Billy Crys­tal et John Good­man DEUX VOIX MONS­TRUEUSES

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Mi­chael Recht­shaf­fen Agence QMI

Pour Billy Crys­tal et John Good­man, prê­ter de nou­veau leur voix aux per­son­nages de Mike et Sul­ley plus de 10 ans après la sor­tie du pre­mier de film al­lait de soi. Ils sont tou­jours aus­si co­pains, comme on a pu le consta­ter du­rant une jour­née de presse du film L’uni­ver­si­té des monstres.

Qu’est-ce qui vous in­ter­pelle dans vos per­son­nages? JOHN GOOD­MAN: Le fait que Sul­ley soit van­tard. Les per­son­nages se com­plètent. Je pense que Sul­ley a vrai­ment be­soin de Mike. Il lui per­met de dé­com­pres­ser. Ils ap­prennent l’un de l’autre et ap­prennent éga­le­ment à lais­ser tom­ber leurs pré­ju­gés sur le monde.

BILLY CRYS­TAL: Et pour moi, Mike est cou­ra­geux. C’est le per­son­nage que j’ai pré­fé­ré jouer dans toute ma car­rière. Je me suis vrai­ment en­nuyé de lui. Quand John Las­se­ter de chez Dis­ney/Pixar m’a ap­pro­ché pour re­prendre Mike, c’était au par­ty de son 50e an­ni­ver­saire. Il m’a dit: «Nous avons une idée de suite (à Monstres et Cie), mais il s’agit en fait d’un an­té­pi­sode». Il ne m’en a pas dit plus long. Lorsque vous étiez aux études, vous êtes-vous dé­jà sen­tis mar­gi­na­li­sés?

CRYS­TAL: Je l’avoue, j’étais un peu mar­gi­nal. Je me suis spé­cia­li­sé en réa­li­sa­tion, alors que je suis vrai­ment un co­mé­dien. Oli­ver Stone, Ch­ris­to­pher Guest et Mi­chael McKean étaient quelques-uns de mes ca­ma­rades de classe. Et mon pro­fes­seur était Martin Scor­sese. Martin ve­nait de gra­duer, M. Scor­sese comme je l’ap­pe­lais à l’époque. Je m’adresse en­core à lui de cette ma­nière parce qu’il m’a don­né un C.

GOOD­MAN: À l’école, je n’ai ja­mais été à ma place avec les per­sonnes po­pu­laires. J’étais comme un va­ga­bond et je sou­hai­tais déses­pé­ré­ment faire par­tie d’un groupe. J’étais per­du. Je fai­sais du sur­place, mais j’es­sayais de trou­ver mon che­min. Je vou­lais jouer

au football, mais ça n’a pas fonc­tion­né. Je ne sa­vais pas ce que j’avais en­vie de faire dans la vie jus­qu’à ce que je dé­couvre le dé­par­te­ment de théâtre. Et puis, tout a pris son sens, j’ai dé­cou­vert ma pas­sion. J’ai com­men­cé à vivre. Vous est-il ar­ri­vé d’être très créa­tifs dans les rai­sons que vous avez évo­quées pour jus­ti­fier votre ab­sence en classe?

GOOD­MAN: Mes plans étaient très éla­bo­rés. Je me ren­dais au bu­reau de l’in­fir­mière. J’étais très doué pour faire sem­blant de vo­mir. Je bu­vais un verre d’eau et me pré­ci­pi­tais aux toi­lettes pour le re­cra­cher. On m’ex­pé­diait à la mai­son avec un billet

d’ex­cuse.

CRYS­TAL: Je fai­sais sem­blant d’avoir un mal de gorge, je pre­nais une voix rauque.

GOOD­MAN: Mar­lon Bran­do, lui, frot­tait un ther­mo­mètre contre sa jambe avant

de le pla­cer dans sa bouche. Qu’est-ce qui vous fai­sait peur lorsque vous étiez en­fants et qui conti­nue de vous ef­frayer?

CRYS­TAL : Ma tante Shei­la. Elle était ter­ri­fiante. Elle grat­tait les sa­le­tés qu’on avait au vi­sage à l’aide d’un mou­choir, mais on au­rait dit du pa­pier sa­blé. Je n’aime tou­jours pas la noir­ceur, même si elle me fait sou­rire à l’oc­ca­sion… L’in­con­nu m’a tou­jours fait un peu peur, sur­tout en vieillis­sant.

GOOD­MAN: Fran­ken­stein me don­nait la frousse. J’adore les vieux films d’Uni­ver­sal, par­ti­cu­liè­re­ment ceux avec Be­la Lu­go­si.

CRYS­TAL: Ce qui a été bien avec le pre­mier film, c’est qu’il est sor­ti juste après les évé­ne­ments tra­giques du 11 sep­tembre, en 2001. John et moi avons as­sis­té à plu­sieurs vi­sion­ne­ments pour des en­fants qui avaient per­du leurs pa­rents ou d’autres proches. Des en­fants qui avaient en moyenne 6 ou 7 ans. Ces en­fants ont main­te­nant l’âge de Mike et Sul­ley. Ré­cem­ment, il y a eu un vi­sion­ne­ment et les 400 étu­diants étaient en dé­lire, ils se re­con­nais­saient. Ils prennent leurs dé­ci­sions comme le font Mike et Sul­ley. Mike est non seule­ment le per­son­nage que j’ai pré­fé­ré joué, mais il a un ef­fet po­si­tif sur le monde. Les gens y sont at­ta­chés.

John Good­man

Billy Crys­tal

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.