JEAN-CLAUDE POI­TRAS SORT DE SA CO­QUILLE

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Agnès Gau­det

Le de­si­gner Jean-claude Poi­tras qui ha­bille les cé­lé­bri­tés qué­bé­coises de­puis 40 ans, ex­pose, à 62 ans, pour la pre­mière fois en car­rière, ses oeuvres en art vi­suel.

Trau­ma­ti­sé par son professeur d’ana­to­mie alors qu’il était étu­diant, JeanC­laude Poi­tras a cru du­rant 25 ans que ses des­sins étaient « très laids » et ces­sé com­plè­te­ment d’en faire.

« Il ne vou­lait pas que je dé­borde du cadre, alors que moi je trou­vais qu’il y avait la pho­to­gra­phie pour ça. Au contraire, je tra­dui­sais l’émo­tion de­vant un corps de femme, par des cro­quis dis­pro­por­tion­nés et spon­ta­nés. »

Du­rant 25 ans, au cours de sa brillante car­rière de de­si­gner, JeanC­laude Poi­tras s’est conten­té de faire des pe­tits des­sins à plat pour illus­trer ses mo­dèles. Puis, peu à peu, iso­lé et en ca­chette, par be­soin, il a dou­ce­ment re­com­men­cé à des­si­ner.

Sa conjointe de l’époque a ai­mé ses oeuvres et un jour, elle lui a fait la sur­prise de mon­trer aux amis plu­sieurs de ses des­sins réunis dans un port­fo­lio. La ré­ac­tion a été ins­tan­ta­née. Tous vou­laient en ache­ter un.

TOUT SON CHE­MI­NE­MENT

Fort de cet en­cou­ra­ge­ment, JeanC­laude Poi­tras a per­sis­té et ré­cem­ment, il a ac­cep­té de mon­trer ses oeuvres à la pro­prié­taire de la Ga­le­rie Roc­cia. Même ré­ac­tion: coup de coeur.

Il en ré­sulte la pre­mière ex­po­si­tion des oeuvres de Jean-claude Poi­tras qui re­groupe des di­zaines de des­sins à l’encre de Chine, d’autres sur pa­pier gau­fré, des pas­tels, pein­tures sur verre et vingt-deux sculp­tures lu­mi­neuses. Une grande ex­po­si­tion.

« C’est tel­le­ment quelque chose qui me nour­rit, ex­plique le créa­teur. Ça me rap­pelle une his­toire sur Pi­cas­so… Un riche client amé­ri­cain lui avait com­man­dé une toile. Ve­nu le ren­con­trer dans le sud de la France, il vou­lait sa­voir quand il pour­rait re­ve­nir cher­cher sa toile. À ce­la, Pi­cas­so avait ré­pon­du: “Re­ve­nez à la même heure de­main.” Et le client de dire: “Moins de 24 heures pour un prix pa­reil!” Mais Pi­cas­so avait ré­pli­qué: “Vous vous trom­pez, j’au­rai mis 73 ans, 4 mois et deux jours pour en ar­ri­ver là.”

« C’est un peu ce que je res­sens. Cette ex­po­si­tion, c’est tout mon che­mi­ne­ment de vie sur pa­pier. L’abou­tis­se­ment nor­mal, le fil conduc­teur. »

HOM­MAGE AUX FEMMES

Jean-claude Poi­tras nous pré­sente donc les oeuvres qu’il a mis 62 ans, quatre mois et quelques jours à faire. L’ex­po­si­tion s’in­ti­tule Ro­méo et ses Ju­liette en l’hon­neur de toutes les femmes qu’il a ai­mées, « en réa­li­té et en rêve », dit-il, et pour le nom de son grand-père Ro­méo, qui fi­gure sur son bap­tis­tère.

« À 62 ans, je res­sens l’ur­gence de vivre, confie-t-il et de tout don­ner. Il me reste peu de temps. »

Jean-claude Poi­tras se voit tout à coup fort fra­gile. « Je suis très vul­né­rable, dans un état de fé­bri­li­té to­tale. Ces oeuvres me sortent des tripes. Je viens de sor­tir de ma co­quille. Et, j’aimerais al­ler plus loin. » L’ex­po­si­tion Ro­méo et ses Ju­liette est pré­sen­tée du 5 mai au 19 juin à la Ga­le­rie Roc­cia du bou­le­vard Saint-laurent à Mon­tréal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.