EN­CORE CÉ­LÈBRE

Si l’on vous dit le nom de Rus­sell Pe­ters, sa­vez-vous de qui il s’agit? Pour­tant, l’hu­mo­riste on­ta­rien se pro­dui­ra dans quelques jours au Centre Bell, de­vant plu­sieurs mil­liers de spec­ta­teurs. Le Jour­nal vous pro­pose un sur­vol de la car­rière de cet hu­mo­ri

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND -

Ch­ris Rock a dit de lui qu’il était «la per­sonne la plus cé­lèbre dont per­sonne n’a en­ten­du par­ler.» Dans sa car­rière de 25 ans, Rus­sell Pe­ters s’est pro­duit à gui­chets fer­més en Aus­tra­lie, en An­gle­terre, en Suède, aux États-Unis, en Afrique du Sud, en Inde et au Ca­na­da.

Pour­tant, il est en­core loin d’avoir la cé­lé­bri­té d’autres hu­mo­ristes comme Ch­ris Rock, Ke­vin Hart ou même Aziz An­sa­ri. «C’est drôle parce que j’ai plus de suc­cès que plu­sieurs gens très connus», a-t-il dit au New York Post.

Mal­gré son suc­cès, Pe­ters n’a ja­mais été in­vi­té à l’émis­sion de Da­vid Let­ter­man, pas plus qu’il n’a par­ti­ci­pé à Sa­tur­day Night Live. «La plu­part des hu­mo­ristes ne sont même pas chan­ceux de pou­voir faire une seule tour­née d’aré­nas, a-t-il in­di­qué au Los An­geles Times. Il y a peut-être Dane Cook, Ke­vin Hart et Ch­ris Rock qui peuvent le faire. J’en suis ren­du à ma qua­trième tour­née d’aré­nas. Qu’est-ce qui me manque pour al­ler à Ho­ward Stern? »

HOL­LY­WOOD LE BOUDE

Le titre de sa tour­née, Al­most Fa­mous, se veut ain­si iro­nique par rap­port à sa si­tua­tion. Pe­ters rem­plit par­tout les aré­nas où il se pro­duit, de New York à Londres, en pas­sant par Van­cou­ver et Syd­ney. Mais pro­ba­ble­ment en rai­son de son ab­sence dans un long-mé­trage très po­pu­laire, il n’a pas en­core réus­si à per­cer le grand pu­blic ni à voir les portes d’Hol­ly­wood s’ou­vrir grand de­vant lui.

«J’ado­re­rais faire plus de trucs à Hol­ly­wood, a-t-il men­tion­né au New York Post. Mais je crois que la rai­son pour­quoi je ne suis dans au­cun film ma­jeur, c’est parce qu’Hol­ly­wood est comme l’école se­con­daire. Il faut faire par­tie de la clique.»

Mais Pe­ters se­rait bien mal pla­cé pour se plaindre.

Par­mi les hu­mo­ristes les plus for­tu­nés de la pla­nète, il au­rait en­gran­gé pas moins de 21 mil­lions de dol­lars en 2013 seule­ment. En plus d’une mai­son en On­ta­rio, il pos­sède une ré­si­dence à Ma­li­bu et une à Las Ve­gas.

VIEILLIR AVEC LA TECH­NO­LO­GIE

Dans quelques jours, Pe­ters se pro­dui­ra au Centre Bell de­vant plu­sieurs mil­liers de spec­ta­teurs. Le To­ron­tois porte vi­si­ble­ment les Mont­réa­lais dans son coeur, lui qui vient très ré­gu­liè­re­ment par­ti­ci­per à Just For Laughs. Il a d’ailleurs ani­mé un ga­la au festival, l’an der­nier.

Dans son nou­veau spec­tacle, Pe­ters parle du fait de vieillir, lui qui est bien ins­tal­lé dans la qua­ran­taine.

«Je suis un père de fa­mille et j’es­saie de me dé­brouiller avec toute la tech­no­lo­gie, a-t-il dit à Ci­ty News. Je viens de la der­nière gé­né­ra­tion qui sait com­ment par­ler aux femmes en per­sonne. On di­rait que plus per­sonne n’a cette qua­li­té au­jourd’hui. Je trouve ça plai­sant d’être ca­pable d’al­ler par­ler aux gens.» Rus­sell Pe­ters amè­ne­ra sa tour­née Al­most Fa­mous au Centre Bell ce lun­di. Pour les dé­tails: even­ko.ca.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.