POUR LE MEILLEUR ET… POUR LE PIRE

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Agnès Gau­det

Pour ex­pli­quer le re­tour de Tes­to­sté­rone sur scène, Marc Boi­lard, ra­conte : « C’est comme dans l’an­nonce où des gars se re­trouvent pris sur une île dé­serte avec un gé­nie. Cha­cun leur tour, ils font le voeu de re­tour­ner à la mai­son et dis­pa­raissent un après l’autre, jus­qu’à ce que le der­nier se re­trou­vant seul, fait le voeu que… ses chums re­viennent sur l’île ! »

À ce ré­cit, les quatre joyeux lu­rons éclatent d’un grand rire franc.

Le pire, c’est que la vé­ri­té n’est pas très loin du gag. Marc Boi­lard, l’un des ani­ma­teurs de l’ex contro­ver­sée émis­sion de té­lé, est ce­lui qui a ini­tié ce re­tour de Tes­to­sté­rone avec toute la fer­veur né­ces­saire.

« Je l’ai dans la tête de­puis des an­nées, avoue-t-il, et j’en par­lais en me di­sant qu’un jour, les élé­ments al­laient conver­ger. »

« Le show té­lé s’est ar­rê­té en 2004, et de­puis 2005, Marc ap­pelle toutes les se­maines pour ra­me­ner le show, plai­santent, Mike Ward, Jean-mi­chel Du­faux et François Mas­si­cotte.

« Mais on n’a pas la pré­ten­tion de re­par­tir le show, ren­ché­rit Boi­lard.

« Tout ce qu’on fait, c’est un one shot deal pour cé­lé­brer les dix ans de Tes­to­sté­rone, d’ajou­ter, Jean-mi­chel. On crée un happening, pra­ti­que­ment un bien cuit, ajoute Jean-mi­chel. On veut un show sans cen­sure, pour le fun, un peu trash. On veut que les gens rient. »

« D’ailleurs, on a in­ti­tu­lé ce show unique : « Re­trou­vailles Tes­to­sté­rone : Est-ce vrai­ment né­ces­saire ? »

UN GROS SHOW DE GARS

Les gars de Tes­to­sté­rone sont de toute évi­dence forts em­bal­lés de mon­ter ce spec­tacle unique qui se­ra pré­sen­té au Mé­tro­po­lis le 13 juillet pro­chain. Ils en parlent avec en­thou­siasme.

Réunis au bar Chez Nor­mand pour le Jour­nal de Mon­tréal, ils rient comme des bons, se coupent la pa­role, se re­lancent. Une blague n’at­tend pas l’autre. Un beau ca­fouillis qui pro­met. Mais dif­fi­cile de dire avec pré­ci­sion qui a dit quoi au cours de l’en­tre­vue.

« On va faire un pa­quet de nu­mé­ros de groupe et des nu­mé­ros in­di­vi­duels », ré­sume l’un.

« Que du nou­veau ma­té­riel et quelques in­vi­tés sur­prises », dit l’autre.

« Un gros show de gars. Le UFC (Ul­ti­mate Figh­ting Cham­pion­ship, cham­pion­nat de com­bat ul­time), si le UFC était drôle », d’ajou­ter Ward.

Une chose est sûre, c’est que les gars de Tes­to­sté­rone ne comptent pas faire scan­dale. Si leurs propos, ju­gés ju­vé­niles et sexistes, avaient à l’époque, cho­qués un peu, ils croient en­core au­jourd’hui que leur hu­mour ne mé­ri­tait pas un tel trai­te­ment.

« L’émis­sion ne fai­sait pas scan­dale, pré­cisent-ils. Faire scan­dale, c’est sou­hai­ter un can­cer à Joël Le­gendre, comme l’a fait ré­cem­ment Mike !

« Nous, on a été un peu contro­ver­sé, mais pour­tant on se mo­quait au­tant des gars que des filles, rap­pelle l’ani­ma­teur de l’émis­sion pré­sen­tée à l’époque à TQS, François Mas­si­cotte. Le genre ne plai­sait pas à tout le monde, mais ne cho­quait pas tant que ça.

« On par­lait des vraies af­faires, pré­cise Mike, et tout le monde sait qu’il n’y a

rien de vul­gaire que la réa­li­té ! »

FAIRE TEN­DANCE

Les gars rap­pellent que lors de la dif­fu­sion de Tes­to­sté­rone à TQS, de 2002 à 2004, ils se mo­quaient des filles au­tant que des gars, ain­si que des re­la­tions de couple et des ar­ché­types.

Ils ad­mettent que leurs blagues étaient « niai­seuses », mais conti­nuent de croire que leurs blagues sur les filles étaient lé­gi­times. Sur la scène du Mé­tro­po­lis, avec l’ab­sence des ca­mé­ras de té­lé­vi­sion, ils ne vont pas se gê­ner.

« On est en 2012. On peux-tu rire des filles ?, se ques­tionnent-ils. Ne pas faire de blague sur les filles, ce se­rait les in­fan­ti­li­ser. Elles sont éman­ci­pées et ca­pables de prendre une joke. Ce sont les filles main­te­nant qui sont trash. Alors, on veut faire… ten­dance. » Ce show unique sur les planches, per­met­tra aux gars de Tes­to­sté­rone de faire la fête à leur goût et ils s’en pro­mettent. « Moi, dans le fond, j’y va juste pour l’al­cool ! », conclut Mike Ward. Les billets pour le show Re­trou­vailles Tes­to­sté­rone : Estce vrai­ment né­ces­saire ? sont en vente dès au­jourd’hui sa­me­di le 5 mai à mi­di au www.ha­ha­ha.com, au Mé­tro­po­lis et sur Ti­cket­mas­ter.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.