TOURS TRÈS RÉUS­SIS

In­sai­sis­sable

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie Agence QMI

Film de Louis Le­ter­rier. Avec Woo­dy Har­rel­son, Jesse Ei­sen­berg, Is­la Fi­sher, Dave Fran­co et Mi­chael Caine.

Ils s’ap­pellent les «Quatre ca­va­liers», mais plu­tôt que d’an­non­cer l’apo­ca­lypse, ils sèment l’émoi dans les rangs du FBI et d’In­ter­pol au grand bon­heur des spec­ta­teurs.

Ne comp­tez pas sur moi pour vous ra­con­ter l’in­trigue d’In­sai­sis­sable dans le dé­tail. Pas ques­tion d’écrire une cri­tique rem­plie de «spoi­lers». Bref, ce texte se­ra à l’image du film: lais­sez­vous por­ter et savourez.

Mer­ritt McKin­ney (Woo­dy Har­rel­son) est un men­ta­liste, un maître-chan­teur hors pair, qui ex­tirpe de ses vic­times les se­crets les plus in­avouables. Hen­ley (Is­la Fi­sher) adore les nu­mé­ros san­glants et dan­ge­reux, tan­dis que J. Da­niel At­las (Jesse Ei­sen­berg) ex­celle dans les tours de cartes. De son cô­té, le jeune Jack (Dave Fran­co) se sert de son doig­té pour dé­les­ter les membres de son pu­blic de leurs ob­jets de va­leur.

Un jour, ces quatre ma­gi­ciens re­çoivent une in­vi­ta­tion mys­té­rieuse les pres­sant de se rendre à New York. Là, dans un vieil ap­par­te­ment dé­la­bré, ho­lo­grammes et mes­sages ano­nymes leur offrent de mon­ter un spec­tacle clés en main.

Nous re­trou­vons donc nos quatre illu­sion­nistes sur la scène d’un grand hô­tel de Las Ve­gas pour leur pre­mier spec­tacle, en­tre­prise fi­nan­cée par Ar­thur Tress­ler (Mi­chael Caine). Que pro­posent-ils? Le vi­dage — au moyen d’un ap­pa­reil de té­lé­por­ta­tion — des coffres d’une banque pa­ri­sienne. Et le pu­blic, ra­vi, est in­vi­té à ré­col­ter la mois­son de mil­lions d’eu­ros dont les billets pleuvent dans la salle.

C’est la pa­nique au FBI. L’agent af­fec­té à l’en­quête, Dy­lan Rhodes (Mark Ruf­fa­lo), ai­dé d’Al­ma Dray (Mé­la­nie Laurent), agente d’In­ter­pol, ai­me­rait bien cof­frer nos quatre hur­lu­ber­lus. Le pro­blème, c’est qu’il est im­pos­sible qu’ils aient com­mis ce crime... qui n’en est pas vrai­ment un, le bra­quage n’ayant pas pu avoir lieu d’une scène de Las Ve­gas. De plus, les quatre ca­va­liers, se sa­chant in­tou­chables, ne s’en­fargent pas dans les fleurs du ta­pis et font fi des po­li­tesses. C’est donc la guerre et la traque.

IR­RÉ­PRO­CHABLE

Réa­li­sé par Louis Le­ter­rier ( Le trans­por­teur), In­sai­sis­sable est dia­bo­li­que­ment jouis­sif et brillam­ment ma­gique, parce que les re­bon­dis­se­ments ne manquent pas, le tout s’en­chaî­nant sans qu’on ait le temps de re­prendre son souffle et parce que le ci­néaste a dé­ci­dé de nous te­nir en ha­leine avec des tours qui ne dé­pa­re­raient pas dans un spec­tacle de Da­vid Cop­per­field ou de Criss An­gel. Et le rythme de cette mi-co­mé­die, mi-sus­pense d’ac­tion, de 116 mi­nutes est ir­ré­pro­chable.

On quitte la salle avec la dé­li­cieuse im­pres­sion d’avoir suc­com­bé à la ma­gie... des tours, du film, du ci­né­ma, des per­son­nages et on a, quelques mi­nutes plus tard, en­vie de re­voir In­sai­sis­sable pour en ap­pré­cier en­core plus tous les dé­tails. Cha­peau!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.