VE­GAS

LAS VE­GAS | Pour que Cé­line Dion dé­cide de co­pro­duire une autre ar­tiste, avec son ma­ri Re­né An­gé­lil, il fal­lait que Vé­ro­nic Di­Caire ait quelque chose de spé­cial. L’imi­ta­trice fran­co-on­ta­rienne vient d’amor­cer sa nou­velle car­rière amé­ri­caine, à Las Ve­gas,

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Ra­phaël Gen­dron-Martin Le Jour­nal de Mon­tréal

Las Ve­gas est-elle prête pour Vé­ro­nic Di­Caire? La ca­pi­tale mon­diale du jeu, main­te­nant re­con­nue comme une des­ti­na­tion in­ter­na­tio­nale de di­ver­tis­se­ment, pro­pose des di­zaines et des di­zaines de spec­tacles d’hu­mour, de ma­gie, de cirque et de musique. Mais avant l’ar­ri­vée de Vé­ro­nic Di­Caire, elle ne comp­tait au­cune imi­ta­trice fé­mi­nine sur le Strip.

Parce qu’elle est une tra­vailleuse achar­née et qu’elle peut imi­ter jus­qu’à 50 cé­lé­bri­tés dif­fé­rentes, Vé­ro­nic Di­Caire a convain­cu Cé­line et Re­né de co­pro­duire son spec­tacle, en com­pa­gnie de son gé­rant et ma­ri, Ré­mon Bou­le­rice. En­semble, ils ont si­gné un con­trat avec deux par­te­naires prin­ci­paux, Cae­sars En­ter­tain­ment et AEG, les mêmes qui tra­vaillent sur le spec­tacle de Cé­line au Co­los­seum. Vé­ro­nic entre donc à Ve­gas par la grande porte, di­rec­te­ment dans les ligues ma­jeures.

BELLE OP­POR­TU­NI­TÉ

«C’est une su­per belle ex­pé­rience pour moi, avait dit Vé­ro­nic en confé­rence de presse, il y a quelques se­maines. Je trouve que Las Ve­gas est l’en­droit le plus in­té­res­sant pour une en­ter­tai­ner. Pour moi, c’est une su­per belle op­por­tu­ni­té. Je suis bien éner­vée.»

Au ni­veau du théâtre, l’imi­ta­trice ne se pro­duit pas dans un pe­tit bar ano­nyme, mais plu­tôt à l’hô­tel Bal­ly’s, si­tué di­rec­te­ment sur le Strip, presque en face du Cae­sars Pa­lace. Do­té d’une ca­pa­ci­té de 965 sièges, le théâtre per­met à l’ar­tiste d’of­frir une pres­ta­tion as­sez im­po­sante, ac­com­pa­gnée de six danseuses.

«C’est une belle salle ty­pique de Las Ve­gas, dit Vé­ro­nic. Re­né (An­gé­lil) a eu un gros coup de coeur quand il y est al­lé, parce que ça l’a ra­me­né à l’époque où il al­lait voir des shows dans ce théâtre-là. Il avait un bon fee­ling et il était content de sa­voir qu’elle était dis­po­nible.»

«Nous de­vons par­ta­ger la scène avec le spec­tacle Ju­bi­lee, qui est là de­puis 30 ans, dit Vé­ro­nic. On a donc des contraintes au ni­veau de la scène et du dé­cor. Comme d’ha­bi­tude, on fait le trai­te­ment simple et ef­fi­cace. Avec Yves Au­coin, qui est à la scé­no­gra­phie, et Jo­sée For­tier à la mise en scène on a dé­ci­dé d’uti­li­ser des écrans, mais en sim­pli­ci­té. Less is more. On veut le ca­ne­vas par­fait pour re­pré­sen­ter cha­cun des uni­vers, que ce soit Brit­ney Spears ou Bar­bra Strei­sand.»

L’IM­PLI­CA­TION DE CÉ­LINE

Ha­bi­tuée à se pro­duire seule sur scène, dans ses spec­tacles en France, Vé­ro­nic est contente d’avoir des danseuses avec elle pour cette nou­velle pro­po­si­tion. «C’est un beau pri­vi­lège que j’ai d’avoir des danseuses avec moi pour re­pro­duire l’uni­vers de Ma­don­na, par exemple.»

Du spec­tacle fran­çais, Vé­ro­nic Di­Caire a gar­dé quelques nu­mé­ros. Et de nou­velles voix de chan­teuses bien connues des Amé­ri­cains ont été ajou­tées. Par­mi les 50 imi­ta­tions, elle y fait no­tam­ment Cher, Ma­don­na, Ca­role King, Adele, Ti­na Tur­ner, Whit­ney Hous­ton... et Cé­line, bien en­ten­du.

À pro­pos de cette der­nière, de quelle fa­çon s’im­plique-t-elle dans le spec­tacle? «Elle se tient beau­coup au cou­rant de ce qui se passe, ré­pond Vé­ro­nic. Chaque fois que je la vois, elle me pose des ques­tions par rap­port au spec­tacle. Elle n’est pas là phy­si­que­ment, mais elle est au cou­rant du dos­sier.»

MÊME FEE­LING QUE POUR L’EU­ROPE

La star qué­bé­coise a même per­son­nel­le­ment don­né des conseils à Vé­ro­nic sur la fa­çon de l’imi­ter. «Quand j’ai fait sa pre­mière par­tie au Centre Bell, elle m’a don­né un cours sur comment l’imi­ter. J’ai eu le même fee­ling avec Mau­rane et Isa­belle Bou­lay. Elles sont su­per­vo­lon­taires et elles aiment beau­coup que je les imite. Ça me touche vrai­ment. C’est comme si j’avais leur bé­né­dic­tion!»

Quelques se­maines avant de plon­ger dans l’aven­ture, Vé­ro­nic Di­Caire était plei­ne­ment confiante. «En ce mo­ment, j’ai le même fee­ling que j’avais par rap­port à l’Eu­rope. Je sais qu’il y a un tra­vail qui va de­voir se faire. On com­mence à faire des sound­checks à 8 h 30 le ma­tin. C’est le tra­vail de quel­qu’un qui com­mence dans un nou­veau mar­ché.»

VÉ­RO­NIC DI­CAIRE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.