LES FON­DE­MENTS RIRE DU

Hu­mour

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION - Em­ma­nuelle Plante

«L’hu­mour a tou­jours été consi­dé­ré comme fa­cile, af­firme Fran­çois Lé­veillée, hu­mo­riste, au­teur et met­teur en scène que l’on re­trouve à la barre de la sé­rie do­cu­men­taire Écrire pour rire. L’hu­mour n’a ja­mais été pri­mé au même titre que les grandes sé­ries ou les films dra­ma­tiques. La cri­tique est aus­si de plus en plus sé­vère face à l’hu­mour. C’est comme s’il y avait une ba­na­li­sa­tion. Pour­tant, c’est un tra­vail dif­fi­cile.»

Dans Écrire pour rire, nous re­trou­ve­rons chaque se­maine quatre ap­pren­tis au­teurs, fi­nis­sants de l’École nationale de l’hu­mour, leurs men­tors (Louis-Phi­lippe Ri­vard et Pierre Fio­la) et une poi­gnée d’hu­mo­ristes «co­bayes» (Da­niel Le­mire, Do­mi­nic et Mar­tin, Do­mi­nic Pa­quet et Bou­car Diouf). «Le concept a été ima­gi­né par Jean-Pierre Plante, qui trou­vait in­té­res­sant de faire connaître le tra­vail der­rière les nu­mé­ros des ve­dettes que l’on aime», pour­suit-il.

Nous se­rons donc té­moins de la dif­fi­cul­té, pour un hu­mo­riste, de trou­ver des au­teurs qui par­tagent les mêmes af­fi­ni­tés. «Les au­teurs doivent s’ap­pro­prier et in­té­grer les propos et la sen­si­bi­li­té des hu­mo­ristes. Écrire pour Do­mi­nic et Mar­tin, c’est tra­vailler la dua­li­té entre le straight man et le co­mique; Do­mi­nic Pa­quet, c’est un feu d’ar­ti­fice qui marche par flash; Da­niel Le­mire aime les jeux de mots et est plus proche de la po­li­tique, alors que Bou­car Diouf, c’est le phi­lo­sophe, ce­lui qui jette un re­gard ex­té­rieur, tou­jours ac­co­té dans la porte, ex­plique Fran­çois Lé­veillée. C’est un tra­vail ar­du. Les au­teurs doivent aus­si maî­tri­ser les styles, que ce soit l’hu­mour ab­surde, à sketch ou à per­son­nages.»

SE­CRETS DE LON­GÉ­VI­TÉ

«Pour s’as­su­rer d’une lon­gé­vi­té, un hu­mo­riste doit, pré­fé­ra­ble­ment en s’en­tou­rant de gens de toutes les gé­né­ra­tions afin d’ajus­ter le dis­cours ou de connaître les ré­fé­rents, être fi­dèle à son style, mais aus­si res­ter à l’écoute de ce qui se fait. Ce n’est pas pour rien que mon­ter un spec­tacle prend près de deux ans. Il s’en dé­chire, des pages!»

Ces pages, c’est ce que testent cinq jeunes hu­mo­ristes dont on connaît dé­jà les vi­sages, mais qui fi­gurent par­mi les hu­mo­ristes de la re­lève. Vir­gi­nie For­tin, Ka­the­rine Le­vac, Phil Roy, Fred Du­bé et Pierre-Bru­no Ri­vard ont ac­cep­té de lais­ser en­trer les ca­mé­ras dans leur vie pen­dant plu­sieurs mois afin de nous per­mettre d’épier leur quo­ti­dien, de dé­cou­vrir leurs mo­ti­va­tions, leurs as­pi­ra­tions et, sur­tout, tous les ef­forts qu’ils dé­ploient pour faire leur place en hu­mour. Ils sont Les 5 pro­chains.

FAIRE SA PLACE

Si la pre­mière sai­son des 5 pro­chains nous per­met­tait de suivre cinq hu­mo­ristes de la re­lève dans les hauts et les bas en­tou­rant la pré­sen­ta­tion d’un show en tour­née dans des salles pas tou­jours fa­ciles, cette sai­son-ci flanque vrai­ment les ca­mé­ras un peu par­tout dans la vie de ces jeunes que l’on connaît, somme toute, dé­jà un peu. Ce qui étonne, c’est le sé­rieux avec le­quel les cinq hu­mo­ristes abordent leur tra­vail et leur dé­marche.

«Tous les hu­mo­ristes qui marchent ont leur cou­leur, ra­conte Pierre-Bru­no Ri­vard, que les jeunes re­con­naî­tront no­tam­ment d’Ar­range- toi avec ça à Vrak et qui a écrit pour des émis­sions comme Bras­sard en di­rect ou Et si… Le temps de ges­ta­tion d’un hu­mo­riste est, je te di­rais, de 7 à 10 ans. Ce sont des an­nées de bar pour trou­ver ton éner­gie, ta place. J’es­père qu’avec Les 5 pro­chains, on va faire com­prendre aux gens le mé­tier et sa com­plexi­té.»

Écrire pour rire

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.