Sexisme der­rière l’écran

De­puis quelques mois, le sexisme dans l’in­dus­trie du ci­né­ma et de la té­lé­vi­sion est un su­jet chaud. Pré­si­dente d’hon­neur du ga­la de l’as­so­cia­tion Femmes du ci­né­ma, de la té­lé­vi­sion et des mé­dias nu­mé­riques, Marina Or­si­ni ré­agit et ra­conte sa propre ex­pé­ri

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Éli­za­beth Mé­nard Le Jour­nal de Mon­tréal

Il y a quelques se­maines, un blogue ano­nyme in­ti­tu­lé «Shit people say to wo­men di­rec­tor» (les conne­ries que les gens disent aux femmes réa­li­sa­trices) est ap­pa­ru sur la toile et a fait par­ler de lui par­tout à tra­vers le monde.

Sur ce blogue, des femmes qui tra­vaillent à Hol­ly­wood sont ap­pe­lées à par­ta­ger ano­ny­me­ment des com­men­taires ou si­tua­tions sexistes dont elles ont été vic­times. «On m’a de­man­dé com­ment je pou­vais réa­li­ser de la té­lé et avoir un en­fant en même temps, ra­conte une in­ter­naute. En­suite ils ont in­si­nué que les femmes ne peuvent pas di­ri­ger des scènes d’ac­tion. On me dit sou­vent ça.»

Des cen­taines de té­moi­gnages comme ce­lui-ci ont été pu­bliés sur le blogue au point que l’Ame­ri­can Ci­vil Li­ber­ties Union (ACLU) a de­man­dé à ce qu’il y ait une en­quête sur les pra­tiques d’em­bauche à Hol­ly­wood. L’as­so­cia­tion af­firme qu’il y a une dis­cri­mi­na­tion gé­né­ra­li­sée à l’en­contre des femmes réa­li­sa­trices.

En 2014, seule­ment 7% des films les plus ren­tables de Hol­ly­wood ont été confiés à des femmes réa­li­sa­trices. C’est 2% de moins qu’en 1998 se­lon l’ACLU.

DIF­FÉ­RENT AU QUÉ­BEC ?

Lors­qu’on en dis­cute avec elle, Marina Or­si­ni af­firme d’em­blée qu’elle n’a pas été vic­time de sexisme dans sa car­rière.

«Mais si je veux pous­ser ça plus loin, je di­rais que ça m’est dé­jà ar­ri­vé de perdre un rôle parce que je ne vou­lais pas faire de nu­di­té», se sou­vient-elle.

C’était il y a long­temps, alors qu’elle au­di­tion­nait pour un film amé­ri­cain. «C’était un réa­li­sa­teur amé­ri­cain et ce n’était même pas écrit dans le scé­na­rio qu’il y avait de la nu­di­té. Il avait juste dé­ci­dé qu’il vou­lait ça dans son film parce que ça lui ten­tait. J’avais le rôle, j’avais pas­sé l’au­di­tion, mais parce que j’ai re­fu­sé et je me suis confron­tée à lui di­sant : je ne vois pas ce que ça va ap­por­ter de plus, j’ai per­du le rôle.» L’ac­trice n’en est tou­te­fois pas res­tée amère. «Pour moi, j’avais ga­gné. Il n’en était même pas ques­tion. Tu te prends pour qui? s’ex­clame-t-elle. Donc oui, on peut ap­pe­ler ça de la dis­cri­mi­na­tion parce qu’un homme qui fait de la nu­di­té ne s’ex­pose pas aux mêmes af­faires qu’une femme. C’est rare qu’on va voir un homme en nu­di­té fron­tale. Mais une femme, on va la voir en 360°.»

Au cours de sa car­rière, Marina Or­si­ni a par­fois fait des scènes de nu­di­té, mais seule­ment lors­qu’elles ajou­taient quelque chose à l’his­toire, pas sans rai­son.

Outre cet évé­ne­ment, sa car­rière à l’écran s’est dé­rou­lée sans ani­croche. «J’ai beau­coup tra­vaillé avec les mêmes réa­li­sa­teurs, Jean Beau­din, Jean-Claude Lord, Mi­chel Pou­lette, etc. Et ce n’était pas des hommes qui m’ont fait sen­tir ou su­bir quoi que ce soit», dit-elle.

Mer­cre­di, Marina Or­si­ni se­ra au ga­la Femmes du ci­né­ma, de la té­lé­vi­sion et des mé­dias nu­mé­riques (FCTMN), qui ré­com­pense des femmes qui se sont dé­mar­quées dans di­vers champs d’ac­ti­vi­té de ces trois in­dus­tries.

CÉ­LÉ­BRER LA RÉUS­SITE DES FEMMES

Cette an­née, les lau­réates sont An­ne­Ma­rie Dus­sault, dans la ca­té­go­rie Pion­nière; France Lau­zière, dans la ca­té­go­rie Car­rière; My­riam Poi­rier, dans la ca­té­go­rie Mé­tier; Voyelles Films (Ga­brielle Tou­gas-Fré­chette et Mé­naïc Raoul), dans la ca­té­go­rie Re­lève et Jade Ray­mond, dans la ca­té­go­rie Rayon­ne­ment d’ex­cep­tion.

«On parle sou­vent de la com­pé­ti­tion entre femmes, mais je ne suis pas sûre que ce soit si vrai, sou­tient Marina Or­si­ni. Moi j’ai gran­di dans une fa­mille où ça n’exis­tait pas ça. On a tou­jours été fières l’une pour l’autre, on a tou­jours épau­lé, se­con­dé, cé­lé­bré l’autre qui réus­sis­sait. Donc j’ai aus­si gran­di dans la so­cié­té comme ça avec mes consoeurs de té­lé, de ra­dio et main­te­nant avec le FCTMN.»

En 2012, elle avait el­le­même été ho­no­rée lors du ga­la. Pour plus d’in­for­ma­tion, ga­lafctmn.ca

Marina Or­si­ni est pré­si­dente d’hon­neur du ga­la Femmes

du ci­né­ma, de la té­lé­vi­sion et des mé­dias nu­mé­riques.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.