100 mil­lions, c’est le chiffre ma­gique

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION -

On a beau mul­ti­plier les études, elles concluent toutes qu’il faut une po­pu­la­tion de 100 mil­lions pour qu’un pays soit vrai­ment au­to­nome. Se­lon les ex­perts en éco­no­mie, un pays de 100 mil­lions n’a plus be­soin de sub­ven­tion­ner sa culture, son in­dus­trie ou la plu­part de ses ins­ti­tu­tions. Il est as­sez im­po­sant pour in­fluen­cer ses voi­sins et même les pays plus éloi­gnés. En termes simples, un pays de 100 mil­lions se suf­fit à lui-même.

En 1902, an­née du cou­ron­ne­ment du roi Edouard VII d’angleterre, Sir Wil­frid Lau­rier, pre­mier mi­nistre du Ca­na­da, ignore tout de ces études dé­mo­gra­phiques, mais il sait qu’un pays de six mil­lions d’ha­bi­tants n’a au­cune chance de se tailler une place au so­leil. Il dé­clenche alors une sé­rie de me­sures des­ti­nées à mul­ti­plier ra­pi­de­ment la po­pu­la­tion ca­na­dienne.

À PLEINES PORTES !

Son ob­jec­tif est am­bi­tieux : « Quand vos en­fants mour­ront, dé­clare-t-il à ses élec­teurs, je vous pro­mets qu’ils quit­te­ront un pays d’au moins 60 mil­lions d’ha­bi­tants ! » En Ir­lande, en Angleterre et dans tous les pays d’eu­rope, le Ca­na­da lance alors une cam­pagne de pro­mo­tion sans pré­cé­dent pour at­ti­rer des im­mi­grants. Ceux-ci entrent à pleines portes du­rant quelques an­nées.

En 1952, an­née où la té­lé­vi­sion com­mence, la po­pu­la­tion a presque tri­plé, mais à 14 mil­lions de Ca­na­diens, on est en­core loin des 60 que Lau­rier avait pré­dits. Au­jourd’hui, on peut dire que comme bien d’autres po­li­ti­ciens, le pauvre Lau­rier n’a pas te­nu pro­messe. Nous ne sommes même pas 35 mil­lions et là-des­sus, il n’y a que 8 mil­lions de Qué­be­cois. Au moins, à l’époque de Lau­rier, les fran­co­phones com­po­saient 36 % de la po­pu­la­tion. Nous ne sommes même plus le quart.

UN PE­TIT EF­FORT

Qu’on aime ça ou pas, si on veut du ci­né­ma à nous, de la té­lé­vi­sion, de la danse et même des sports pro­fes­sion­nels, va fal­loir conti­nuer de dis­tri­buer de gé­né­reuses sub­ven­tions. Et je ne dis rien des in­dus­tries qu’on es­saie d’at­ti­rer ou de conser­ver à coups de mil­lions.

Il ne fau­drait pas un si gros ef­fort pour que nous soyons 100 mil­lions à la fin du siècle. Suf­fi­rait d’ac­cueillir chaque an­née en­vi­ron 425 000 im­mi­grants plu­tôt que les 280 000 qui ar­rivent à l’heure ac­tuelle. Toutes pro­por­tions gar­dées, une aug­men­ta­tion pa­reille n’est que la moi­tié de l’im­mi­gra­tion qu’on ac­cueillait sous Lau­rier ! Mais j’en­tends d’ici le tol­lé si les vannes s’ou­vraient aus­si larges !

Ce qui m’in­quiète, c’est moins le nombre d’im­mi­grants que la pro­por­tion des fran­co­phones. Pour peu qu’on ac­cé­lère l’im­mi­gra­tion, notre pour­cen­tage tom­be­ra bien­tôt à 20 % et peut-être à 15 % et moins. Comment es­pé­rer alors qu’on conti­nue de di­vi­ser en deux le bud­get to­tal de Ra­dio-ca­na­da ou qu’on sé­pare 2/31/3 la plu­part des sub­ven­tions fé­dé­rales ac­cor­dées à la culture ? Un jour, nos com­pa­triotes des autres pro­vinces fi­ni­ront bien par in­vo­quer la dé­mo­cra­tie avec un grand « D » pour qu’on cesse de di­vi­ser ain­si l’ar­gent pu­blic !

VITE, FAI­SONS DES EN­FANTS !

Si, comme c’est pré­vi­sible, on règle bien­tôt les ques­tions de droits et que la té­lé­vi­sion connec­tée sur In­ter­net nous per­mette de voir au­tant d’émis­sions étran­gères que l’on veut quelle que soit leur langue d’ori­gine, je me de­mande à quel ni­veau tom­be­ront les cotes d’écoute de nos émis­sions qué­bé­coises.

À moins que nous dé­ci­dions de faire du Qué­bec un pays ! Mais pour at­teindre les 100 mil­lions d’ha­bi­tants qui nous ren­draient au­to­nomes, fau­drait toute une re­vanche des ber­ceaux !

Pour pa­ra­phra­ser l’an­cien slo­gan de la bière La­batt, je di­rais « qu’avant d’être 100 mil­lions, fau­drait bien se par­ler ! »

En 1902, Sir Wil­frid Lau­rier, pre­mier mi­nistre du Ca­na­da, lance une sé­rie de me­sures des­ti­nées à mul­ti­plier ra­pi­de­ment la po­pu­la­tion ca­na­dienne, afin d’at­teindre les 60 mil­lions d’ha­bi­tants.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.