10 FAILLITES SUR­PRE­NANTES DE STARS

Le Journal de Montreal - Weekend - - WEEKEND - Marc-An­dré Le­mieux Le Jour­nal de Montréal

50 Cent a sur­pris plu­sieurs ob­ser­va­teurs cette se­maine en dé­cla­rant faillite. Dans des do­cu­ments lé­gaux, le rap­peur amé­ri­cain de 40 ans af­firme être en­det­té de 50 mil­lions $. Ces ré­vé­la­tions sur­viennent pré­ci­sé­ment deux mois après la pu­bli­ca­tion d’un ar­ticle du ma­ga­zine fi­nan­cier Forbes, qui es­ti­mait sa for­tune à 155 mil­lions $... 50 Cent n’est pas la pre­mière star in­ter­na­tio­nale à dé­cla­rer faillite. Aus­si éton­nant que ce­la puisse pa­raître, plu­sieurs grosses poin­tures du show­bu­si­ness ont fait ban­que­route du­rant leur car­rière. Voi­ci 20 exemples éton­nants.

MAR­VIN GAYE (1976)

Les pro­blèmes fi­nan­ciers du chan­teur ont com­men­cé après son di­vorce. Cri­blé de dettes, le lé­gen­daire ar­tiste Mo­town a été contraint de don­ner à son ex-épouse les droits de son al­bum Here, My Dear.

LAR­RY KING (1978)

Le jour­na­liste à bre­telles avait ac­cu­mu­lé des dettes de 352 000 $ en 1978, se­lon Time Ma­ga­zine. La chaîne d’information CNN l’a en­suite sor­ti du pé­trin en lui of­frant une émis­sion de ra­dio à Washington. Ce ren­dez-vous est fi­na­le­ment de­ve­nu le cé­lèbre Lar­ry King Live, qui est res­té en ondes pen­dant un quart de siècle.

CYN­DI LAU­PER (1981)

Quelques an­nées avant de per­cer grâce au tube Girl Just Wan­na Have Fun, la chan­teuse a dé­cla­ré faillite après avoir quit­té son groupe, Blue An­gel. Dans les temps qui ont sui­vi, elle a ga­gné sa croûte en chan­tant dans un res­tau­rant ja­po­nais dé­gui­sée en gei­sha.

KIM BA­SIN­GER (1993)

Après avoir ache­té la ville de Bra­sel­ton, en Geor­gie, la co­mé­dienne de Bat­man s’est fait pour­suivre en jus­tice pour rup­ture de contrat pour avoir aban­don­né le film Boxing He­le­na, dans le­quel elle de­vait jouer le rôle prin­ci­pal. In­ca­pable de payer les dom­mages ré­sul­tant du ver­dict de culpa­bi­li­té du juge, Ba­sin­ger a avoué être fau­chée.

TLC (1995)

Alors qu’elles trô­naient au som­met des pal­ma­rès avec le disque Cra­zySexyCool, com­pre­nant les tubes Wa­ter­falls et Creep, les filles de TLC avaient des dettes de 3,5 mil--

lions $. T-Boz, Chil­li et Left Eye blâ­maient leur «mau­vais» contrat de disques pour leur si­tua­tion fi­nan­cière pré­caire.

BURT REY­NOLDS (1996)

En­det­té de 10 mil­lions $ après son di­vorce avec Lo­ni An­der­son en 1993, le co­mé­dien a dé­cla­ré faillite trois ans plus tard. De­puis ce temps, ses pro­blèmes fi­nan­ciers font cou­ler beau­coup d’encre. En dé­cembre der­nier, Rey­nolds, 78 ans, a ven­du 600 ob­jets per­son­nels aux en­chères, ali­men­tant les ru­meurs vou­lant qu’il soit fau­ché.

MC HAM­MER (1996)

Après avoir connu la gloire au dé­but des an­nées 1990 avec Can’t Touch This, le chan­teur est ra­pi­de­ment re­tom­bé dans l’obs­cu­ri­té… sans tou­te­fois ra­len­tir son rythme de vie. Ré­sul­tat : en 1996, MC Ham­mer ne ga­gnait tout sim­ple­ment plus as­sez d’ar­gent pour pou­voir payer pour ses ex­cès.

TO­NI BRAX­TON (1998 et 2010)

L’in­ter­prète des suc­cès You’re Ma­kin’ Me High et Un-Break My Heart a dé­cla­ré faillite non pas une, mais deux fois : la pre­mière en 1998 après avoir mis 20 000 $ sur ses cartes de cré­dit et main­te­nu des dé­penses men­suelles de 43 000 $, la deuxième en 2010 après avoir ac­cu­mu­lé des dettes de 50 mil­lions $.

EL­TON JOHN (2002)

Se­lon la BBC, El­ton John me­nait un train de vie d’en­fer avant de dé­cla­rer faillite en 2002. Ses paie­ments men­suels de cartes de cré­dit pou­vaient at­teindre 400 000 $. L’au­teur-com­po­si­teur-in­ter­prète au­rait dé­pen­sé pas moins de 55 mil­lions $ en l’es­pace de 20 mois.

DIONNE WAR­WICK (2013)

Chan­teuse et tante de Whit­ney Hous­ton, Dione War­wick n’ar­ri­vait plus à payer ses fac­tures d’hô­pi­tal. Elle de­vait éga­le­ment 10 mil­lions $ au gou­ver­ne­ment en taxes et im­pôts., se­lon TMZ.

PHOTOS WENN.COM ET D’ARCHIVES

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.