TAN­GER,

TAN­GER, Ma­roc (dé­but dé­cembre) | Fi­gure de proue du conti­nent afri­cain, à quelques en­ca­blures de la côte eu­ro­péenne, Tan­ger est une ville en­voû­tante que l’on ne peut s’em­pê­cher d’aimer au pre­mier contact, même en cette sai­son, car les jour­nées y sont douc

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES -

Chaque ma­tin, je m’émer­veille en re­gar­dant par la grande baie vi­trée de mon ap­par­te­ment du centre-ville la ci­té an­cienne, la cas­bah et ses rem­parts, et aus­si l’ho­ri­zon bar­ré par le dé­troit, avec le va-et-vient des car­gos en­trant dans la Mé­di­ter­ra­née ain­si que les na­vettes des tra­ver­siers re­liant la côte an­da­louse toute proche.

C’est aus­si dans la ma­ti­née, tou­jours pour pro­fi­ter de la lu­mière sur la mé­di­na, que je des­cends jus­qu’aux quais du port de pêche si­tué, pour quelque temps en­core, en contre­bas. Les cha­lu­tiers de haute mer et les barques de pêche cô­tière, tous peints en bleu, sont là ras­sem­blés dans le même bas­sin que do­mine la ville an­cienne, toute blanche.

LA VILLE DES CÉ­LÉ­BRI­TÉS

En pre­mière ligne de cette vue fi­gure le my­thique Hô­tel Con­ti­nen­tal, construit dans les an­nées 1870, dont tous les sa­lons sont dé­co­rés comme des pa­lais. C’est là que fut tour­né le film Un thé au Sa­ha­ra, d’après le ro­man de Paul Bowes, l’écri­vain amé­ri­cain qui a long­temps sé­jour­né à Tan­ger. Le livre d’or de l’éta­blis­se­ment, que l’on vous montre avec bien des pré­cau­tions, s’en­or­gueillit des pa­raphes d’une mul­ti­tude de cé­lé­bri­tés.

De la po­li­tique et du monde des arts, tous les grands noms des dé­cen­nies 30, 40 et 50 de l’autre siècle, sont pas­sées ou ont sé­jour­né à Tan­ger. À tra­vers la ville «mo­derne», aux abords de la mé­di­na, bien des lieux portent ain­si l’em­preinte de cé­lé­bri­tés. C’est no­tam­ment le cas de l’Hô­tel Minz­ha et de la Vil­la de France. Tan­ger vient d’ailleurs de vivre une an­née consa­crée à Matisse, qui a vé­cu là il y a 100 ans.

D’autres lieux ont ins­pi­ré des toiles de maître ou fi­gurent dans les oeuvres des au­teurs qui ont pris Tan­ger comme toile de fond. C’est le cas du ca­fé Ha­fa, dans le quar­tier du même nom, dont les huit ni­veaux de ter­rasse do­minent le dé­troit.

Si l’on veut re­mon­ter l’his­toire mil­lé­naire de la ville, on com­mence tout près de là par les tom­beaux phé­ni­ciens creu­sés à même les ro­chers qui do­minent la fa­laise. Et puis, il y a toutes les autres époques, car, de tout temps, Tan­ger a été une ville stra­té­gique très convoi­tée à l’en­trée de la mer Mé­di­ter­ra­née.

La longue plage de la baie de Tan­ger, au pied des grands hô­tels, at­tire les Tan­gé­rois sur­tout les fins de semaine. Pour ac­cé­der aux plus belles plages, on a le choix : cô­té At­lan­tique, on tra­verse la fo­rêt de pins pa­ra­sols qui s’étend jus­qu’au cap Spar­tel, cô­té Mé­di­ter­ra­née, en pre­nant la route de la cor­niche, on at­teint, au-de­là de l’en­clave es­pa­gnole de Ceu­ta, la vaste zone bal­néaire de la baie de Ta­mu­da. Les villes de ca­rac­tère que sont Asi­lah, Chef­chaouen et Té­touan jus­ti­fient de plai­santes es­ca­pades au dé­part de Tan­ger. On peut, comme je l’ai fait, choi­sir Tan­ger comme base de dé­cou­verte dans la ré­gion main­te­nant ap­pe­lée Cap Nord. On peut, aus­si, lors d’un sé­jour sur la Cos­ta del Sol es­pa­gnole, op­ter pour une es­ca­pade plus ou moins pro­lon­gée du cô­té de Tan­ger.

PHO­TOS COUR­TOI­SIE, PAUL SIMIER

Tan­ger : la mé­di­na (ville an­cienne) et la cas­bah (ville for­ti­fiée). Les sa­lons du my­thique Hô­tel Con­ti­nen­tal de Tan­ger, construit en 1870.

Dans la cas­bah de Tan­ger.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.