CINQ NUMÉROS QUI MAR­QUÉ 2013 ONT

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND -

SU­GAR SAM­MY ET SI­MON OLI­VIER FEC­TEAU

(GA­LA LES OLI­VIER)

Alors que rire des autres est de plus en plus rare au­jourd’hui, Su­gar Sam­my et Si­mon Oli­vier Fec­teau s’en sont don­né à coeur joie, dans leur pré­sen­ta­tion aux Oli­vier. Hi­la­rant, le duo a var­lo­pé plu­sieurs co­miques, dont Pa­trick Huard («as-tu vu le show de Pa­trick Huard?», «oui, j’ai beau­coup ai­mé ça, les si­lences ça me re­laxe»), Mike Ward («je ne sa­vais pas que k.d. lang fai­sait de l’hu­mour») et Guillaume Wagner. Ra­pi­de­ment, tous se sont en­ten­dus pour dire que le duo avait li­vré, de loin, le nu­mé­ro de la soi­rée. On a très hâte de voir leur nou­velle sé­rie,

en fé­vrier, sur les ondes de V.

gars-là,

Ces

SI­MON LEBLANC (GA­LA DE PHI­LIPPE BOND, JUSTE POUR RIRE)

Sur le ga­la de Phi­lippe Bond, un nom était sur toutes les lèvres: Si­mon Leblanc. «L’al­bi­nos le plus fon­cé du Qué­bec», comme il aime se dé­crire, a li­vré un nu­mé­ro dé­chaî­né sur une jour­née en mo­to ma­rine avec son beau-frère. «Le but du sea-doo n’est pas de se mettre en forme, c’est de mon­trer à ton en­tou­rage que tu fais bien de l’ar­gent même si tu n’as pas étu­dié long­temps. [...] Quand on est en­semble, nos quo­tients in­di­vi­duels se di­visent. Je ne sais pas ce qui ar­rive, on de­vient épais, mais créa­tifs. Comme des in­gé­nieurs.» Avec une éner­gie conta­gieuse, l’hu­mo­riste a re­çu une vi­brante ova­tion de­bout.

PHI­LIPPE BOND ET BEN ET JAR­ROD (GA­LA DE PHI­LIPPE BOND, JUSTE POUR RIRE)

Le duo a fait équipe avec Phi­lippe Bond pour re­créer trois joueurs de hockey dans une ligue de ga­rage. As­sis sur le banc, les trois co­miques ont li­vré plu­sieurs blagues en vrac. «J’ad­mire un gars comme Éric Sal­vail, car il est dans le show-bu­si­ness pour les bonnes rai­sons. C’est une ve­dette de la té­lé, il pour­rait cou­cher avec plein de filles, mais tu vois que ce n’est pas ça qui l’in­té­resse.» C’est lors­qu’ils se sont mis à s’em­bras­ser à pleine bouche, à la fin du nu­mé­ro, que la foule a ri aux éclats. «Ah non, j’ai échap­pé ma viande dans la fon­due. Tu sais ce qu’il faut faire?»

FRAN­ÇOIS BEL­LE­FEUILLE (GA­LA DE LAURENT PAQUIN, JUSTE POUR RIRE)

Le fri­sé à lu­nettes s’est fait une spé­cia­li­té de car­ton­ner lors de Juste pour rire. Cette fois-ci, dans un ga­la dont la thé­ma­tique était «les fêtes» («qu’est-ce que je connais là­de­dans, moi? À chaque fois qu’il y a un par­ty, on ne m’in­vite ja­mais!»), l’hu­mo­riste hy­per­ac­tif au look de tueur en sé­rie a fait mouche en par­lant des dif­fé­rentes fêtes et de sa vie sexuelle «morte dans l’oeuf». «Quand j’étais jeune, ma fête fa­vo­rite, c’était la fête de la Reine. Je me dé­gui­sais en reine et je fai­sais du por­teà-porte pour ren­con­trer le pe­tit peuple.» Spon­ta­né­ment, le pu­blic s’est le­vé d’un bond pour l’ac­cla­mer.

OLI­VIER MAR­TI­NEAU (GA­LA DE LAURENT PAQUIN, JUSTE POUR RIRE)

L’hu­mo­riste ab­surde au­rait très bien pu rem­por­ter le titre de Ré­vé­la­tion de l’an­née, tant ses numéros dans les ga­las de Laurent Paquin et Em­ma­nuel Bi­lo­deau ont sou­le­vé la foule. Pro­po­sant une éner­gie unique, le co­mique a pro­po­sé des chan­sons gri­voises, ponc­tuées d’hi­la­rantes in­ter­ac­tions avec la foule, qui ne sa­vait par­fois com­ment ré­agir. «Ce que j’haïs le plus dans les an­ni­ver­saires, ce sont les gâ­teaux. Les gens qui soufflent sur les gâ­teaux me lèvent le coeur. Qu’est-ce que tu fais là? C’est le seul ali­ment que l’on to­lère qu’un étran­ger souffle des­sus avant qu’on le mange.» Un style propre à lui qu’il fau­dra dé­fi­ni­ti­ve­ment conti­nuer de sur­veiller.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.