Ci­né­ma RE­TOUR AU POINT DÉ­PART DE

C’est cette se­maine que nous dé­cou­vri­rons les ori­gines de la ma­lé­dic­tion d’In­si­dieux avec la sor­tie du tout der­nier cha­pitre de la sa­ga d’épou­vante. Ama­teurs de fris­sons, à vos pop­corns.

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Bru­no La­pointe Le Jour­nal de Mon­tréal bru­no.la­pointe@que­be­cor­me­dia.com

Tout a com­men­cé en 2010. C’est alors qu’on a fait la connais­sance des Lam­bert qui, quelque temps après avoir em­mé­na­gé dans leur toute nou­velle de­meure, dé­couvrent que des forces ma­lé­fiques exercent une em­prise non seule­ment sur la mai­son, mais sur leur fils aî­né, plon­gé dans un mys­té­rieux co­ma.

C’est avec l’aide de la mé­dium Elise Rai­nier qu’ils se sont alors aven­tu­rés dans un monde pa­ral­lèle ap­pe­lé «The Fur­ther» pour ten­ter de vaincre cette pré­sence sur­na­tu­relle re­fu­sant de li­bé­rer leur fils de ses griffes.

UN NOU­VEAU SOUFFLE

Le pre­mier cha­pitre de la sa­ga In­si­dieux est ar­ri­vé à un mo­ment bien par­ti­cu­lier dans le do­maine du ci­né­ma d’épou­vante. À l’époque, la sé­rie Saw ti­rait à sa fin, et tout le mou­ve­ment tor­ture porn, ca­rac­té­ri­sé par des films par­ti­cu­liè­re­ment san­glants et cho­quants, com­men­çait sé­rieu­se­ment à s’es­souf­fler. La nou­velle mode du found foo­tage, tra­duit lit­té­ra­le­ment par «en­re­gis­tre­ments trou­vés», dé­clen­chée avec le mé­ga­suc­cès de Paranormal Ac­ti­vi­ty, di­vi­sait quant à elle les fans. Bref, le ci­né­ma d’hor­reur avait grand be­soin d’un nou­veau souffle.

Pour le réa­li­sa­teur James Wan, les enjeux étaient très éle­vés. Après avoir quit­té la sé­rie Saw au terme du pre­mier cha­pitre, il avait pro­po­sé coup sur coup deux films très, très dé­ce­vants: Dead Si­lence et Death Sen­tence, tous deux en 2007. Avec ce nou­veau pro­jet, il de­vait se ra­che­ter au­près des fans d’épou­vante et prou­ver qu’il avait réel­le­ment sa place dans les rangs des nou­veaux maîtres de l’hor­reur.

Pour ce faire, il a fait ap­pel au scé­na­riste Leigh Whan­nell, avec qui il avait fait équipe pour Saw en 2004. In­si­dieux fut un suc­cès, tant au­près des fans d’hor­reur que des cri­tiques; cer- tains sont même al­lés jus­qu’à dire qu’il s’agis­sait du film le plus ter­ri­fiant de­puis L’Exor­ciste.

RE­TOUR EN FORCE

C’est éga­le­ment le suc­cès d’In­si­dieux qui a per­mis à James Wan de re­ve­nir trois an­nées plus tard avec non seule­ment la suite, plu­tôt so­lide en soi, mais éga­le­ment The Con­ju­ring, lar­ge­ment en­cen­sé par la cri­tique et consi­dé­ré par bon nombre de connais­seurs com- me le meilleur film d’hor­reur de la der­nière dé­cen­nie.

Mal­heu­reu­se­ment, James Wan n’est pas de l’aven­ture pour ce troi­sième cha­pitre; pris sur le tour­nage de Fu­rious 7, il a tout de même lais­sé la sa­ga entre de bonnes mains, soit celles de Leigh Whan­nell qui signe au­jourd’hui sa pre­mière réa­li­sa­tion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.