SEL­FIE

Le Journal de Montreal - Weekend - - VACANCES -

UN AU-DES­SUS DE JÉ­SUS

Per­ché sur la tête du Cor­co­va­do, la sta­tue du Ch­rist haute de 710 mètres. Lee Thomp­son, pho­to­graphe bri­tan­nique et di­rec­teur d’une agence de voyages, a eu la chance de prendre un sel­fie in­croyable en juin 2014. En ar­rière-plan, on peut voir Rio de Ja­nei­ro comme peu de gens ont pu l’ad­mi­rer au­pa­ra­vant.

Si vous sou­hai­tez re­pro­duire cette pre­mière, sa­chez tou­te­fois que la par­tie est loin d’être ga­gnée. Lee Thomp­son a dû ob­te­nir une au­to­ri­sa­tion spé­ciale de l’Of­fice du tou­risme bré­si­lien avant de réa­li­ser ce cli­ché.

CHA­CUN VEUT SON OURS

«T’as vu ce qui est der­rière moi?» semblent vou­loir dire les per­sonnes qui ont la dan­ge­reuse idée de prendre un sel­fie avec l’un des nom­breux ours du Taylor Creek Park, en Ca­li­for­nie.

Le phé­no­mène a pris une telle am­pleur que des res­pon­sables fo­res­tiers ont lan­cé un ap­pel dans les mé­dias, en oc­tobre 2014, pour que cesse cette pra­tique. Les pho­to­graphes ne réa­lisent pas qu’un de ces ours pour­rait les rat­tra­per ra­pi­de­ment: le plan­ti­grade court à une vi­tesse moyenne de 50 km/h.

En va­cances à Du­baï, Alexan­der Rem­nev a eu en­vie de mon­ter sur le toit (étroit) de la Prin­cess To­wer, haute de 414 mètres.

Les sel­fies du jeune Russe sont par­mi les plus ver­ti­gi­neux ja­mais pris. Certes, Alexan­der Rem­nev n’est pas un tou­riste comme les autres: il est connu pour aimer es­ca­la­der de nom­breux édi­fices dans son pays.

Néan­moins, son ex­pé­rience pour­rait être ré­pé­tée par d’autres. «À Du­baï, il y a beau­coup de toits ou­verts. Ce n’était vrai­ment pas com­pli­qué d’y mon­ter», a ain­si af­fir­mé le casse-cou au jour­nal bri­tan­nique Dai­ly Mail.

La ma­gni­fique île de Car­rick a un gros dé­faut: elle est re­liée au reste de l’Ir­lan-

POUR­SUI­VIS PAR DES TAU­REAUX

La ville de Pam­pe­lune, en Es­pagne, est connue pour son lâ­cher de tau­reaux dans les rues, en juillet. Les ani­maux pour­suivent alors des mil­liers de cou­reurs. L’un des par­ti­ci­pants a in­no­vé et trans­gres­sé les règles de sé­cu­ri­té en 2014, en pre­nant un sel­fie au cours de l’évé­ne­ment, tan­dis qu’il était à quelques cen­ti­mètres de l’une des bêtes en train de char­ger.

Quelques mois au­pa­ra­vant, en fé­vrier, le même genre de sel­fie, pris par un autre cou­reur, avait été re­pé­ré par la presse texane, lors d’un lâ­cher si­mi­laire à Hous­ton.

Plu­sieurs heures de marche sont né­ces­saires pour at­teindre la fa­laise nor­vé­gienne, si­tuée à plus de 600 mètres au-des­sus du fjord Ly­sef­jord. Une fois sur ce som­met à la forme par­ti­cu­lière – un car­ré plat de 25 mètres sur 25 –, in­utile de pré­ci­ser que la vue est à cou­per le souffle.

Voi­là pour­quoi les di­zaines de mil­liers de tou­ristes qui s’y rendent chaque an­née prennent des sel­fies. At­ten­tion, ce­pen­dant, de ne pas al­ler trop au bord de la fa­laise. Un tou­riste es­pa­gnol a été re­trou­vé mort, en 2013, après avoir vou­lu prendre une pho­to.

Pont à cordes de Car­rick Is­land. Le ma­gni­fique fjord Ly­sef­jord,

en Nor­vège. PHO­TOS FOTOLIA

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.