SEXE ET ADULTÈRE À L’AMÉ­RI­CAINE

L’adultère a tou­jours exis­té et est beau­coup plus ré­pan­du que nous ai­mons le croire. Avec le re­tour du beau temps, cer­tains pré­tendent que les gens sont plus por­tés à se lais­ser ten­ter par le fruit dé­fen­du. Peut-être que cette réa­li­té fe­ra de Mis­tresses l

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION - Bill Har­ris Agence QMI

Le titre même de cette sé­rie, dif­fu­sée de­puis le 3 juin aux ré­seaux ABC et CTV, donne le ton. Ins­pi­rée d’une sé­rie éga­le­ment in­ti­tu­lée Mis­tresses qui était pré­sen­tée au Royaume-Uni, la ver­sion amé­ri­caine met en ve­dette Alys­sa Milano, qui in­carne Sa­van­nah (Sa­vi) Da­vis, une avo­cate bien en vue qui tente de fon­der une fa­mille avec son ma­ri Har­ry, in­ter­pré­té par Brett Tu­cker.

Di­vi­sés par des pro­blèmes de fer­ti­li­té et confron­tés à la ten­ta­tion, comment ar­ri­ve­ront-ils à se re­trou­ver?

Tous les hommes d’un cer­tain âge adorent Alys­sa Milano ( Ma­dame est ser­vie, Char­med, Earl, Place Mel­rose). À plu­sieurs ni­veaux, ce­la est donc ri­di­cule de pen­ser, ne se­rait-ce qu’une se­conde, qu’Har­ry pour­rait la re­je­ter.

Mais Mis­tresses ce n’est pas seule­ment l’his­toire de Sa­vi, c’est aus­si celle de sa soeur Joss­lyn (Jes Ma­cal­lan), de leur amie Ka­ren (Yun­jin Kim), et d’April (Ro­chelle Aytes), qui vient tout juste de perdre son ma­ri.

LA FEMME IDÉALE

«Si on com­bine cha­cune de leurs qua­li­tés, en­semble, elles re­pré­sentent la femme idéale. Elles sont toutes dif­fé­rentes, mais elles se com­plètent. J’adore te­nir le rôle d’une femme qui est loin d’être par­faite. Dès le pre­mier épi­sode, Sa­vi prend des dé­ci­sions lourdes en consé­quence. Je sa­vais qu’il s’agis­sait d’un rôle qui al­lait me de­man­der beau­coup de re­cherche, mais que j’au­rais un plai­sir fou», ra­conte My­la­no.

L’adultère au­ra un im­pact dif­fé­rent dans la vie de cha­cune des quatre hé­roïnes de Mis­tresses, une sé­rie rem­plie de sexe et d’hu­mour, qui res­semble par­fois à Beau­tés déses­pé­rées.

DE FA­ÇON MOINS NÉ­GA­TIVE

Avec la pro­li­fé­ra­tion des sites web qui font la pro­mo­tion de l’adultère, il fal­lait s’at­tendre à ce que la té­lé­vi­sion nous pro­pose une sé­rie de ce genre. S’il y a tou­jours eu de l’adultère au pe­tit écran, cette fois c’est pré­sen­té de fa­çon beau­coup moins né­ga­tive, un peu comme si on di­sait aux té­lé­spec­ta­teurs: «c’est comme ça que ça se passe dans la vraie vie». Ce­la ne veut tou­te­fois pas dire que tout se­ra fa­cile pour les per­son­nages qui de­vront cha­cune faire face à leurs lots de pro­blèmes.

Soyons clairs, re­gar­der Mis­tresses ne consti­tue pas une tra­hi­son ni un geste d’adultère, mais il fau­dra quand même être pru­dent puisque, après tout, c’est l’été.

MIS­TRESSES

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.