GEORGES HA­MEL RE­VIENT DE LOIN

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - AGNES. GAU­DET@ QUE­BE­COR­ME­DIA. COM Agnès Gau­det

Quatre ans après un dur com­bat contre le can­cer, Georges Ha­mel lance son 43e al­bum coun­try en car­rière, Je re­viens de très loin, un opus dans le­quel il parle de ses croyances et de son épreuve dans la ma­la­die. Il uti­lise même le vi­lain mot can­cer dans une de ces chan­sons.

En car­rière, Georges Ha­mel a com­po­sé plus de 300 chan­sons. Il ne s’est pas ar­rê­té pour au­tant quand il a dû mettre en veilleuse ses spec­tacles pour se battre contre un can­cer de la moelle os­seuse et qu’il est pas­sé de re­chute en re­chute, alors qu’il su­bis­sait greffes et chi­mio­thé­ra­pie à ré­pé­ti­tion.

«Au dé­but, ra­conte le chan­teur, on ne me don­nait pas beau­coup de temps à vivre. J’étais en phase ter­mi­nale. Mais je me suis ac­cro­ché. J’ai dé­ci­dé de me battre jus­qu’au bout. On va tous y pas­ser un jour, mais... ça ne presse pas.»

Mal­gré les com­pli­ca­tions, dont huit pneu­mo­nies, des di­ver­ti­cu­lites et un zo­na, ja­mais Georges Ha­mel ne s’est ré­vol­té. Il a plu­tôt re­mer­cié la vie. «On a tous nos pe­tits et gros bo­bos, dit-il. Il y en a des pires que moi. J’en ai vu de toutes les cou­leurs à l’hô­pi­tal.»

SEUL LA NUIT

Par­ler de ma­la­die dans ses chan­sons est un peu in­ha­bi­tuel. Rares sont ceux qui osent abor­der le su­jet de peur de faire fuir le pu­blic. Georges Ha­mel, lui, n’a pas hé­si­té. Sa chan­son Je n’ai pas dor­mi ra­conte son état d’âme quand à 5 heures du ma­tin, mal­gré les cal­mants pour l’as­som­mer, trop in­quiet, il n’avait pas en­core fer­mé l’oeil. « Le can­cer ce vi­lain mot, chante-t-il. Qui at­taque dou­ce­ment. Tout comme un cou­teau dans l’dos. M’a écra­sé bê­te­ment (...)» «Je ne crains pas de chan­ter le mot can­cer, dit-il, parce que c’est la réa­li­té. Cette chan­son je l’ai écrite une nuit que je n’avais presque pas dor­mi, alors que mon mé­de­cin ne me don­nait que quelques mois à vivre. [...] Mal­gré la ma­la­die, l’ins­pi­ra­tion ve­nait quand même.

CHAN­TER SES CROYANCES

Georges Ha­mel est l’exemple vi­vant qu’on peut faire face à la ma­la­die, lui qui a été ra­ni­mé à deux re­prises, qui a «presque tra­ver­sé de l’autre cô­té», lui qui à cause de trois ver­tèbres af­fais­sées à cause du can­cer, vit au quo­ti­dien avec un ter­rible mal de dos.

Sur son nou­vel al­bum Je re­viens de loin, le chan­teur parle des anges gar­diens, du Sei­gneur, de ses croyances. Il l’a tou­jours fait, sans se sou­cier des qu’en-di­ra-t-on.

«Je crois qu’il y a une autre vie plus belle que celle-ci après. L’en­fer est ici, confiet-il. Dieu est amour, on est des par­celles de Dieu et on est ici pour une mis­sion.

«On est libre de croire ce qu’on veut. Je res­pecte l’opi­nion des gens, les croyants comme les athées.»

Georges Ha­mel a ven­du plus d’un mil- lion d’al­bums en car­rière. Avant la ma­la­die, chaque an­née de­puis1977, il en sor­tait un nou­veau. À une cer­taine époque, les gens fai­saient des line-up pour se pro­cu­rer ses disques. À l’Ex­po agri­cole de Victoriaville, ils sont quelque 4000 per­sonnes à ve­nir l’en­tendre chaque an­née, comme une re­li­gion. √ L’al­bum Je re­viens de très loin est en ma­ga­sin de­puis quelques se­maines. Pour les dates de spec­tacles, voir geor­ge­sha­mel.com.

Après quatre ans d’ab­sence, Georges Ha­mel pré­sente un al­bum écrit avec ses états d’âme, en­re­gis­tré entre deux ré

mis­sions du can­cer.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.