DE L’AN­NÉE

CINQ PER­FOR­MANCES RE­MAR­QUABLES

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA -

#1 GA­BRIEL AR­CAND GA­BY DANS LE DÉ­MAN­TÈ­LE­MENT

Dire qu’il a hé­si­té avant d’ac­cep­ter ce ma­gni­fique rôle de fer­mier que lui of­frait le ci­néaste Sé­bas­tien Pi­lote, croyant ne pas pou­voir être cré­dible dans la peau de ce per­son­nage qui lui sem­blait si loin de lui. Au fi­nal, Ga­briel Ar­cand livre dans Le dé­man­tè­le­ment une in­ter­pré­ta­tion au­then­tique et pro­fon­dé­ment bou­le­ver­sante.

#2 MAR­CEL SA­BOU­RIN HEN­RI DANS L’AUTRE MAI­SON

Pas de doute, la com­pé­ti­tion se­ra fé­roce cette an­née pour le prix Ju­tra du meilleur ac­teur. En plus de Ga­briel Ar­cand ( Le dé­man­tè­le­ment), et An­toine Ber­trand ( Louis Cyr), Mar­cel Sa­bou­rin s’af­firme comme un autre can­di­dat très so­lide grâce à sa per­for­mance sen­sible et nuan­cée dans la peau d’un homme at­teint de la ma­la­die d’Alz­hei­mer. Ce rôle lui a dé­jà va­lu le prix de la meilleure in­ter­pré­ta­tion mas­cu­line au der­nier Fes­ti­val des films du monde.

#3 CATE BLAN­CHETT JAS­MINE DANS JAS­MINE FRENCH

Cate Blan­chett ne ces­se­ra ja­mais de nous im­pres­sion­ner. Tou­jours for­mi­dable dans des rôles dra­ma­tiques, la voi­là qui étonne une fois de plus en com­po­sant dans la nuance un per­son­nage de femme né­vro­sée, sous la di­rec­tion d’un Woo­dy Al­len en grande forme. Vrai­ment re­mar­quable. #4 MAT­THEW MCCO­NAU­GHEY

RON WOO­DROOF DANS DAL­LAS BUYERS CLUB

Mat­thew McCo­nau­ghey est de­ve­nu une star à Hol­ly­wood grâce sur­tout à des rôles de beaux gosses dans des co­mé­dies ro­man­tiques. Mais de­puis quelques an­nées, l’ac­teur de 44 ans ex­plore une fa­cette plus sombre et dra­ma­tique de son jeu (dans l’ex­cellent thril­ler

Mud, no­tam­ment). Dans Dal­las Buyers Club, il est au som­met de son art, li­vrant une per­for­mance ma­gis­trale sous les traits d’un cow­boy at­teint du si­da. Une no­mi­na­tion aux Os­cars lui semble dé­jà as­su­rée.

#5 ADÈLE EXAR­CHO­POU­LOS ADÈLE DANS LA VIE D’ADÈLE

Une ré­vé­la­tion. To­ta­le­ment in­con­nue avant de dé­cro­cher le pre­mier rôle de

La vie d’Adèle, cette jeune Adèle Exar­cho­pou­los illu­mine l’écran pen­dant les trois heures que dure ce film su­blime d’Ab­del­la­tif Ké­chiche. Dé­ci­dé­ment, après avoir ré­vé­lé à l’écran il y a quelques an­nées l’ex­cel­lente Sa­ra Fo­res­tier (dans L’Es­quive), Ké­chiche s’af­firme une fois de plus comme un grand dé­ni­cheur de ta­lents.

TROIS AC­TEURS QUÉ­BÉ­COIS QUI SE SONT RÉ­VÉ­LÉS AN­TOINE BER­TRAND LOUIS CYR: L’HOMME LE PLUS FORT DU MONDE

On le sa­vait dé­jà bour­ré de ta­lent, mais le Louis Cyr ma­gis­tral qu’il a cam­pé cette an­née dans le drame bio­gra­phique de Da­niel Roby prouve qu’il peut por­ter à lui seul un film dra­ma­tique sur ses épaules. S’in­ves­tis­sant à fond dans ce rôle (au­tant phy­si­que­ment que psy­cho­lo­gi­que­ment), il lui a ap­por­té pro­fon­deur, com­plexi­té et in­ten­si­té. Un gros bra­vo.

GABRIELLEMARION-RI­VARD & ALEXANDRE LAN­DRY GA­BRIELLE

Com­ment pas­ser à cô­té de l’at­ta­chant couple qu’ils in­carnent dans le film

Ga­brielle? D’un cô­té, le co­mé­dien Alexandre Lan­dry a su com­po­ser avec une jus­tesse in­croyable ce per­son­nage de jeune homme qui vit avec une dé­fi­cience in­tel­lec­tuelle. De l’autre, Ga­brielle Ma­rion-Ri­vard, qui est at­teinte du syn­drome de Williams dans la vraie vie, a su ap­por­ter au film sa sen­si­bi­li­té et sa joie de vivre conta­gieuse.

SO­PHIE DESMARAIS SA­RAH PRÉ­FÈRE LA COURSE LE DÉ­MAN­TÈ­LE­MENT CHASSE AU GO­DARD D’AB­BIT­TIB­BI

C’est son an­née. En 2013, la jeune So­phie Desmarais a dé­mon­tré dans trois films dif­fé­rents toute l’éten­due de son ta­lent. In­tro­ver­tie dans Sa­rah pré­fère la course, po­sée dans Le dé­man­tè­le­ment et lu­mi

neuse dans Chasse au Go­dard d’Ab­bit­tib­bi, elle de­vrait conti­nuer à briller dans les an­nées à ve­nir.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.