« Je ne suis plus en co­lère »

Renée Mar­tel Ins­tal­lée dans une nou­velle mai­son, tout près de sa fa­mille, Renée Mar­tel a dit adieu à ses dé­mons. Pour la pre­mière fois, elle nous ouvre les portes de sa de­meure et nous per­met d’en­trer dans son oa­sis de paix.

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE - Éli­za­beth Mé­nard Le Jour­nal de Mon­tréal

Dans son pe­tit condo de Sainte-Ju­lie, Renée Mar­tel cultive la sé­ré­ni­té. Avec ses grandes fe­nêtres, l’en­droit est lu­mi­neux et cha­leu­reux.

«Je suis ma­niaque de ça: les meubles, la dé­co­ra­tion, la bâ­tisse. J’aime al­ler voir des mai­sons mo­dèles. Pas parce que je veux en ache­ter une, juste parce que j’aime les voir», ra­conte-t-elle avec une étin­celle dans le re­gard.

Dans une autre vie, Renée Mar­tel au­rait ai­mé être ar­chi­tecte. Mais le des­tin l’a me­née sur scène à l’âge de cinq ans et elle y est tou­jours, 63 ans plus tard.

Deux gros chats, Ba­lou et Ma­de­moi­selle Li­li, se pro­mènent pa­res­seu­se­ment d’une pièce à l’autre alors que leur maî­tresse ra­conte son his­toire.

«Avant, j’étais in­sou­ciante. Mais au­jourd’hui je prends la vie beau­coup plus au sé­rieux parce que je sais à quel point elle tient par un fil. Elle est fra­gile. Tu es là au­jourd’hui, mais tu ne sais pas si tu se­ras là de­main», sou­ligne celle qui s’est remise d’un can­cer en 2013.

Dé­bar­ras­sée de cette ma­la­die qui a failli la tuer, Renée Mar­tel a com­pris que le temps était ve­nu de faire des chan­ge­ments. Les re­grets et la co­lère, elle les a lais­sés der­rière elle. «Même si j’étais à genoux à pleu­rer et à re­gret­ter ce que j’ai fait par le pas­sé, ça ne chan­ge­ra rien à ce qui est ar­ri­vé, dit-elle. Donc je n’ai plus de re­grets. Par contre, j’ai fait quelque chose pour chan­ger ma vie: j’ai dé­ci­dé que je se­rais heu­reuse. J’ai réa­li­sé une chose: tout le monde peut être heu­reux si tu dé­cides de l’être.»

S’AIMER SOI-MÊME

Mal­gré le suc­cès, Renée Mar­tel n’a pas eu la vie fa­cile. De nom­breuses peines d’amour, des fausses couches, une agres­sion sexuelle, des ten­ta­tives de sui­cide, une faillite: les mal­heurs ont été nom­breux. En 2008, elle a tra­gi­que­ment per­du son amou­reux qui s’est en­le­vé la vie.

«J’ai long­temps été en co­lère à cause de la vie, de tout ce qui m’ar­ri­vait, confie-telle. Au­jourd’hui je ne le suis plus parce que j’ai eu la force de me sor­tir de plein d’af­faires. Je ne suis plus en­ra­gée contre la terre en­tière. Je n’en veux à per­sonne. Ce qui ar­rive dans la vie, ce n’est pas la faute du voi­sin. C’est la vie qui est faite de même», dit-elle sa­ge­ment.

De­puis le dé­part de son amou­reux, elle vit seule.

«J’ai ré­glé le pro­blème. Je n’ai plus de chum et je n’en veux plus. Ça fait sept ans que je suis seule et je suis très bien», confie-t-elle, di­sant avoir en­fin ap­pris à s’aimer elle-même.

LE DEUIL

En mars der­nier, Renée Mar­tel a per­du sa mère, Noël­la Therrien. «Je suis en train de vivre autre chose qui n’est pas fa­cile à vivre, mais je sais que je vais m’en sor­tir. J’es­saye de m’en sor­tir du mieux pos­sible, c’est tout ce que je peux faire. Ça va être long, très long, avouet-elle. Mais je n’ai pas le choix. La per­sonne n’est plus là.» Très proche de sa mère, son dé­part est une épreuve de plus pour elle. «Je ne suis pas en­core prête à par­ler d’elle», pré­cise-t-elle gen­ti­ment.

SON HIS­TOIRE

En at­ten­dant, la grande dame du coun­try se garde oc­cu­pée. Les pro­jets sont nom­breux et les billets se vendent. «J’ai de la chance, 63 ans plus tard, de tra­vailler comme je tra­vaille. Je n’ai pas une jour­née de libre avant le 11 mai! s’ex­clame-t-elle. La se­maine pro­chaine j’ai cinq spec­tacles.»

Mar­di, l’al­bum C’est mon his­toire pa­raî­tra en ma­ga­sins. Il s’agit de quel­que­suns des grands clas­siques de Renée Mar­tel, re­pris par des femmes qu’elle aime par­ti­cu­liè­re­ment. On y trouve, entre autres, les voix de Va­lé­rie Car­pen­tier, France Cas­tel, Su­sie Ario­li, Ma­ra Trem­blay, In­grid St-Pierre et Lau­rence Jal­bert.

Renée Mar­tel est pré­sen­te­ment en tour­née avec deux spec­tacles: La fille de son père et Les an­nées bon­heur. Elle tra­vaille aus­si sur un al­bum de chan­sons ori­gi­nales qui de­vrait pa­raître d’ici un an et de­mi et se­ra sui­vi d’une tour­née.

Ses pro­jets la tien­dront oc­cu­pée au moins jus­qu’en 2019 et elle n’a au­cune in­ten­tion de prendre sa re­traite. L’al­bum C’est mon his­toire se­ra en ma­ga­sins à comp­ter de mar­di. Pour toutes les dates de spec­tacle: pro­duc­tions­mar­tin­le­clerc.com

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.