TRA­HI­SONS, POUR­SUITES ET FOUS RIRES

Après une qua­ran­taine de re­pré­sen­ta­tions l’an der­nier, la co­mé­die po­li­cière com­plè­te­ment dé­jan­tée Les 39 marches re­pren­dra du ser­vice dès le 4 juillet pour la sai­son es­ti­vale avant de re­par­tir en tour­née à l’au­tomne, ac­cueillant à son bord Da­vid Sa­vard et

Le Journal de Montreal - Weekend - - THÉÂTRE - Sandra Go­din

Les deux nou­veaux co­mé­diens qui com­plètent le qua­tuor dé­so­pi­lant re­prennent les rôles ini­tia­le­ment cam­pés par Joël Le­gendre et Martin Drain­ville, rejoignant ain­si Diane La­val­lée et Pa­trice Co­que­reau.

Alors qu’ils mon­te­ront sur les planches dans un peu plus d’un mois au Théâtre des Pays-d’en-Haut de Saint-Sau­veur, dans les Lau­ren­tides, la troupe a com­men­cé les ré­pé­ti­tions jeu­di der­nier à l’École na­tio­nale de l’hu­mour, sous le re­gard scru­ta­teur du met­teur en scène Be­noît Pel­le­tier.

La pièce, sous l’en­seigne du mys­tère, s’ar­ti­cule au­tour d’un gentleman cé­li­ba­taire un peu bla­sé, faus­se­ment ac­cu­sé du meurtre d’une femme, qui lui a ré­vé­lé l’exis­tence d’un dan­ge­reux com­plot.

La co­mé­die, une adap­ta­tion de la pièce The 39 Steps de Pa­trick Bar­low, est pro­duite au Qué­bec par Mu­si­cor Spec­tacles, De­nise Ro­bert et Steve Gal­luc­cio.

Vé­ri­table marathon théâ­tral, Diane La­val­lée, Pa­trice Co­que­reau et Sté­phane Breton se pré­parent donc en vue d’in­ter­pré­ter une tren­taine de per­son­nages qui ja­lon­ne­ront la fuite du per­son­nage prin­ci­pal, Ri­chard Han­nay (Da­vid Sa­vard).

CHAN­GE­MENTS DE RÔLE

Sté­phane Breton et Da­vid Sa­vard ne sont pas com­plè­te­ment étran­gers à la pièce. L’an der­nier, ils étaient des rem­pla­çants pour quelques re­pré­sen­ta­tions.

«C’est tout un dé­fi pour Sté­phane Breton, a men­tion­né Be­noît Pel­le­tier. Cet hi­ver, il a rem­pla­cé Pa­trice Co­que­reau. Il a ap­pris tout un rôle pour huit spec­tacles. Pa­trice est de re­tour, alors il s’at­taque au rôle qu’avait Martin Drain­ville. C’est vrai­ment un grand co­mique.»

Dans la pre­mière ver­sion, Joël Le­gendre cam­pait brillam­ment le rôle prin­ci­pal. «Da­vid Sa­vard ap­porte une tout autre di­men­sion, a ren­ché­ri le met­teur en scène. Il a une ap­proche de sé­duc­teur vrai­ment par­ti­cu­lière, qui crée des étin­celles avec Diane La­val­lée. C’est hi­la­rant.»

«Ma “job”, c’est de dé­cou­vrir la pé­pite d’hu­mour qui se cache dans cha­cun d’eux et de le trans­po­ser dans les per­son­nages, car la pièce est co­mique plus par ses per­son­nages que par les textes,» a-t-il ex­pli­qué.

DÉ­FI DE TAILLE

Les chan­ge­ments de cos­tumes et le rythme ef­fré­né de la pièce s’avèrent un dé­fi de taille pour les co­mé­diens. Ils dif­fé­ren­cient leurs nom­breux per­son­nages grâce à un jeu plus cor­po­rel.

«Ça de­mande beau­coup de car­dio, a fait sa­voir Pa­trice Co­que­reau. Sté­phane Breton et moi fai­sons plus d’une ving­taine de per­son­nages à tra­vers la course que vit le per­son­nage prin­ci­pal, soit des fer­miers, po­li­ciers, au­ber­gistes, des hommes, des femmes… Il faut être très ha­bile et très alerte.»

«Mais on se re­trouve car­ré­ment dans un es­prit de jeu, a-t-il ex­pli­qué. On s’amuse beau­coup sur scène, comme des en­fants qui jouent à se dé­gui­ser!»

Étant la seule femme de la troupe, Dia- ne La­val­lée se met dans la peau de trois per­son­nages fé­mi­nins. «Ça de­mande une grande pré­ci­sion et de la dis­ci­pline, a-t-elle dit. Le dé­fi est de les rendre les plus vraies pos­sible, et j’adore ça.»

HU­MOUR «BRI­TISH», VER­SION QUÉ­BÉ­COISE

Se dé­rou­lant dans les an­nées 1930 en An­gle­terre, l’his­toire semble bien loin, «mais les per­son­nages vivent de vraies émo­tions qui nous re­joignent», le tout abor­dé d’une fa­çon très lu­dique.

«Sou­vent, dans nos vies, on se sent un peu bla­sé et on fait du sur­place, a dit Be­noît Pel­le­tier. Ri­chard Han­nay est quel­qu’un comme nous, qui s’est “ré­veillé so­lide” avec ce qui lui ar­rive. On peut faire ce lien-là avec le per­son­nage.»

Jouée dans plus d’une ving­taine de pays à tra­vers le monde, Be­noît Pel­le­tier a vite été at­ti­ré et im­pres­sion­né par la pièce lon­do­nienne lors­qu’il l’a vue pour la pre­mière fois à New York.

«Nous avons adap­té la pièce sans la dé­na­tu­rer. Il a fal­lu chan­ger les ré­fé­rences géo­gra­phiques et cultu­relles, qui sont trop spé­ci­fiques à l’An­gle­terre. Il fal­lait faire cer­taines nuances. De plus, nous avons mé­ta­mor­pho­sé le dé­cor, car la ver­sion qué­bé­coise est la seule qui part en tour­née.»

La pièce se­ra pré­sen­tée dès le 4 juillet au Théâtre des Pays-d’en-Haut à Saint-Sau­veur, avant de s’ins­tal­ler du 1er au 31 août au Théâtre Mar­cel­lin-Cham­pa­gnat de La­val. Une tour­née pro­vin­ciale sui­vra.

Be­noit Pel­le­tier (met­teur en scène), Sté­phane Breton, Diane La­val­lée, Da­vid Sa­vard et Pa­trice Co­que­reau en ré­pé­ti­tion pour la pièce. PHO­TO AGENCE QMI, PAS­CALE LÉ­VESQUE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.