« 2013 MON­SIEUR THÉÂTRE »

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION - Louise Bour­bon­nais LOUISE.BOUR­BON­NAIS@QUE­BE­COR­ME­DIA.COM

Be­noît McGin­nis mul­ti­plie les suc­cès. En plus d’être pré­sent dans la sé­rie quo­ti­dienne 30 vies, l’ex­cellent co­mé­dien a por­té sur ses épaules trois grands rôles au théâtre en 2013. Il a non seule­ment été la tête d’af­fiche des pièces Avec Norm, au Ri­deau Vert et Le roi se meurt, au TNM, mais de sur­croît il a te­nu un rôle im­por­tant dans Le chant de Sainte Car­men de la Main. Im­pos­sible d’as­so­cier ce phé­no­mène au ha­sard. L’homme dé­borde de ta­lent en plus d’être ex­trê­me­ment tra­vaillant et dé­ter­mi­né.

Il n’a que 35 ans et dé­jà sa feuille de route est im­pres­sion­nante. De­puis sa sor­tie à l’École na­tio­nale de théâtre en 2001, il a réus­si à ob­te­nir un rôle au théâtre chaque an­née. Mais c’est en 2011, alors qu’il jouait dans Ham­let au TNM qu’il s’est par­ti­cu­liè­re­ment fait re­mar­quer pour son ta­lent ex­cep­tion­nel. Pour preuve, il a mé­ri­té, cette an­née-là, le prix Gas­con-Roux, meilleur in­ter­prète mas­cu­lin de l’an­née pour le rôle du prince Ham­let.

Néan­moins, c’est en 2013 que la pré­sence du co­mé­dien sur les planches sort du com­mun. Loin de s’at­tendre à une an­née aus­si riche, Be­noît McGin­nis en­clenche les évé­ne­ments en pre­nant des ini­tia­tives, consi­dé­rant les pro­po­si­tions trop peu nom­breuses après son ex­ploit avec Ham­let.

«J’ai dé­ci­dé d’al­ler frap­per à la porte du Ri­deau vert pour pro­po­ser à De­nise Fi­lia­trault de re­prendre la pièce Avec Norm que nous avions pré­sen­tée en 2004, ra­conte le co­mé­dien qui était in­ca­pable d’at­tendre pas­si­ve­ment que le té­lé­phone daigne son­ner. J’aime être dans l’ac­tion et j’étais sans tra­vail de­puis quelques mois.»

La re­prise d’Avec Norm s’est faite prin­ci­pa­le­ment avec une nou­velle troupe et un nou­veau met­teur en scène. Un rôle dif­fi­cile pour Be­noît McGin­nis qui y in­carne un dé­fi­cient in­tel­lec­tuel.

UN AUTRE PRE­MIER RÔLE

Puis tout a dé­bou­lé. On lui a en­suite of­fert le pre­mier rôle, ce­lui du Roi Bé­ran­ger, dans la pièce Le Roi se meurt, au TNM, un clas­sique d'Eu­gène Io­nes­co. Un dé­fi en­core plus grand que ce­lui d’Ham­let, es­time le co­mé­dien. «C’était un grand dé­fi de jouer ce rôle à mon âge, alors qu’il est ha­bi­tuel­le­ment at­tri­bué à un co­mé­dien de plus de 60 ans.»

Comme si ce n’était pas suf­fi­sant, on lui pro­pose peu de temps après le rôle de Too­th­pick, dans le théâtre mu­si­cal Le chant de Sainte Car­men de la Main. Sa pré­sence sur scène est brève, mais in­tense, puisque c’est lui qui de­vra tuer Car­men.

CONJU­GUER SON EM­PLOI DU TEMPS

Entre-temps, son rôle dans

30 vies prend de l’am­pleur. L’au­teure Fa­bienne La­rouche sou­haite ac­cor­der plus d’im­por­tance au di­rec­teur d’école Ra­phaël Ché­nier-Le­duc.

«Le plus grand dé­fi a été de jon­gler avec les ho­raires, confie Be­noît McGin­nis. Je pou­vais com­men­cer mes jour­nées à 5 heures du ma­tin avec les tour­nages de 30

vies pour les ter­mi­ner à 22heures avec les re­pré­sen­ta­tions du Roi se meurt », sou­ligne l’ac­teur.

De­puis, il a dû re­fu­ser cer­tains rôles qu’on lui a pro­po­sés pour la pro­chaine sai­son. On ap­prend qu’il re­vien­dra sur les planches dès l’au­tomne 2014 au TNM.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.