Un ré­cit tou­jours aus­si ac­tuel

Vous croyez connaître l’his­toire des Trois Mous­que­taires, le clas­sique de cape et d’épée d’Alexandre Du­mas? Le met­teur en scène Serge De­non­court a bon es­poir que sa pièce de théâtre sau­ra vous convaincre du contraire.

Le Journal de Montreal - Weekend - - ACTUALITIES - Bru­no La­pointe Le Jour­nal de Montréal

«Les gens pensent connaître le ré­cit par coeur, mais ils vont dé­cou­vrir qu’ils le connaissent beau­coup moins qu’ils le pen­saient», sou­tient-il. Scep­tiques?

«Qui tue le per­son­nage de Constance Bo­na­cieux?», de­mande Serge De­non­court. «C’est le meilleur exemple. Je pose cette ques­tion à tous ceux qui disent bien connaître l’his­toire. Et per­sonne ne se sou­vient de la ré­ponse.»

Même son de cloche du cô­té de Ju­lie Le Bre­ton. L’ac­trice qui tient le rôle de Mi­la­dy avoue avoir été sur­prise de re­dé­cou­vrir cer­tains dé­noue­ments à la lec­ture de la pièce de théâtre.

«Fi­na­le­ment, on ne se sou­vient que des grandes lignes», at­teste-t-elle.

TOU­JOURS AUS­SI AC­TUEL

C’est ain­si que le pu­blic re­noue­ra bien­tôt avec la bande de D’Ar­ta­gnan sur la scène du Théâtre du Nou­veau Monde, plus de 170 ans après la créa­tion de ces cé­lèbres per­son­nages. Et mal­gré tout ce temps, les in­ter­prètes s’en­tendent pour dire que l’oeuvre d’Alexandre Du­mas n’a pas pris la moindre ride, de­meu­rant aus­si per­ti­nente en 2015.

«La guerre est tou­jours un su­jet d’ac­tua­li­té, l’amour est tou­jours aus­si mer­veilleux, la tra­hi­son fait tou­jours aus­si mal et l’ami­tié est tou­jours aus­si ex­tra­or­di­naire», avance Phi­lippe Thi­bault-De­nis, l’in­ter­prète de D’Ar­ta­gnan.

«On parle de po­li­tique, d’en­jeux so­ciaux et de gens qui vont au bout de leurs convic­tions. Ce sont tous des thèmes uni­ver­sels», ajoute Be­noît McGin­nis, alias Ara­mis.

LA PI­QÛRE

Pour le met­teur en scène Serge De­non­court, pré­sen­ter la pièce de théâtre Les trois mous­que­taires re­pré­sente la réa­li­sa­tion d’un «rêve de p’tit gars».

«Je suis fan de cette his­toire de­puis que j’ai neuf ans», confie-t-il.

Et il sem­ble­rait que son ex­pé­rience sur la pièce Cy­ra­no de Ber­ge­rac, l’an­née der­nière, lui ait don­né la pi­qûre des spec­tacles de cape et d’épée.

«J’avais en­vie d’of­frir un spec­tacle à grand dé­ploie­ment. Ça fait long­temps qu’on n’a pas vu au­tant d’ac­tion, de com- bats, de meurtres, d’his­toires d’amour et d’aven­tures sur une même scène, au Qué­bec. Ça fait long­temps qu’on n’a plus les moyens de faire ça», ex­plique-t-il.

FOR­MA­TION EX­HAUS­TIVE

Afin de bien se glis­ser dans la peau des mous­que­taires, les ac­teurs ont dû suivre une for­ma­tion ex­haus­tive au­près de Jean-Pierre Fournier, maître d’armes de re­nom­mée in­ter­na­tio­nale. Après une qua­ran­taine d’heures d’en­traî­ne­ment, les in­ter­prètes sont au­jourd’hui fin prêts à rendre jus­tice à leurs per­son­nages.

«On in­carne de vé­ri­tables pros de l’épée et du fleu­ret. Si on se bat comme des abru­tis, le pu­blic va vite dé­cro­cher», ex­plique Phi­lippe Thi­bault-De­nis.

Le pu­blic mont­réa­lais au­ra la chance de dé­cou­vrir le fruit de ces ef­forts dès jeu­di sur la scène du Théâtre du Nou­veau Monde.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.