MAR­CEL LE­BOEUF AU SER­VICE DE DEUX PA­TRONS

De la co­mé­die bri­tan­nique de C’est une adap­ta­tion qué­bé­coise Guv­nors, qui pren­dra l’af­fiche le 12 juin au Ri­chard Bean, One Man, Two cadre du Fes­ti­val Juste pour rire, met­tant Mo­nu­ment-na­tio­nal, dans le Le­boeuf­qui tient le rôle prin­ci­pal. en ve­dette 17 co

Le Journal de Montreal - Weekend - - THÉÂTRE - Louise Bour­bon­nais Col­la­bo­ra­tion spéciale

« C’est l’un de mes rôles les plus exi­geants phy­si­que­ment de ma car­rière», lance Mar­cel Le­boeuf qui se re­trouve sur scène huit mi­nutes après la le­vée du ri­deau et qui y de­meu­re­ra jus­qu’à la fin du spec­tacle. «C’est tel­le­ment phy­sique qu’après une ré­pé­ti­tion ma che­mise est trem­pée comme si je sor­tais de la douche», ajoute l’homme de 58 ans qui a consa­cré du temps pour re­trou­ver la forme phy­sique.

Mais ce n’est pas uni­que­ment l’as­pect phy­sique qui en fait un rôle exi­geant. Mar­cel Le­boeuf a une quan­ti­té phé­no­mé­nale de texte à ap­prendre. «J’ap­prends mes textes de­puis jan­vier der­nier. Je te­nais à ar­ri­ver aux ré­pé­ti­tions en sa­chant mes ré­pliques jus­qu’au bout des doigts afin de me concen­trer sur le jeu.»

La ver­sion bri­tan­nique qui a été sa­luée sur Broad­way en 2012 ain­si qu’à Londres en est à une tour­née in­ter­na­tio­nale de­puis fé­vrier 2013. Elle pren­dra l’af­fiche no­tam­ment à Hong Kong, en Aus­tra­lie ain­si qu’en Nou­velle-Zé­lande.

«Je suis al­lée à Londres en jan­vier der­nier as­sis­ter à la pièce de Ri­chard Bean, ra­conte le co­mé­dien. Nous sommes dans la fo­lie et le dé­lire.»

UN DRÔLE DE SER­VI­TEUR

Ain­si, Mar­cel Le­boeuf in­car­ne­ra l’homme ou le ser­vi­teur dans cette adap­ta­tion qui se veut contem­po­raine. Son per­son­nage, Fran­cis Frenette, un chô­meur plu­tôt in­té­res­sé, se pla­ce­ra au ser­vice de deux pa­trons à la fois.

«Les trois prin­ci­paux per­son­nages sont tous ex­ces­si­ve­ment naïfs, voire même un peu idiots», an­nonce la tête d’af­fiche de la pièce.

C’est Sé­bas­tien Dodge qui in­ter­pré­te­ra l’un de ses deux pa­trons, alors qu’Anne-Éli­sa­beth Bos­sé, elle, per­son­ni­fie­ra l’autre pa­tronne. «En fait, elle s’ha­bille en homme pour se faire pas­ser pour son frère ju­meau.»

On nous ra­conte qu’il s’agit d’un hu­mour qui s’ap­pa­rente à l’ab­surde où les qui­pro­quos et les cla­quages de portes sont au ren­dez-vous. C’est prin­ci­pa­le­ment les mal­adresses des per­son­nages qui en fe­ront une pièce amu­sante.

Ori­gi­na­le­ment, la pièce ita­lienne s’in­ti­tu­lait Ar­lec­chi­no ser­vi­tore di due pa­dro­ni (Ar­le­quin va­let de deux maîtres). Comme on a pla­cé la pièce à une autre époque, on a vou­lu, pour la ver­sion qué­bé­coise, une tra­duc­tion qui s’ap­pa­rente da­van­tage à la ver­sion bri­tan­nique. «Notre pièce est cam­pée en 1963, au Qué­bec, plus par­ti­cu­liè­re­ment à Ma­gog, où les ar­le­quins ne font plus par­tie de nos moeurs. Toutes les ré­fé­rences de l’adap­ta­tion de Fré­dé­ric Blan­chette se­ront plu­tôt en lien avec ces an­nées», sou­ligne le co­mé­dien.

À plu­sieurs mo­ments, nous abo­li­rons le qua­trième mur en s’adres­sant di­rec­te­ment au pu­blic. De sur­croît, on fe­ra par­ti­ci­per le pu­blic. «Rien ne se­ra ar­ran­gé, fait re­mar­quer l’acteur. Je fe­rai mon­ter sur scène quel­qu’un choi­si au ha­sard.»

On nous pro­met éga­le­ment des sur­prises acro­ba­tiques et des cas­cades. Fran­cis Frenette est un per­son­nage fou et hi­la­rant.

THÉÂTRE MU­SI­CAL

Se­lon Mar­cel Le­boeuf, on peut cer­tai­ne­ment qua­li­fier cette pièce d’un théâtre mu­si­cal. Outre les 17 co­mé­diens, nous au­rons droit à trois mu­si­ciens sur scène, un acro­bate, du chant et de la danse. «Nous sommes dans un dé­cor avec des cos­tumes de 1963 et nous au­rons de la musique de cette époque. On pour­rait com­pa­rer cette trame mu­si­cale à celle du groupe Les Ba­ro­nets», pré­cise le co­mé­dien. At­ten­dons-nous à voir Mar­cel Le­boeuf dan­ser et nous en mettre plein la vue.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.