Jon Hamm et San­dra Bul­lock: Drôle de­couple

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA -

Al­li­son Jan­ney. «C’est mon pre­mier dou­blage de mé­chante, de sou­li­gner l’ac­trice. Mon per­son­nage est très amu­sant. Les Nel­son forment une fa­mille tra­di­tion­nelle, dans la­quelle tous les membres sont des cri­mi­nels. Mon per­son­nage est très po­li, très gen­til, mais il braque des banques!»

San­dra Bul­lock, qui n’a pas hé­si­té à prê­ter sa voix à ce film d’ani­ma­tion, a dit: «Ce que j’aime des Mi­nions est le fait qu’il est im­pos­sible de les com­prendre, et pour­tant, on res­sent ce qu’ils disent. Ils font pas­ser leur émo­tion avec tel­le­ment de convic­tion que la bar­rière de la langue n’existe plus!» Les Mi­nions en­va­hit les salles de ci­né­ma de la province dès le 10 juillet.

La su­per mé­chante, Scar­let Over­kill, est dou­blée par nulle autre que San­dra Bul­lock, tan­dis que son époux, le sa­vant fou Herb, est in­car­né par Jon Hamm, hé­ros de la série Mad Men. Et à eux deux, les co­mé­diens forment un duo pour le moins sur­pre­nant!

Pour San­dra Bul­lock, il était im­pos­sible de re­fu­ser l’offre de Ch­ris Me­le­dan­dri. «J’ai un pe­tit Mi­nion à la mai­son qui est mon fils et il adore les Mi­nions, c’est la pre­mière rai­son pour la­quelle j’ai ac­cep­té [de dou­bler Scar­let Over­kill]. La deuxième, c’est de pou­voir jouer la mé­chante. Tous les ac­teurs rêvent d’in­car­ner le mé­chant par­fait!»

«Scar­lett est une grande in­com­prise. Elle n’a ja­mais pu de­ve­nir prin­cesse. Son but ul­time est de mettre la main sur les bi­joux de la cou­ronne. Elle est convain­cue que le fait de por­ter cette cou­ronne la ren­dra enfin heu­reuse. Nous sa­vons tous, bien sûr, que ce n’est pas le cas, mais c’est son ob­jec­tif.»

Un autre at­trait pour l’ac­trice a été les sous-en­ten­dus des­ti­nés aux adultes. «La re­la­tion entre Herb et Scar­let est as­sez ex­cep­tion­nelle et, comme les pa­rents sont obli­gés de voir les films des­ti­nés aux en­fants des mil­liers de fois, c’est vrai­ment ap­pré­ciable d’avoir un deuxième ni­veau dans le film.» Jon Hamm a été contac­té pour dou­bler la voix du ma­ri de Scar­let, Herb, un sa­vant fou, alors que le deuxième Dé­tes­table moi n’était pas en­core sor­ti. Si le co­mé­dien n’a pas d’en­fant, il n’a pas ca­ché son amour des pe­tits bons­hommes jaunes. «Je suis un grand fan des Mi­nions. Je me suis sen­ti ho­no­ré de pou­voir enfin al­ler jouer dans quelque chose d’aus­si co­ol en aus­si bonne com­pa­gnie.» Il a dé­crit son per­son­nage d’Herb comme «quel­qu’un qui a un goût ex­quis. Il a beau­coup de style. Quand on m’a mon­tré les pre­miers des­sins, je me suis tout de suite dit qu’il était très ‘groo­vy’. Je me suis tout de suite at­tar­dé au ton que j’al­lais lui don­ner. C’est d’ailleurs un as­pect ex­trê­me­ment sym­pa­thique de l’ani­ma­tion, on n’est pas du tout res­treint par l’ap­pa­rence, on peut s’écla­ter avec le per­son­nage.»

Fai­sant écho aux dé­cla­ra­tions de San­dra Bul­lock – qu’il n’a ja­mais ren­con­trée sur le pla­teau de dou­blage, les ac­teurs en­re­gis­trant leurs ré­pliques sé­pa­ré­ment -, il a éga­le­ment sou­li­gné: «Herb est heu­reux de la vie qu’il mène. Il aime sa femme et ap­pré­cie gran­de­ment le fait de construire des armes pour elle». «Ils sont par­fai­te­ment com­plé­men­taires. […] Il la sou­tient, la ré­con­forte… et s’as­sure qu’elle est constam­ment bien ar­mée de gad­gets im­pres­sion­nants! […] Il lui écrit des mots d’amour. Il aime sa femme, ce qui est très mi­gnon!»

PHOTOS COURTOISIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.