COMME UN LONG TÉ­LÉ­FILM

∫ Man­de­la : Un long che­min vers la li­ber­té ∂∂∂Σ∂∂

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isa­belle Hontebeyrie Agence QMI

Heu­reu­se­ment qu’Idris El­ba et Nao­mie Har­ris sont très bons en Nel­son et Win­nie Man­de­la!

La vie de Nel­son Man­de­la mé­ri­tait mieux que de se faire mettre en scène par le réa­li­sa­teur Jus­tin Chad­wick ( Deux soeurs pour un roi). C’est le constat dé­so­lant au­quel on par­vient au terme des 141 mi­nutes de ce film bio­gra­phique sur un homme qui fi­gure dé­sor­mais au pan­théon des grands, aux cô­tés de Gand­hi.

Et jus­te­ment, je n’ai pu m’em­pê­cher de faire, pen­dant la pre­mière moi­tié du film, des com­pa­rai­sons avec le Gand­hi de Ri­chard At­ten­bo­rough, sor­ti en 1982. Car Man­de­la: Un long che­min vers la li­ber­té n’a rien d’une fresque épique.

Écrit pour­tant à par­tir de l’au­to­bio­gra­phie de Nel­son Man­de­la, le long-mé­trage se contente d’ali­gner les mo­ments si­gni­fi­ca­tifs du ré­sis­tant à l’Apar­theid. Cette suc­ces­sion de faits n’est pas désa­gréable en soi, après tout, beau­coup d’as­pects de sa vie sont mé­con­nus. Mais ce qui manque, c’est la puis­sance. Point de fris­sons, donc, quand Man­de­la se joint à l’ANC. En­core moins quand il par­ti­cipe à des ac­tions des­ti­nées à dé­sta­bi­li­ser le ré­gime de Pre­to­ria. Même son pro­cès (et la phrase pro­non­cée par le juge n’est pas la bonne!) ne donne pas la me­sure de l’in­jus­tice et de l’hor­reur de la so­cié­té sud-afri­caine.

JEU CONVAIN­CANT

Il y a, par contre, un point po­si­tif à Man­de­la: Un long che­min vers la li­ber­té: le jeu des ac­teurs. Idris El­ba, qui pour­tant ne res­semble en rien au lea­der sud-afri­cain, est un Man­de­la ex­trê­me­ment convain­cant. Il n’en fait ni un dieu ni un saint, mon­trant au contraire toute la com­plexi­té – et l’évo­lu­tion – de ses en­ga­ge­ments po­li­tiques. Nao­mi Har­ris en Win­nie par­vient, elle aus­si, à ti­rer son épingle du jeu de ce scé­na­rio fourre-tout.

Par leurs jeux, les deux ac­teurs par­viennent à nous faire sai­sir la pro­fon­deur exacte de la frac­ture du couple et la di­ver­gence des che­mins choi­sis, le par­don pour Man­de­la, la lutte pour Win­nie. Comme dans le Win­nie sor­ti il y a deux ans, le vé­ri­table rôle de la deuxième femme de Nel­son Man­de­la n’est qu’ef­fleu­ré, son plein poids his­to­rique n’étant ja­mais vé­ri­ta­ble­ment mon­tré.

En bref, si Man­de­la: Un long che­min vers la li­ber­té ne manque pas d’in­té­rêt – et tombe à point nom­mé en rai­son de la mort de ce com­bat­tant –, il n’est pas né­ces­saire d’al­ler le voir au ci­né­ma, un vi­sion­ne­ment en for­mat DVD suf­fi­ra am­ple­ment. Il ne nous reste donc plus qu’à at­tendre qu’un réa­li­sa­teur d’en­ver­gure se penche sur le des­tin de cet homme hors du com­mun.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.