LOIN DES TOR­TUES NIN­JAS

Ou­bliez So You Think You Can Dance, Big Bro­ther, Ame­ri­ca’s Got Ta­lent et tous les autres concours du genre.

Le Journal de Montreal - Weekend - - TÉLÉVISION - Marc-An­dré Le­mieux Le Jour­nal de Montréal

La té­lé­réa­li­té qui grimpe en flèche aux États-Unis, c’est Ame­ri­can Nin­ja War­rior. Dif­fu­sée à NBC de­puis 2012 (les pre­mières sai­sons ayant été pré­sen­tées sur G4, une obs­cure chaîne câ­blée), cette com­pé­ti­tion spor­tive di­ver­tit un nombre crois­sant de té­lé­spec­ta­teurs en mon­trant des can­di­dats ten­ter des courses à obs­tacles au ni­veau de dif­fi­cul­té gran­dis­sant.

HUIT CHOSES À SA­VOIR

Voi­ci huit choses à sa­voir sur Ame­ri­can Nin­ja War­rior, le nou­veau phé­no­mène té­lé­vi­suel qui a réus­si à re­mettre les nin­jas au goût du jour… au grand plai­sir de Leo­nar­do, Do­na­tel­lo, Mi­che­lan­ge­lo et Ra­phael.

Ame­ri­can Nin­ja War­rior est une adap­ta­tion du jeu té­lé­vi­sé ja­po­nais Sa­suke, lan­cé en 1997 sur TBS (To­kyo Broad­cas­ting Sys­tem). Le titre ori­gi­nal fait ré­fé­rence au nin­ja Sa­ru­to­bi Sa­suke, hé­ros de plu­sieurs contes pour en­fants.

En comp­ta­bi­li­sant les en­re­gis­tre­ments, la sep­tième sai­son d’Ame­ri­can Nin­ja War­rior ral­lie en moyenne 8,1 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs par se­maine chez nos voi­sins du Sud, se­lon les don­nées confir­mées de Niel­sen. Les rondes de qua­li­fi­ca­tions se sont dé­rou­lées à Ve­nice Beach, San Pedro, Kan­sas Ci­ty, Or­lan­do, Hous­ton et Pitts­burgh. Les rondes fi­nales sont dis­pu­tées à Las Ve­gas.

Di­manche soir, NBC dif­fu­se­ra une émis­sion spé­ciale d’Ame­ri­can Nin­ja War­rior dans la case ho­raire qu’oc­cu­pait le Miss USA Pa­geant de Do­nald Trump. La chaîne a ef­fec­ti­ve­ment ti­ré la plogue sur cette com­pé­ti­tion de jeunes femmes en bi­ki­ni après les ré­centes dé­cla­ra­tions contro­ver­sées du mil­liar­daire, can­di­dat à la chef­fe­rie du par­ti ré­pu­bli­cain. Dans une longue ti­rade, Trump avait dé­crit les im­mi­grants mexi­cains comme des cri­mi­nels, des dro­gués et des vio­leurs.

Comme La Voix, Ame­ri­can Nin­ja War­rior ra­conte la pe­tite his­toire de chaque concur­rent dans une vi­déo pré­sen­tée avant son pas­sage sous les pro­jec­teurs. Par­fois lar­moyants, ces seg­ments montrent la dis­ci­pline de fer des par­ti­ci­pants, qui s’en­traînent jour et nuit pour se tailler une place par­mi les meilleurs. Leur vo­lon­té mé­rite toute notre ad­mi­ra­tion… et nous fait sen­tir lé­gè­re­ment cou­pables d’avoir pas­sé deux heures à re­gar­der leurs ex­ploits phy­siques… écra­sés sur notre di­van!

Ame­ri­can Nin­ja War­rior est aus­si ou­vert aux femmes. Ces der­nières doivent faire le même par­cours que leurs ho­mo­logues mas­cu­lins, ce qui re­pré­sente en soi tout un dé­fi. Mais quand elles réus­sissent, leur joie est im­mense et par­ti­cu­liè­re­ment conta­gieuse.

Les par­ti­ci­pants n’ont pas à res­pec­ter de li­mite d’âge. Mais puisque les par­cours d’Ame­ri­can Nin­ja War­rior sont ex­trê­me­ment exi­geants phy­si­que­ment, la plu­part des concur­rents sont dans la ving­taine… ou en­core dans la tren­taine. Cet été, le plus vieux concur­rent à par­ti­ci­per au concours est âgé de 72 ans. Il s’agit de Chuck Mam­may, un vé­té­ran du Viet­nam ha­bi­tant à Oak Is­land, en Ca­ro­line du Nord.

La plu­part des par­ti­ci­pants d’Ame­ri­can Nin­ja War­rior portent le com­bo Tshirt-short pour ef­fec­tuer le par­cours, mais quelques-uns laissent al­ler leur ima­gi­na­tion. Ré­cem­ment, un agri­cul­teur du Sud a réa­li­sé sa course avec son cha­peau de cow­boy. Un mé­de­cin s’est aus­si pré­sen­té avec son sté­tho­scope au­tour du cou.

Cette an­née, NBC a fixé le grand prix d’Ame­ri­can Nin­ja War­rior à 1 mil­lion $, un som­met dans l’his­toire de cette com­pé­ti­tion. Fait à no­ter, jus­qu’à pré­sent, per­sonne n’a en­core réus­si à ter­mi­ner la course fi­nale et ain­si rem­por­ter la bourse en ar­gent. Se­lon Matt Ise­man, qui anime Ame­ri­can Nin­ja War­rior avec Ak­bar Gba­ja-Bia­mi­la, un ex-joueur de foot­ball re­con­ver­ti en ana­lyste spor­tif, cette ab­sence de ga­gnant fait par­tie du charme du for­mat. «Au dé­part, on n’était pas cer­tain si les té­lé­spec­ta­teurs étaient prêts pour une émis­sion sans vain­queur, mais les cotes d’écoute nous donnent une ré­ponse claire», a com­men­té Ise­man en entrevue au Hol­ly­wood Re­por­ter. NBC pré­sente Ame­ri­can Nin­ja War­rior les lun­dis à 20 h.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.