PEN­SÉES ET MALICES SUR LA SAI­SON QUI ACHÈVE

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION - Guy Four­nier Col­la­bo­ra­tion spé­ciale guy.four­nier@que­be­cor­me­dia.com

Les plus vieux se sou­viennent du temps de leurs études dans nos ins­ti­tu­tions re­li­gieuses. Les pre­miers jours de l’Avent, on nous de­man­dait de mé­di­ter sur le ré­sul­tat de nos études du­rant la pre­mière par­tie de l’an­née sco­laire. Une pre­mière par­tie qu’on ap­pe­lait se­mestre, même si elle du­rait à peine quatre mois. Nos pro­fes­seurs es­pé­raient ain­si qu’on réus­si­rait à mieux faire au cours du deuxième se­mestre.

J’ai dé­ci­dé de mé­di­ter sur les der­niers mois de ra­dio et de té­lé­vi­sion que nous avons vé­cus, même si je doute que l’une et l’autre puissent faire mieux au deuxième se­mestre. Ces deux mé­dias ont connu un au­tomne d’ex­cep­tion. Loin de leur avoir nui, or­di­na­teurs, ta­blettes, té­lé­phones cel­lu­laires et ré­seaux so­ciaux ont pro­pul­sé les au­di­toires à des ni­veaux in­éga­lés. Les dif­fu­seurs n’en es­pé­raient pas au­tant. Sou­rire en coin, je vous livre donc les pe­tites ré­flexions, quelques-unes un peu ma­li­cieuses que m’a ins­pi­ré la pre­mière par­tie de la sai­son. Quelques-unes re­join­dront peu­têtre les vôtres. C’est la grâce que je me sou­haite.

1 Après avoir re­gar­dé avec beau­coup d’in­té­rêt les meilleurs mo­ments de Tout le monde en parle, le di­manche 15 dé­cembre, je me suis pro­mis d’at­tendre chaque fin de sai­son «les meilleurs mo­ments». Mal­gré tous les ef­forts des re­cher­chistes et des pro­duc­teurs, notre monde est si pe­tit que les in­vi­tés sur­pre­nants n’en­combrent pas les stu­dios. Se conten­ter des «meilleurs mo­ments» de TLMP, c’est comme re­gar­der à RDS une par­tie des Ca­na­diens en ac­cé­lé­ré. C’est bien plus ex­ci­tant. 2 Si les pri­sons de femmes sont toutes aus­si vio­lentes que celle que montre la sé­rie Uni­té 9, les pauvres femmes condam­nées à la pri­son de­vraient exi­ger de pur­ger leurs peines dans les pri­sons pour hommes. Elles y se­raient ac­cueillies à bras ou­verts et beau­coup mieux trai­tées!

3 Toute la mé­na­ge­rie de l’émis­sion Et Dieu créa La­flaque est ma­gis­trale et l’ani­ma­tion l’est tout au­tant. Si seule­ment les textes étaient à la hau­teur! À moins que comme son an­cêtre, Les Gui­gnols de l’in­fo, à Ca­nal+, l’émis­sion ait tout sim­ple­ment fait son temps. Je crains que ce soit le cas. 4 Re­gar­der Le ban­quier en re­prise, c’est comme re­voir une par­tie du Ca­na­dien dont on connaît dé­jà le ré­sul­tat. Il faut être un peu ma­niaque. 5 Anne-Ma­rie Dus­sault et son ma­ri Marc Lau­ren­deau sont ex­cel­lents. La pre­mière comme ani­ma­trice et l’autre comme com­men­ta­teur, mais est-ce né­ces­saire qu’ils soient ma­quillés à ce point? À moins que Marc veuille ain­si rap­pe­ler aux té­lé­spec­ta­teurs qu’il est aus­si pré­sident de l’aca­dé­mie Gré­vin du mu­sée de cire!

6 Du­rant plus de deux mois, nos deux ré­seaux d’in­for­ma­tion en conti­nu ont sur­char­gé leur an­tenne de nou­velles, de vi­déos, d’en­tre­vues et de dé­bats plus ou moins per­ti­nents sur la tra­gé­die de Lac-Mégantic. Une nou­velle en chas­sant une autre, Lac-Mégantic est gra­duel­le­ment dis­pa­ru des écrans. Le quo­ti­dien Globe & Mail est le seul mé­dia qui a don­né une suite sé­rieuse à ce drame, fouillant ses des­sous et pour­sui­vant ses en­quêtes.

7 Mal­gré l’ob­jec­ti­vi­té «pro­ver­biale» (!) des jour­na­listes et com­men­ta­teurs de Ra­dioCa­na­da, mal­gré qu’ils s’in­surgent chaque fois qu’on met leur ob­jec­ti­vi­té en doute, le Par­ti qué­bé­cois trouve chez eux un ré­ser­voir in­épui­sable de can­di­dats aux élec­tions et à toutes sortes de no­mi­na­tions po­li­tiques. Ce­la dit, c’est dom­mage que cer­tains quittent les ondes. Comme Do­mi­nique Poi­rier, par exemple.

8 Pour la pre­mière fois de leur vie, la plu­part des fran­co­phones du Ca­na­da qui s’in­té­ressent aux Jeux olym­piques sui­vront les jeux d’hi­ver de Sotchi sans en­tendre les com­men­taires éclai­rés et cha­leu­reux du grand Ri­chard Garneau.

9 Ma­rie-France Baz­zo se don­nait un an pour que son émis­sion ma­ti­nale C’est pas trop tôt à la pre­mière chaîne de Ra­dio-Ca­na­da rat­trape l’au­di­toire de Puis­qu’il faut se le­ver, l’émis­sion de Paul Ar­cand au 98,5 FM. Au rythme de pro­gres­sion de C’est pas trop tôt, il lui fau­dra au moins 10 ans. Si l’émis­sion est en­core en onde, évi­dem­ment. 10 Pa­raît que Ray­nald Brière, le grand ma­ni­tou de RNC Mé­dia, se pré­pare à faire tout un mé­nage à Ra­dio X, dont l’écoute n’ar­rive pas à aug­men­ter. Si c’est le mé­nage de l’au­di­toire que Ray­nald veut faire, ça de­vrait donc être vite fait! 11 Dans leur pu­bli­ci­té, Les Morissette en

spec­tacle, Louis et Véro ont cha­cun une jambe en l’air. Nous pré­parent-ils une soi­rée de jambes en l’air? 12 Fa­bienne La­rouche boude l’Aca­dé­mie ca­na­dienne du ci­né­ma et de la té­lé­vi­sion parce que Chan­tal Fon­taine n’a ja­mais re­çu de prix Gé­meau pour son rôle de Vir­gi­nie, pas plus que le feuille­ton quo­ti­dien de Ra­dioCa­na­da qui por­tait le nom. Bou­de­ra-t-elle aus­si l’Aca­dé­mie des prix Em­my, 30 Vies n’ayant pas ob­te­nu de sta­tuette?

13 Quand on anime un talk-show, les deux in­vi­tés dont on est sûr qu’ils fe­ront tou­jours un bon show, sont sans contre­dit Marc Du­pré et Boucar Diouf. Le pre­mier pour par­ler de Re­né et Cé­line et l’autre pour par­ler de son grand-père ou de tout et de rien, mais tou­jours avec hu­mour et un fond de vé­ri­té. 14 Si les frères Maxime et Ju­lien Ré­millard ar­rivent à sor­tir Mu­sique Plus et Mu­simax du ma­rasme, il fau­dra leur éle­ver un mo­nu­ment. Qu’ils aient réus­si à ren­ta­bi­li­ser V leur en vau­drait dé­jà un! 15 Joyeux Noël à tous et en par­ti­cu­lier à Hu­bert Lacroix, le pdg de CBC/SRC, qui m’a four­ni l’oc­ca­sion de plu­sieurs chro­niques au cours de l’an­née qui s’écoule. Mer­ci, Mon­sieur Lacroix!

Boucar Diouf

Ma­rie-France Baz­zo

Guylaine Trem­blay dans Uni­té 9

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.