SUR UNE VAGUE DÉ­FER­LANTE D’AMOUR

Deux Fé­lix, cinq Centre Bell, deux Co­li­sée Pep­si, un Billet d’or, un disque pla­tine, coach à La Voix et la voix de la sch­troump­fette, Ma­rie-Mai ne manque pas d’ar­gu­ments pour dé­cré­ter que 2013 a été une an­née oc­cu­pée et cou­ron­née de suc­cès.

Le Journal de Montreal - Weekend - - HUMOUR - Cé­dric Bé­lan­ger CEDRIC. BE­LAN­GER@ QUE­BE­COR­ME­DIA. COM

«Une vague dé­fer­lante d’amour», ré­pond en tri­chant un peu Ma­rie-Mai quand on lui de­mande de ré­su­mer en un mot son an­née 2013.

«De­puis dix ans, ex­plique-t-elle, je vis sur une belle vague avec le pu­blic. Je sens mes fans der­rière moi. Mais cette an­née, avec l’ADISQ et les shows, je sens que cette vague est de­ve­nue une dé­fer­lante.»

En­core une fois, de belles sur­prises at­ten­daient la ro­ckeuse au cours des der­niers mois. Ain­si, après John­ny Hal­ly­day, elle a pu par­ta­ger la scène avec Pa­trick Bruel lors de la vi­site de la star fran­çaise au Qué­bec le mois der­nier.

«C’est un des chan­teurs qui a mar­qué mon en­fance. Il y a des mo­ments dans une car­rière où tu te dis: Ayoye, il m’a contac­té pour chan­ter avec lui. Ça me ra­mène à la pe­tite fille qui vou­lait faire de la mu­sique. Dans ma vie, je vais pou­voir dire que j’ai chan­té avec Pa­trick Bruel. C’est une chance in­croyable», dit Ma­rie-Mai, qui as­sure qu’elle ne prend pas son suc­cès pour ac­quis et ap­pré­cie la chance qu’elle a, même si les temps libres se font rares.

«Je ne suis pas dans une po­si­tion pour chia­ler. Ce sont des ex­pé­riences que peu de gens peuvent vivre. J’es­saye de les vivre à 300 % en sa­chant que ça peut par­tir n’im­porte quand», par­tage-t-elle avec sa­gesse.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.