ALAN PAR­SONS DE RETOUR PLUS VITE QUE PRÉ­VU

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE - Yves Leclerc Le Jour­nal de Qué­bec

Avec un marché du disque chan­ce­lant, Alan Par­sons n’avait au­cu­ne­ment l’in­ten­tion de lan­cer un nouvel al­bum. Le mu­si­cien, in­gé­nieur et cé­lèbre réa­li­sa­teur, a chan­gé d’idée et pour­rait s’em­bar­quer dans cette aven­ture en 2016.

Le Bri­tan­nique, qui s’amène en ren­fort sur les Plaines avec le Alan Par­sons Live Pro­ject, à la suite de l’an­nu­la­tion du concert de Nickelback, n’a pas lan­cé de nouvel al­bum de­puis A Va­lid Path en 2004.

«Je ne me suis pas en­core to­ta­le­ment com­pro­mis à cet ef­fet, mais il y a une pos­si­bi­li­té que je me lance dans un nouvel al­bum stu­dio. Il faut que je trouve le temps et que mon ni­veau d’en­thou­siasme suive. Il y a de l’in­té­rêt», a lais­sé tom­ber, au cours d’un en­tre­tien, l’in­gé­nieur der­rière Ab­bey Road, des Beatles, et Dark Side of the Moon, de Pink Floyd.

Mu­si­cien et créa­teur de Tales of Mys­te­ry and Ima­gi­na­tion, I Ro­bot, Py­ra­mid, Eve et The Turn of a Friend­ly Card, Alan Par­sons ne ferme pas la porte à un disque ayant une thé­ma­tique.

«Ce n’est plus vrai­ment très à la mode de faire un al­bum con­cept. Peut-être, si je trouve un bon su­jet», a-t-il in­di­qué. Le mu­si­cien de 66 ans avoue qu’il a été un peu sur­pris lorsque le té­lé­phone a son­né, quatre mois après sa vi­site au Grand Théâtre de Qué­bec, pour un autre concert dans la Vieille Ca­pi­tale.

«C’est amu­sant de voir que l’on re­vient aus­si ra­pi­de­ment. On risque de jouer de­vant une des plus grandes foules de notre car­rière, et c’est quelque chose d’in­croyable», a lan­cé le chan­teur et mul­ti-ins­tru­men­tiste, qui n’en re­vient tout sim­ple­ment pas de se re­trou­ver sur la scène qui au­ra ac­cueilli les Foo Figh­ters et les Stones.

QUA­LI­TÉ SO­NORE

Alan Par­sons avoue que l’ac­cueil qu’il avait re­çu, lors de sa vi­site au Grand Théâtre de Qué­bec, avait été fan­tas­tique.

«Ce fut une su­perbe soi­rée. Le Ca­na­da est un en­droit où la ré­ponse a tou­jours été forte. On aime les gens et on aime y ve­nir. J’ai une belle re­la­tion avec le Ca­na­da», a pré­ci­sé ce­lui qui a ha­bi­té Van­cou­ver et qui y a été à l’école quand il était en­fant.

Alan Par­sons in­dique que sa for­ma­tion n’a pas beau­coup joué dans des évé­ne­ments ex­té­rieurs et dans des fes­ti­vals.

«C’est dif­fé­rent d’un concert en salle, mais j’aime ça. Le son est ha­bi­tuel­le­ment très bon dans les fes­ti­vals ex­té­rieurs, avec moins de pro­blèmes acous­tiques à ré­soudre. J’ai la convic­tion que ça va bien son­ner», a-t-il dit.

Avec un spec­tacle de 75 minutes, Alan Par­sons et ses mu­si­ciens vont concen­trer leur pres­ta­tion sur les vieilles chan­sons du Alan Par­sons Pro­ject.

«Nous al­lons cer­tai­ne­ment lais­ser tom­ber les plus ré­centes et les nou­velles pour nous concen­trer sur les suc­cès», a-t-il ajou­té.

QUELQUES RES­TOS

Alan Par­sons et ses sept mu­si­ciens pré­voient ar­ri­ver quelques jours avant leur pres­ta­tion.

«Nous al­lons avoir un peu de temps pour al­ler dans quelques res­tos et nous amu­ser un peu. Qué­bec est une ville tel­le­ment belle», a-t-il confié. Le Alan Par­sons Live Pro­ject se­ra en ve­dette de­main, à 19 h, sur les Plaines.

PHOTO COURTOISIE

«Qué­bec est une ville tel­le­ment belle», dit Alan Par­sons, au su­jet de son retour en ville dans le cadre du Fes­ti­val d’été.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.