DE RÉA­LI­SA­TEUR AC­CLA­MÉ À CHAN­TEUR EN­CEN­SÉ

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Ra­phaël Gen­dron-martin Le Jour­nal de Mon­tréal

D’abord connu pour son tra­vail de réa­li­sa­teur pour les vi­déo­clips de Ka­ty Per­ry, Mo­by et La­na Del Rey, Wood­kid a pris le monde de la musique par sur­prise, en avril der­nier, en sor­tant un pre­mier al­bum très ins­pi­ré, avec de gran­dioses ar­ran­ge­ments or­ches­traux. Nous avons par­lé à l’ar­tiste fran­çais qui vit main­te­nant à Brook­lyn.

En 2011, Yoann Lemoine, alias Wood­kid, fai­sait par­ler de lui pour la pre­mière fois comme chan­teur avec sa pièce Iron. Uti­li­sée pour la bande-an­nonce du jeu vidéo As­sas­sin’s Creed: Re­ve­la­tions, la chan­son al­lait aus­si se faire re­mar­quer sur la toile avec son vi­déo­clip, à l’es­thé­tique très lé­chée.

Pour ap­puyer la sor­tie de son pre­mier al­bum, The Gol­den Age, l’ar­tiste ori­gi­naire de Lyon a ima­gi­né un concert très vi­suel, l’au­tomne der­nier, avec d’im­menses pro­jec­tions et éclai­rages. C’est ce spec­tacle que le pu­blic qué­bé­cois pour­ra voir dans quelques jours.

ÉPIQUES ET PERCUSSIFS

«Le spec­tacle est le pro­lon­ge­ment de l’uni­vers de l’al­bum, mais de ma­nière plus sym­bo­lique, abs­traite, mi­né­rale et or­ga­nique, dit-il, au bout du fil. J’ai d’im­menses pro­jec­tions avec d’énormes la­sers. C’est quelque chose de très noir et blanc, très ins­tinc­tif dans l’émo­tion. Je couvre les chan­sons de fa­çon très émo­tion­nelle, très simple et dé­nu­dée. Mais il y a aus­si des mo­ments or­ches­traux, épiques et percussifs.»

De na­ture très humble, Lemoine a été sur­pris d’avoir un ac­cueil aus­si una­nime pour son pre­mier ef­fort. «C’est un hon­neur de voir que la presse a été aus­si di­thy­ram­bique, mais moi, je vois beau­coup de dé­fauts dans cet al­bum! Ça fait pas mal de temps que je l’ai fi­ni.»

«C’est étrange de se pro­duire de­vant des grosses foules, car ma musique, je la fais qua­si­ment en ca­le­çon sur mon lit, sur mon or­di­na­teur. Je com­pose de ma­nière ins­tinc­tive. Et puis, à un mo­ment don­né, la musique tra­verse les océans. C’est im­pres­sion­nant.»

SOUS LES PRO­JEC­TEURS

Ha­bi­tué à être der­rière la ca­mé­ra, Lemoine a dû s’adap­ter à sa nou­velle vie sous les pro­jec­teurs. «C’est tou­jours un peu étrange, c’est sûr. Je suis as­sez ré­ser­vé, mais j’ai ap­pris à être sur scène de ma­nière plus confiante et plus ex­pan­sive. Main­te­nant, c’est quelque chose que je ne me ver­rais pas aban­don­ner. C’est une vraie li­bé­ra­tion phy­sique.»

Avec sa nou­velle car­rière mu­si­cale qui a pris de l’am­pleur, le chan­teur a dû mettre de cô­té ses pro­jets de réa­li­sa­tion pour d’autres ar­tistes. «Mais l’avan­tage, c’est que je peux mettre le mé­tier de réa­li­sa­teur à l’hon­neur dans le pro­jet de Wood­kid. C’est un luxe in­croyable de pou­voir au­jourd’hui conti­nuer mon mé­tier de réa- li­sa­teur, mais de le faire au pro­fit de mon mé­tier de mu­si­cien.» Wood­kid se­ra en spec­tacle lun­di soir, au Mé­tro­po­lis, dans le cadre du Fes­ti­val de jazz.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.