POUR LES AMA­TEURS DE TES­TO­STÉ­RONE

Re­gar­der Acte de bra­voure, c’est en quelque sorte l’équi­valent d’une im­mer­sion dans le jeu vi­déo Call of Du­ty.

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Liz Braun Agence QMI

De Mike Mccoy, Scott Waugh. Avec Alex Vea­dov, Ro­se­lyn San­chez, Nes­tor Ser­ra­no.

∫ Acte de bra­voure ∂∂Σ

Le film, qui suit un groupe de SEAL de la ma­rine (les forces d’élite) alors qu’ils com­battent des ter­ro­ristes par­tout dans le monde, montre sou­vent le point de vue des com­bat­tants, lieu in­time de claus­tro­pho­bie dans le­quel l’ac­tion trans­met la ter­reur de ce qu’ils sont en train d’ac­com­plir.

On peut fa­ci­le­ment re­gar­der Acte de bra­voure comme une vi­déo de re­cru­te­ment pour l’ar­mée amé­ri­caine. Bi­zar­re­ment, c’est d’ailleurs exac­te­ment ce qu’est le long-mé­trage. Se­lon plu­sieurs mé­dias amé­ri­cains, le film a été com­man­dé par le centre spécial de com­man­de­ment de la ma­rine et a été fait pour at­ti­rer de pos­sibles re­crues au sein des SEAL.

C’est gê­nant, mais après tout, ça ne nous re­garde pas. Comme film, Acte de bra­voure montre des com­bats entre gen­tils et mé­chants, ce qui est as­su­ré de plaire à un pu­blic mas­cu­lin de plus de 15 ans.

Le long-mé­trage en­tre­mêle deux sous-in­trigues éner­giques. La pre­mière est le sau­ve­tage ca­pi­tal d’une agente de la CIA kid­nap­pée et tor­tu­rée. La se­conde est une cam­pagne com­plexe pour em­pê­cher des ter­ro­ristes de se ser­vir d’ex­plo­sifs in­dé­tec­tables.

L’ex­plo­sif en ques­tion peut être cou- su à l’in­té­rieur de vestes et uti­li­sé dans des opé­ra­tions de com­man­do­sui­cide avec des ré­sul­tats ca­tas­tro­phiques. Et ces ter­ro­ristes ont bien l’in­ten­tion de s’en ser­vir en sol amé­ri­cain... ce qui ne sau­rait être to­lé­ré.

L’ac­tion, om­ni­pré­sente dans Acte de bra­voure, dé­bute avec des tests de sauts à San Die­go et se pour­suit aux Phi­lip­pines, en Ukraine, dans le Pa­ci­fique Sud, en So­ma­lie et dans dif­fé­rents pays d’amé­rique cen­trale. Les hommes – cer­tains de vrais ac­teurs et d’autres de vrais « ma­rines » des SEAL –, sont pré­sen­tés avec leurs femmes et leurs en­fants, et sont mon­trés par­tant en guerre pour pro­té­ger le reste de la po­pu­la­tion.

Un sol­dat est d’ailleurs mon­tré tout au long du film en train de par­ler de l’en­fant que lui et sa femme vont avoir. En termes de sym­pa­thie, on peut dif­fi­ci­le­ment par­ler de sub­ti­li­té.

Acte de bra­voure est un long-mé­trage qui livre le même genre d’ac­tion et d’aven­ture qu’on at­tend de n’im­porte quel film van­tant les mé­rites des forces ar­mées. Tout est tou­jours beau. C’est ex­plo­sif, dra­ma­tique, plein de tes­to­sté­rone avec un pe­tit cô­té « sol­dat dé­brouillard ». Ces hommes sont des hommes, des vrais, vi­rils. Ils sauvent le monde des ter­ro­ristes et il semble que la ma­rine amé­ri­caine en a eu pour son ar­gent.

Ceux qui n’ont au­cune in­ten­tion de s’en­ga­ger ou­blie­ront ra­pi­de­ment que bon nombre des ac­teurs ne sont pas des pro­fes­sion­nels et ai­me­ront les cô­tés ma­cho et film de sé­rie B de cette pro­duc­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.