EL­LEN PAGE A TOU­JOURS LES DEUX PIEDS SUR TERRE

Très de­man­dée, on pour­ra bien­tôt voir El­len Page dans The East ain­si que dans X-Men: Days of Fu­ture Past, et elle se­ra la ve­dette de l’adap­ta­tion pour le grand écran du jeu vidéo Au­de­là: deux âmes. La jeune Ca­na­dienne de 26 ans a conser­vé son franc-par­ler

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Liz Braun Agence QMI

Elle par­ti­cipe pré­sen­te­ment au tour­nage du nou­veau cha­pitre de la sa­ga

X-Men ou elle re­prend le rôle de Kit­ty Pryde-Sha­dow­cat. Même si elle est te­nue au se­cret, elle se dit ex­ci­tée par l’am­pleur de la dis­tri­bu­tion. Elle ne ta­rit pas d’éloges à l’en­droit du réa­li­sa­teur et elle ne cesse de ré­pé­ter com­bien c’est amu­sant de se re­trou­ver dans ce monde peu­plé de su­per­hé­ros.

The East, un sus­pense di­ri­gé par Zal Bal­man­glij ( Sound of My Voice) dont elle par­tage la ve­dette avec Brit Mar­ling et Alexandre Skars­gard, sor­ti­ra ven­dre­di. Mar­ling tient le rôle d’un agent d’un groupe de ren­sei­gne­ments char­gé d’in­fil­trer une cel­lule anar­chiste, dont font par­tie les per­sonnes in­ter­pré­tées par Page et Skars­gard, qui lutte contre les grandes mul­ti­na­tio­nales de ce monde.

«Ce film nous per­met de mieux com­prendre les grandes idéo­lo­gies der­rière les gestes d’éclats. Lors­qu’on voit au bul­le­tin d’in­for­ma­tion, un jeune gar­çon qui lance une pierre à tra­vers la vi­trine d’un ma­ga­sin Nike ou d’un Star­buck, on nous ra­conte qu’il a po­sé un tel geste parce qu’il était en co­lère sans ja­mais nous dire pour­quoi! Je ne dis pas que l’on pour­ra tout ré­gler en lan­çant des briques, je dis tout sim­ple­ment que les mé­dias ne nous ra­content pas tout!», ra­conte l’ac­trice en fai­sant ré­fé­rence à des groupes de fé­mi­nistes, d’éco­lo­gistes ou de pi­rates d’in­for­ma­tique.

Page a dé­bu­té sa car­rière à 10 ans et a gran­di sous le re­gard du pu­blic. Comme elle se plaît à le ré­pé­ter, elle a été «très chan­ceuse» que l’ac- teur John Duns­worth l’ait choi­sie pour te­nir un rôle dans Pit Po­ny, un film dif­fu­sé au ré­seau CBC.

«Je me suis dit que c’était quelque chose d’amu­sant qui m’ar­ri­vait et que j’al­lais en­suite re­tour­ner à l’école. Lorsque ç’ a été re­pris et que c’est de­ve­nu une émis­sion ré­gu­lière, ça m’a conduite à autre chose, puis à autre chose…»

Elle se dit reconnaissante en­vers ses pa­rents qui ont su lui faire confiance et lui per­mettre de me­ner une car­rière. «J’ai ap­pris la ré­si­lience. Bien sûr, il y a des rôles que je n’ai pas ob­te­nus, ce qui est vrai­ment dé­vas­ta­teur à l’âge de 12 ou 13 ans. Après avoir lais­sé al­ler ta dé­cep­tion, tu ap­prends que la vie c’est à la fois ma­gni­fique, amu­sant et bi­zarre».

VASTE PU­BLIC

L’ac­trice ra­conte qu’elle n’est pas près d’ou­blier les ex­pé­riences vé­cues sur le pla­teau de tour­nage des films Ma­rion

Bridge et Wil­by Won­der­ful: «ils m’ont fait dé­cou­vrir des sen­ti­ments que je ne connais­sais pas, mais que je vou­lais ex­plo­rer! C’est tout un hom­mage au ta­lent des créa­teurs ca­na­diens».

El­len Page mul­ti­plie les rôles au­tant dans des films in­dé­pen­dants que dans des grosses pro­duc­tions hol­ly­woo­diennes. Le film Ju­no sor­ti en 2007 lui a per­mis de re­joindre un plus vaste pu­blic et de se faire connaître des ci­né­philes. Elle par­tage main­te­nant son temps entre le tour­nage de films à suc­cès comme Rome, mon amour de Woo­dy Al­len et Ori­gine de Ch­ris­to­pher No­lan et de films in­dé­pen­dants comme Le se­cret

de Pea­cock et Tou­chy Fee­ly de Lynn Shel­ton. Tou­jours très vo­lu­bile, El­len Page hé­site lors­qu’il est ques­tion de son sta­tut de ve­dette: «je ne me consi­dère ja­mais comme une cé­lé­bri­té. Bien sûr, il y a eu toute une tran­si­tion après Ju­no, mais après quelques mois, tu dois re­prendre le cours nor­mal de ta vie. Je veux vivre ma vie comme tout le monde.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.