Half Moon Run, le suc­cès à leur por­tée

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Cé­dric Bé­lan­ger Agence QMI

Un jeune groupe sait qu’il a un ave­nir dans l’in­dus­trie mu­si­cale quand on l’in­vite à faire la pre­mière par­tie de la tour­née eu­ro­péenne de Mum­ford and Sons et qu’il par­tage le même gé­rant que Ra­dio­head.

Dy­lan Phil­lips, chan­teur de Half Moon Run, for­ma­tion mont­réa­laise qui col­lec­tionne toutes ces bonnes nou­velles, re­con­naît qu’il ne s’at­ten­dait pas à un tel dé­but de car­rière.

«Chaque chose qui ar­rive est spéciale et aus­si un choc. On veut juste gar­der la tête sur nos épaules et ne rien te­nir pour ac­quis, mais les étoiles s’alignent en notre fa­veur», lance-t-il.

Sor­ti au prin­temps 2012 sur l’éti­quette In­di­ca, le pre­mier al­bum de Half Moon Run, Dark Eyes, a éveillé la cu­rio­si­té de bien des mé­lo­manes. Au point que la firme amé­ri­caine Paradigm, qui veille no­tam­ment aux in­té­rêts de Cold­play, Si­gur Rós et Dave Mat­thews Band, a mis le groupe sous con­trat quelques mois plus tard.

Sans comp­ter qu’ATC Ma­na­ge­ment, l’équipe de gé­rance de Ra­dio­head, pren­dra soin d’eux au Royaume-Uni.

DE­VANT 18 000 PER­SONNES

Comme une bonne nou­velle n’ar­rive ja­mais seule, le cla­vié­riste Ben Lo­vett, de Mum­ford and Sons, s’est adon­né à voir Half Moon Run lors d’un spec­tacle à Londres. Char­mé, il en a par­lé à ses potes et c’est ain­si que le trio, com­plé­té par De­von Por­tielje et Connor Mo­lan­der, s’est re­trou­vé sur la même af­fiche que le po­pu­laire groupe an­glais ce prin­temps.

«C’est une ex­pé­rience qu’on n’ou­blie­ra ja­mais. Nous avons joué dans des aré­nas par­tout en Eu­rope. Pour nous, c’était un grand pas en avant», dit Dy­lan Phil­lips.

L’apo­théose a été at­teinte quand Mum­ford & Sons a in­vi­té les gars de Half Moon Run sur scène, à Am­ster­dam, pour jouer avec eux The Weight, une chan­son du groupe The Band.

«De­von chan­tait un cou­plet et je jouais de la bat­te­rie de­vant 18 000 per­sonnes. On a ré­pé­té l’ex­pé­rience à quatre ou cinq re­prises.»

DES GARS GEN­TILS

Half Moon Run a pro­fi­té de cette aven­ture avec les gent­le­men de Mum­ford & Sons pour voir «comment ça marche» à ce ni­veau de po­pu­la­ri­té.

«Mais ce qu’on a re­mar­qué le plus, c’est à quel point ce sont des gars gen­tils. Ils ne jouent pas les rock stars. Ils nous par­laient sou­vent, au sou­per ou après les spec­tacles», re­late Dy­lan Phil­lips.

Qui sait, peut-être que bien­tôt, de jeunes ar­tistes se tar­gue­ront d’avoir tour­né et par­lé avec Half Moon Run.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.