LE « GROOVEROCK » DE GAR­DY

C’est un vé­ri­table pro­jet de vie qui vient tout juste de se concré­ti­ser pour Gar­dy Fu­ry, lui qui lan­çait cette se­maine son tout pre­mier al­bum so­lo, La Nuit, Le Jour...

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Vé­ro­nique Har­vey Col­la­bo­ra­tion spéciale

« Ça fait 34 ans que ça ma­cère dans mon ton­neau de corps et que ça tra­vaille fort dans ma tête, nous ex­plique l’ar­tiste vi­si­ble­ment fé­brile. Je suis tel­le­ment content parce que non seule­ment j’ai at­teint mon ob­jec­tif, mais c’est au-de­là de mes es­pé­rances. Hon­nê­te­ment, je suis content de cet al­bum­là de A à Z. »

Ce­lui qu’on a pu dé­cou­vrir au sein de la for­ma­tion ONE, trio qu’il for­mait à l’époque avec Cor­neille et Gage (leur chan­son Zou­kin a d’ailleurs connu un grand suc­cès en 2001), et qui a su at­ti­rer tous les re­gards dans Notre-dame

de Pa­ris, Rent et Big Ba­zar, pré­sente donc un pre­mier al­bum 100 % au­then­tique qui pos­sède un groove en­traî­nant, qu’il puise prin­ci­pa­le­ment dans ses ra­cines an­tillaises. « Il faut s’at­tendre à dan­ser et à se dan­di­ner avec sen­sua­li­té », pré­cise l’ar­tiste, qui a éga­le­ment un ta­lent cer­tain pour la danse.

La Nuit, Le Jour... est un al­bum qui connaî­tra un grand suc­cès au­près des ama­teurs de pop et de rythmes dan­sants, mais Gar­dy Fu­ry s’est tout de même don­né pour mis­sion de trai­ter de su­jets qui lui tiennent à coeur, de su­jets qui nous per­mettent de nous éle­ver en tant que so­cié­té.

« C’est im­por­tant de pas­ser des mes­sages poi­gnants, mais d’es­poir pour avan­cer. Sou­vent, on pense qu’avec de la mu­sique dan­sante on écoute moins les pa­roles, mais moi, je ne vou­lais pas ça. La voix est en avant et les textes sont très éla­bo­rés. Les su­jets sont par­fois simples, mais les images sont très puis­santes. Je vou­lais qu’on danse le dis­cer­ne­ment plu­tôt que d’être juste là, à ré­flé­chir comme le pen­seur de Ro­din. »

LE « MAR­CHEUR DU TEMPS »

Se dé­cri­vant comme un « mar­cheur du temps », soit un ob­ser­va­teur as­si­du du com­por­te­ment hu­main, Gar­dy Fu­ry s’est donc ins­pi­ré des ré­ac­tions hu­maines afin de dé­peindre un por­trait au­then­tique sur cet al­bum-concept.

« C’est d’ailleurs ce terme qui a ins­pi­ré le titre de l’al­bum, parce que la nuit et le jour, c’est 24 heures. Le per­son­nage marche, il s’en­fonce dans la nuit, at­teint le pa­roxysme pour en­suite re­trou­ver le jour. Tout au long de cette aven­ture, il chante ce qu’il vit et ce qu’il voit. »

Mu­si­ca­le­ment par­lant, on peut ef­fec­ti­ve­ment en­tendre cette dif­fé­rence entre le jour et la nuit grâce aux rythmes, à la co­lo­ra­tion et à la fac­ture so­nore. Des mo­ments plus in­tenses, on passe en­suite à une pé­riode plus sombre pour en­suite re­ve­nir vers quelque chose de beau­coup plus lu­mi­neux.

Mal­gré ses nom­breuses in­fluences an­glo-saxonnes, dont Bob Mar­ley, qu’il dé­crit comme étant sa plus grande source d’ins­pi­ra­tion, Gar­dy Fu­ry a choi­si de créer un al­bum en­tiè­re­ment fran­co­phone puis­qu’il maî­trise da­van­tage cette langue avec la­quelle il réus­sit d’ailleurs à jon­gler ai­sé­ment.

« La pièce Speed traite de la pilule éner­gi­sante, mais aus­si de la vi­tesse du monde dans le­quel on vit. C’est une course sans fin à une vi­tesse ef­fré­née et, en quelque sorte, je trouve que ça nous rend dé­pres­sifs, donc je te­nais à par­ler de ça. Eau­de­vi­déo parle de l’al­coo­lisme, mais sans ju­ge­ment. Fast Food Love traite de la sur­con­som­ma­tion, de l’hy­per­sexua­li­sa­tion et de l’égo­cen­trisme. Je mange de la nour­ri­ture qui est vide et je veux de l’amour à tra- vers ça, je fais donc l’ana­lo­gie entre les deux. Bo­dy Lan­guage, c’est un couple qui ne se parle pas, qui ne com­mu­nique pas. J’ai des su­jets as­sez tough, mais je vou­lais faire en sorte d’avoir la twist mé­lo­dique pour que ça passe bien quand même. »

« J’ai pris mon temps pour faire un al­bum parce que je ne vou­lais pas faire de la lo­te­rie mu­si­cale. Je vou­lais faire un pro­jet que j’al­lais ai­mer et je pense que les gens vont vrai­ment être avec moi pour m’en­cou­ra­ger, du moins, ils sont im­pa­tients d’en­tendre ce que j’ai concoc­té pen­dant toutes ces an­nées. » L’al­bum La Nuit, Le Jour... est dis­po­nible en ma­ga­sin de­puis mar­di.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.