AR­TISTE SUR TOUTE LA LIGNE

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION - Yves Leclerc YVES.LECLERC@JOURNALDEQUEBEC.COM

Ge­ne­viève Boi­vin-rous­sy, qui joue le rôle de l’énig­ma­tique Glo­ria dans la sé­rie O, est ar­tiste-peintre dans la vie de tous les jours.

La co­mé­dienne de 26 ans, qui tient un pre­mier rôle d’im­por­tance à la té­lé, a étu­dié en théâtre et en pein­ture. Elle a fon­dé, avec quelques co­pines, une so­cié­té de créa­tion bap­ti­sée Les Gar­çonnes, où la danse, le théâtre et la pein­ture se cô­toient.

« Je sa­vais, lorsque je suis sor­tie de l’école, que ce n’était pas un mé­tier fa­cile et qu’il était dif­fi­cile d’y faire sa place. Je ne vou­lais pas at­tendre que le té­lé­phone sonne afin de pou­voir bâ­tir quelque chose. Il était im­por­tant, pour moi, de conser­ver mon au­then­ti­ci­té et mon in­dé­pen­dance », a men­tion­né la jeune femme, lors d’un en­tre­tien. La co­mé­dienne a fait quelques pré­sences au théâtre et à la té­lé, lorsque le té­lé­phone a son­né, il y a quelques mois, pour une au­di­tion pour la sé­rie O’.

« J’étais su­per à l’aise lors de l’au­di­tion avec le réa­li­sa­teur Éric Tessier. Le cou­rant a pas­sé. J’ai ap­pris, une se­maine plus tard, que j’avais le rôle de Glo­ria et j’ai eu beau­coup de dif­fi­cul­té à gar­der ça se­cret pen­dant un mois », a-t-elle men­tion­né.

LE NON-DIT

La co­mé­dienne-peintre, qui joue aus­si du pia­no, dit avoir été in­ter­pel­lée sur le champ par ce per­son­nage mou­ton noir du clan O’ha­ra. Une jeune femme qui semble avoir un code de vie dif­fé­rent de ce­lui de ses soeurs et frères.

« Je com­pre­nais cette fille qui a be­soin de li­ber­té et de s’af­fir­mer. Glo­ria, c’est le mou­ton noir de la fa­mille. C’est une re­belle ty­pique qui a pré­fé­ré al­ler au che­vet de son oncle plu­tôt que d’être pré­sente pour la tra­di­tion­nelle pho­to de fa­mille », a-t-elle fait sa­voir.

Ge­ne­viève Boi­vin-rous­sy adore le non-dit que l’on re­trouve dans cette sé­rie écrite par Jo­sé Fré­chette, Syl­vain Char­bon­neau et Ani­ta Ro­wan. Son per­son­nage de Glo­ria n’est pas par­ti­cu­liè­re­ment ba­vard de­puis le dé­but de la sé­rie.

« C’est tri­pant de jouer ça. Ça m’a beau­coup ap­pe­lée. C’est plus du ci­né­ma qu’un té­lé­ro­man où tout doit être dit. C’est comme ça que ce pro­jet nous a été ven­du. Il se passe beau­coup de choses et c’est ça que j’aime de mon per­son­nage. Ce fut une très belle ex­pé­rience », a-t-elle pré­ci­sé.

PRO­JETS DE FILMS

La jeune femme, qui a joué une vic­time d’un viol col­lec­tif, l’an der­nier, dans Toute la Vé­ri

té, est à des ki­lo­mètres de Glo­ria. « Elle me res­semble un peu pour le cô­té ves­ti­men­taire, mais pas du tout en ce qui concerne le ca­rac­tère. Je suis beau­coup plus douce que Glo­ria », a-t-elle lan­cé.

Les toiles peintes par Glo­ria, dans O’, sont celles de Ge­ne­viève Boi­vin-rous­sy. La table à des­sin et ses pots de pein­ture sont aus­si les siens.

« Les gens de la sé­rie sont ve­nus dans mon ate­lier pour faire du re­pé­rage. Je pen­sais, au dé­but, qu’ils me niai­saient, mais ils étaient in­té­res­sés par ma table à des­sin, mes toiles et mes pots de pein­ture. Je leur ai même pro­po­sé, tant qu’à y être, de prendre aus­si mes pou­belles », a-t-elle lais­sé tom­ber en ri­go­lant.

Ge­ne­viève Boi­vin-rous­sy tra­vaille, en ce mo­ment, sur un pro­jet de ver­nis­sage avec Les Gar­çonnes et deux films sont sur la table. Il s’agit du long-mé­trage Sa­rah aime la Course de la réa­li­sa­trice Ch­loé Ro­bi­chaud, où elle joue­ra une jeune ath­lète. Elle pour­rait aus­si faire par­tie de la dis­tri­bu­tion de La Mai­son du

pê­cheur, du réa­li­sa­teur Alain Char­trand, qui ra­con­te­ra les dé­buts du Front de li­bé­ra­tion du Qué­bec et la ren­contre de Fran­cis Si­mard, Paul et Jacques Rose.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.