Trou­ver sa voix

Por­tée par les voix de Cé­line Dion, Brit­ney Spears, Li­za Mi­nel­li, Bar­bra Strei­sand et Adele, Ch­ris­ti­na Bian­co a fait le tour du web, puis du monde. Après des spec­tacles à gui­chets fer­més à New York et Londres l’imi­ta­trice amé­ri­caine a une nou­velle des­ti­na

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Bru­no La­pointe Le Jour­nal de Mon­tréal bru­no.la­pointe@que­be­cor­me­dia.com

Ch­ris­ti­na Bian­co a beau être pas­sée maître dans l’art d’imi­ter des di­zaines de di­vas dif­fé­rentes, sa plus po­pu­laire – et plus réus­sie – de­meure tou­jours Cé­line Dion. Elle est d’ailleurs la pre­mière imi­ta­tion que Ch­ris­ti­na Bian­co a per­fec­tion­née alors qu’elle n’avait que 12 ans. De­puis, son ad­mi­ra­tion pour la chan­teuse ne cesse de croître, d’où son dé­sir de pou­voir pré­sen­ter au pu­blic mont­réa­lais ce dont elle est ca­pable.

«Cé­line Dion est la plus grande chan­teuse, tout sim­ple­ment. Le simple fait de l’écou­ter chan­ter est un cours de chant en soi. En plus, elle a tel­le­ment d’émo­tion dans sa voix, ça me donne beau­coup de ma­té­riel avec le­quel tra­vailler», ex­plique Ch­ris­ti­na Bian­co au bout du fil, jointe à son do­mi­cile de New York.

TO­TAL ECLIPSE OF THE HEART

C’est sur la scène du 54 Be­low, à deux pas de Broad­way, à New York, que toute l’aven­ture a com­men­cé. Sur scène, Ch­ris­ti­na Bian­co y est al­lée d’une in­ter­pré­ta­tion bien sen­tie de To­tal Eclipse of the Heart, le mé­ga suc­cès de Bon­nie Ty­ler, mais d’une ma­nière bien par­ti­cu­lière. Au fil de la chan­son, elle em­prunte les voix de pas moins de 19 di­vas, de Cé­line Dion à Adele, en pas­sant par Brit­ney Spears, Cher, Ch­ris­ti­na Agui­le­ra et même Édith Piaf.

La pres­ta­tion, cap­tée sur vi­déo, est vite de­ve­nue vi­rale sur le web. Au­jour- d’hui, les vi­déos pro­po­sées sur la chaîne You­Tube de Ch­ris­ti­na Bian­co cu­mulent plus de 21 mil­lions de vues.

«En ou­vrant mon or­di­na­teur un ma­tin, je me suis mise à re­ce­voir des tonnes de no­ti­fi­ca­tions de You­Tube et de Twit­ter. J’ai tout de suite sen­ti que quelque chose de gros se tra­mait», ex­plique-t-elle.

C’est ain­si que son nombre d’abon­nés Twit­ter est pas­sé de 300 à plus de 20 000. Puis le té­lé­phone s’est mis à son­ner. Et pas qu’une seule fois. Ch­ris­ti­na Bian­co a at­ti­ré l’at­ten­tion des gros ca­nons de la té­lé et de la ra­dio aux quatre coins du monde.

SUR LE PLA­TEAU D’EL­LEN

De ce nombre, El­len De Ge­neres a te­nu à l’in­vi­ter sur le pla­teau de son émis­sion quo­ti­dienne. Queen La­ti­fah a éga­le­ment sui­vi le mou­ve­ment, tout comme l’équipe du To­day Show et plu­sieurs autres émis­sions en Eu­rope et en Aus­tra­lie. Forte de cette vi­si­bi­li­té in­es­pé­rée, Ch­ris­ti­na Bian­co a ré­cem­ment réus­si à vendre tous les billets de quatre spec­tacles à l’hip­po- drome de Londres avant même d’avoir mis les pieds sur ce conti­nent.

«Si on m’avait dit qu’en quelques clics seule­ment, j’al­lais avoir la pos­si­bi­li­té de me pro­duire à des en­droits in­es­pé­rés, je ne l’au­rais ja­mais cru», confie-t-elle.

L’ave­nir semble pro­met­teur pour Ch­ris­ti­na Bian­co. Elle a ré­cem­ment ter­mi­né les re­pré­sen­ta­tions de Ap­pli­ca­tion Pen­ding, au West Side Theatre de New York, spec­tacle pour le­quel elle vient tout juste de re­ce­voir une no­mi­na­tion aux Dra­ma Desk Awards pour la meilleure per­for­mance so­lo. Puis elle s’en­vo­le­ra cette se­maine pour Londres afin d’y pré­sen­ter sept sup­plé­men­taires de son spec­tacle Par­ty of One au cours du­quel elle mêle sa propre voix à celles de ses idoles.

«Je crois sin­cè­re­ment que l’imi­ta­tion est la forme la plus sin­cère de flat­te­rie», ob­serve Ch­ris­ti­na Bian­co en guise de conclu­sion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.