UNE IN­TRIGUE QUI MANQUE DE SOUFFLE

∫ Im­mor­tel ∂∂∂∂∂

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Isabelle Hon­te­bey­rie Agence QMI Avec Ryan Rey­nolds, Ben King­sley, Mat­thew Goode et Na­ta­lie Mar­ti­nez.

À la réa­li­sa­tion, Tar­sem Singh et, au gé­né­rique, Ryan Rey­nolds, Ben King­sley et Mat­thew Goode. Oui, ça au­rait pu être bon. Mal­heu­reu­se­ment, les 40 pre­mières minutes pas­sées, Im­mor­tel s’en­lise.

Da­mian Hale (Ben King­sley) est un ri­chis­sime homme d’af­faires qui a un can­cer en phase ter­mi­nale. Comme il ne lui reste plus grand temps à vivre, il a re­cours à un ser­vice d’un genre très par­ti­cu­lier. Ça s’ap­pelle le « shed­ding » (la «mue», comme chez le ser­pent). Comme le lui ex­plique le mys­té­rieux pa­tron (Mat­thew Goode) de cette étrange com­pa­gnie, il s’agit d’une sorte de ré­in­car­na­tion. Au­tre­ment dit, la conscience de Da­mian se­ra trans­fé­rée dans un corps plus jeune, éle­vé en la­bo­ra­toire.

Jusque-là, tout va bien. Hale ac­cepte et tente de se ré­con­ci­lier, sans suc­cès, avec sa fille Claire (Mi­chelle Do­cke­ry de Down­ton Ab­bey) avant sa mort.

À son ré­veil, Da­mian a l’ap­pa­rence d’un jeune homme en pleine forme, il est alors in­car­né par Ryan Rey­nolds. Mais les choses com­mencent à dé­railler quand des sou­ve­nirs – qui ne sont pas les siens – com­mencent à émer­ger. Il com­mence à en­quê­ter et se re­trouve dans une ferme d’une pe­tite bour­gade des États-Unis, dont l’as­pect est en tous points sem­blable à ce qu’il voit dans ses «rêves».

Il dé­couvre alors que ce qu’il crai­gnait est vrai: ce corps n’a rien d’un ori­gi­nal, c’est ce­lui d’Ed­ward, un an­cien sol­dat amé­ri­cain. Il fait alors la connais­sance de sa veuve (Na­ta­lie Mar­ti­nez) et de sa fille (Jay­nee-Lynne Kin­chen), pour qui il a ac­cep­té de «vendre» sa vie afin de payer ses soins mé­di­caux. Mais la com­pa­gnie qui lui a ven­du ce ser­vice en­voie des tueurs aux trousses de Da­mian/Ed­ward, qui fuit avec sa femme et sa fille.

Le dé­but est suf­fi­sam­ment in­tri­gant pour cap­ti­ver. Mal­heu­reu­se­ment, l’his­toire s’es­souffle dès les pre­mières ten­ta­tives de scènes d’ac­tion, quand le scé­na­rio de Da­vid et Alex Pas­tor de­vient une es­pèce de ca­ri­ca­ture amas­sant les cli­chés pré­vi­sibles.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.