PURAVIDA

De plus en plus en­vi­sa­gé comme une des­ti­na­tion voyage, le Cos­ta Ri­ca offre bien plus qu’une vé­gé­ta­tion luxu­riante, c’est aus­si un pa­ra­dis pour sur­feurs de tous ni­veaux. Pe­tit tour d’ho­ri­zon de la côte Ouest du pays.

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES - Isa­belle Verge Le Jour­nal de Mon­tréal

Bien que San Jo­sé soit la ca­pi­tale du Cos­ta Ri­ca, la plu­part des gens qui y ont mis le pied vous di­ront de dé­guer­pir aus­si­tôt que pos­sible vers les côtes. Votre pre­mier ar­rêt pour­rait être Ma­nuel An­to­nio, car l’une des plus belles plages s’y cache dans la dense fo­rêt tro­pi­cale du Parc na­tio­nal de Ma­nuel An­to­nio.

À deux heures de voi­ture de l’aé­ro­port de San Jo­sé, le pay­sage vaut le dé­tour. Il faut tra­ver­ser un ma­gni­fique pe­tit vil­lage dans les si­nueuses mon­tagnes de la ré­gion pour y ar­ri­ver. Plu­sieurs Cos­ta­ri­cains har­cèlent les tou­ristes pour qu’ils achètent les ser­vices d’un guide. Bien qu’ils puissent don­ner des pe­tits dé­tails in­té­res­sants pen­dant la ran­don­née dans le Parc na­tio­nal, si vous êtes équi­pé d’une paire de ju­melles, vous aper­ce­vrez à coup sûr plu­sieurs ani­maux exo­tiques.

Amou­reux des vagues et de la glisse, le lieu le plus pri­sé des sur­feurs, et en­core peu tou­ris­tique, est San­ta Te­re­sa. Le pe­tit vil­lage ne s’étend que sur une rue et elle est des plus ca­ho­teuses.

Vous y trou­ve­rez quelques pe­tits res­tau­rants, deux épi­ce­ries mi­nus­cules, mais pra­tiques, et des plages qui im­pres­sionnent par leur lar­geur, et la gros­seur des vagues. At­ten­tion aux ro­chers. Il faut ob­ser­ver at­ten­ti­ve­ment le pay­sage à ma­rée basse pour savoir où sur­fer sans ris­quer un ac­ci­dent fâ­cheux.

La plus belle plage est sans doute celle que les lo­caux nomment Playa Her­mo­sa. Sa­blon­neuse, elle est sans conteste la plus ap­pré­ciée du coin. Les vagues y sont grosses et puis­santes, donc par­faites pour les sur­feurs avec un peu d’ex­pé­rience.

TAMARINDO

Un des lieux les plus connus de la ré­gion de la Gua­na­caste est la ville de Tamarindo. La lo­ca­li­té est beau­coup plus tou­ris­tique et très fes­tive. Il s’en dé­gage une ef­fer­ves­cence en­ivrante. Les res­tau­rants et hô­tels pul­lulent, ain­si que les écoles de surf.

Tamarindo est l’en­droit idéal pour ap­prendre le sport na­tio­nal. Les vagues sont de pe­tites à moyennes, mais agréables à sur­fer. Le seul pe­tit bé­mol est que sou­vent, beau­coup de sur­feurs s’élancent sur la même vague. C’est sur cette plage que l’on as­siste aux plus beaux cou­chers de so­leil.

ARENAL

Fi­na­le­ment, si faire de la ran­don­née est un ob­jec­tif de voyage, il faut que le vol­can Arenal fi­gure dans les ac­ti­vi­tés. Il existe des di­zaines de sen­tiers au pied du vol­can. Les ran­don­neurs croi­se­ront des chutes, des ri­vières et des ponts sus­pen­dus, dans l’une des fo­rêts les plus luxu­riantes de la ré­gion.

1

2

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.