EN A PAR­LÉ

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION -

LA SUR­PRISE DES

PÊ­CHEURS

Mar­tin Pe­tit est un ex­cellent au­teur et un grand amateur du tra­vail de ses pairs. Il s’est avé­ré être très ras­sem­bleur, réunis­sant chaque semaine à son cha­let, avec beau­coup d’au­to­dé­ri­sion, hu­mo­ristes et ac­teurs. Il n’a pas pê­ché beau­coup de poissons, mais nous avons été nom­breux à nous ac­cro­cher à ses lignes.

L’AU RE­VOIR AUX FILLES DE LA GA­LÈRE

Re­née-Claude Bra­zeau laisse dé­sor­mais Mi­mi, Sté­pha­nie, Isa­belle et Claude vivre leurs vies. Les quatre filles ont fait preuve au fil des six sai­sons d’une so­li­da­ri­té en­viable qui s’est conso­li­dée avec la mar­maille et mal­gré les em­bûches. La ga­lère s’est aus­si his­sée au som­met des in­ter­ac­tions so­ciales créant ain­si un im­mense réseau d’ami­tiés.

AUX ÉTATS-UNIS

LA SÉ­RIE CULTE THE WAL­KING DEAD

Après les su­per­hé­ros et les vam­pires, ce sont dé­sor­mais les zom­bies qui ont la cote. The

Wal­king Dead avait dé­bu­té il y a quatre sai­sons mo­des­te­ment avec 5 mil­lions de cotes d’écoute, mais le bouche à oreille en a fait une sé­rie culte. Le pre­mier épi­sode de la pré­sente sai­son a bat­tu un re­cord d’au­dience avec 16 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs. Le der­nier épi­sode de la mi-sai­son a lais­sé tous les fans bouche bée. Créée par Franck Da­ra­bont et Ro­bert Kirk­man d’après la bande des­si­née du même nom, The Wal­king Dead a éta­bli une nou­velle ten­dance en ra­me­nant l’hor­reur au pe­tit écran.

L’AS­CEN­SION FUL­GU­RANTE DE NET­FLIX

D’abord chaîne sur de­mande, Net­flix est de­ve­nu un joueur im­por­tant dans la dif­fu­sion de conte­nu sur le web. Et de­puis cette an­née, elle pro­pose des sé­ries ex­clu­sives de grande qua­li­té. House of Cards, ex­cel­lente sé­rie po­li­tique, s’est même dé­mar­quée en de­ve­nant la pre­mière émis­sion web nom­mée, neuf fois d’ailleurs, au Em­my Awards. Orange Is The New

Black, qui dé­peint le sys­tème car­cé­ral fé­mi­nin sur un ton grin­çant, a aus­si beau­coup fait par­ler. Net­flix a aus­si re­lan­cé la fran­chise Ar­res­ted De­ve­lop­ment et re­pris les droits de l’ex­cellent The Killing, aban­don­né par son dif­fu­seur. Net­flix pro­pose une nou­velle fa­çon, adap­tée au rythme d’au­jourd’hui, de consom­mer la té­lé­vi­sion.

LA FI­NALE DE BREA­KING BAD

Au­cune fi­nale de­puis Six Feet Under n’au­ra sus­ci­té au­tant d’en­thou­siasme. Et dire que la pre­mière sai­son avait connu des au­diences mé­diocres avec un pe­tit mil­lion! Mais la cré­di­bi­li­té de l’oeuvre s’est bâ­tie grâce, entre autres, à un jeu d’ac­teurs hal­lu­ci­nant. Brea­king Bad est l’his­toire d’un mo­deste prof de chi­mie at­teint d’un cancer. Pour payer ses trai­te­ments non cou­verts et as­su­rer le bien-être de sa fa­mille à son dé­part, il se lance dans la fa­bri­ca­tion et le tra­fic de drogue de syn­thèse et les pires scé­na­rios sur­viennent. Au fil des cinq sai­sons, l’homme se trans­forme, pas­sant du ti­mide com­plexé au ma­ni­pu­la­teur tor­du, mais in­tel­ligent jus­qu’à ce que son his­toire connaisse sa

fin.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.