5e CHA­PITRE PLUS « BRUT »

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Emy-Jane Dé­ry Agence QMI

Cet été, la nou­velle pro­duc­tion Le han­gar des ou­bliés ira jus­qu’à frô­ler les li­mites de la si­gna­ture du Cirque du So­leil, en pro­po­sant au pu­blic de la ville de Qué­bec un concept plus «brut» que ja­mais.

«Es­thé­ti­que­ment, nous ne sommes pas ha­bi­tués de voir quelque chose de brut comme ça au Cirque du So­leil», a dit le nou­veau met­teur en scène, Martin Ge­nest. Au­cun pro­jec­teur vidéo ne se­ra uti­li­sé dans cette pro­duc­tion. «On met l’ar­tiste sur scène, on l’éclaire et on veut de la per­for­mance.»

Il faut dire que cet angle de créa­tion ne rend pas pour au­tant le spec­tacle moins com­plexe à réa­li­ser. «Pour ar­ri­ver à la sim­pli­ci­té, des fois, il faut se cas­ser la tête», a sou­li­gné M. Ge­nest. Les bancs de l’Ago­ra ont été re­ti­rés, la plu­part des spec­ta­teurs se­ront de­bout du­rant les 50mi­nutes de la re­pré­sen­ta­tion. «Nous avons tra­vaillé pour créer un es­pace dy­na­mique.»

PER­FOR­MANCES EN VE­DETTE

Au mo­ment d’éla­bo­rer le concept, Martin Ge­nest af­firme s’être mis dans la peau d’un spec­ta­teur. «On aime la per­for­mance au cirque», a-t-il dit. Voi­là l’idée de base qui l’a gui­dé tout au long de son tra­vail. «On aime voir quel­qu’un qui dé­passe ce qu’on pense qu’un hu­main peut faire», a-t-il pour­sui­vi.

Son plus grand dé­fi? «Faire vi­brer 5000 spec­ta­teurs», a-t-il af­fir­mé. Pour y ar­ri­ver, le met­teur en scène mise sur la proxi­mi­té. Grâce à la confi­gu­ra­tion par­ti­cu­lière de l’Ago­ra du port de Qué­bec, il a été pos­sible de créer un spec­tacle qui en­traîne les ar­tistes près du pu­blic.

Avec des moyens qu’il re­fuse de dé­voi­ler pour l’ins­tant, mais qu’il qua­li­fie de «peu ca­tho­liques», Martin Ge­nest s’est ar­ran­gé pour al­ler proche de l’au­dience. «J’ai uti­li­sé des ap­pa­reils peu or­tho­doxes, qui de­viennent pour la cause des ap­pa­reils acro­ba­tiques, a-t-il ex­pli­qué. À un mo­ment don­né, les gens lè­ve­ront la tête et s’aper­ce­vront que l’ac­tion se passe juste au-des­sus d’eux.»

HIS­TOIRE INS­PI­RANTE

Pour pui­ser l’ins­pi­ra­tion de ce cin­quième cha­pitre des

Che­mins in­vi­sibles, le met­teur en scène est al­lé fouiller dans l’his­toire de la ville de Qué­bec. Ain­si, à l’image du dé­cor de l’Ago­ra, le pu­blic se­ra trans­por­té dans les sou­ve­nirs d’un doua­nier âgé.

Tout au long du spec­tacle, les im­menses conte­nants de bois ré­vè­le­ront au pu­blic des sur­prises. Une des boîtes contien­dra un pla­teau de tour­nage d’Hit­ch­cock, une autre fe­ra un clin d’oeil à l’homme fort Louis Cyr. La pre­mière re­pré­sen­ta­tion du spec­tacle Le han­gar des ou­bliés au­ra lieu de­main, à 21 h 15, à l’Ago­ra du port de Qué­bec.

PHO­TO AGENCE QMI, SI­MON CLARK

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.