute fa­çon… Il fal­lait trou­ver une fa­çon de faire un film qui nous res­sem­blait et qui re­flé­te­rait la réa­li­té ac­tuelle. »

Mi­chael Dowse a donc re­vu Slap Shot avant de tour­ner Goon. Mais le film avec Paul New­man sor­ti en 1977 n’était pas sa seule ins­pi­ra­tion.

« En fait, je vou­lais qu’on re­crée l’es­prit des co­mé­dies de sport de cette époque qui étaient ba­sées sur une cer­taine réa­li­té so­ciale. Je me suis ser­vi aus­si de ces films comme ré­fé­rences vi­suelles. »

Pour le Mon­tréa­lais Jay Ba­ru­chel, cos­cé­na­riste et ac­teur de Goon, les com­pa­rai­sons avec Slap Shot étaient in­évi­tables.

« C’est dif­fi­cile de ne pas pen­ser à Slap Shot quand on écrit ce genre de film, ajoute l’ac­teur et cos­cé­na­riste de Goon, Jay Ba­ru­chel.

« On a es­sayé d’écrire un film dif­fé­rent avec notre per­cep­tion du sport. Mais c’est sûr que quand on écrit une co­mé­die de hockey, c’est dif­fi­cile d’évi­ter les com- pa­rai­sons.

« Pour moi, il n’y a pas eu de bonne co­mé­die de hockey de­puis Slap Shot. Slap Shot est un film in­croyable. C’est un clas­sique, un des meilleurs films réa­li­sés sur notre sport. Mais ce film est sor­ti en 1977, soit cinq ans avant que je naisse. On a donc vou­lu don­ner à notre gé­né­ra­tion une co­mé­die de hockey qu’ils vont ai­mer.

« Si Goon de­vient le Slap Shot de notre gé­né­ra­tion, tant mieux ! C’est notre pré­dé­ces­seur spi­ri­tuel, mais on a es­sayé de faire notre film à nous. »

UNE VERSION QUÉ­BÉ­COISE

Pour Dowse ( Fu­bar, It’s All Gone Pete Tong), les vrais bons films de hockey se comptent à peine sur les doigts d’une main.

« Je trouve que le hockey a ra­re­ment été bien trai­té au ci­né­ma, à part quelques ex­cep­tions comme The Ro­cket ( Mau­rice Ri­chard, de Charles Bi­na­mé) qui est un grand film de hockey. Je vou­lais qu’on re­pro­duise à l’écran la ra­pi­di­té, l’éner­gie, mais aus­si la bru­ta­li­té de ce sport. Et ce­la, sans ba­na­li­ser la vio­lence.

« Le pro­blème de la plu­part des films de sport, c’est qu’ils n’ac­cordent pas as­sez d’im­por­tance aux scènes sur le ter­rain. C’est très cher de tour­ner sur la pa­ti­noire ou sur un ter­rain de foot­ball et les pro­duc­teurs évitent d’avoir à trop dé­pen­ser d’ar­gent avec ce genre de scène. »

Goon : Dur à cuire a un autre point en com­mun avec Slap Shot : le film de Dowse bé­né­fi­cie d’une version française dou­blée au Qué­bec avec un « vrai gros ac­cent qué­bé­cois ». Marc-an­dré Gron­din y double son propre per­son­nage aux cô­tés d’ac­teurs connus qué­bé­cois (Pa­trice Ro­bi­taille, Ray­mond Bou­chard, Ma­ga­lie Lé­pine-blon­deau…).

« C’est très co­ol, lance Jay Ba­ru­chel. J’ai si hâte de voir cette version ! »

« C’était im­por­tant que les joueurs dans le film parlent le vrai lan­gage qu’on parle dans un ves­tiaire de hockey, sou­ligne le pro­duc­teur qué­bé­cois de Goon, An­dré Rou­leau.

« On a fait beau­coup de tests et on a tra­vaillé très fort sur la qua­li­té du dou­blage pour que ce soit à la fois cré­dible et fi­dèle. On a aus­si adap­té cer­taines blagues pour le pu­blic qué­bé­cois. »

Fait amu­sant : Slap Shot avait pris l’af­fiche aux États-unis le 25 fé­vrier 1977. Goon : Dur à cuire sort exac­te­ment à la même pé­riode de l’an­née, le 24 fé­vrier…

Le réa­li­sa­teur Mi­chael Dowse donne des di­rec­tives à Seann William Scott et Georges La­raque sur le pla­teau de tour­nage de son film

Goon : Dur à cuire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.