EN QUELQUES MOTS

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE -

∫ Pré­lude: «Iro­ni­que­ment, c’est la der­nière pièce que j’ai com­po­sée. Je vou­lais une pe­tite en­trée en ma­tière qui rap­pelle un peu la mu­sique que j’avais dé­jà faite avant, avec gui­tare acous­tique et ar­ran­ge­ments.»

∫ Oh! Non: «Le thème, comme d’ha­bi­tude, est un peu flou. Ça de­meure une ré­flexion qui se veut plus di­ver­tis­sante en ce qui a trait à la mu­sique et aux mé­lo­dies. C’est une toune que j’ai eu beau­coup de fun à faire.»

∫ Coeoeur gros: «J’ai eu une his­toire amou­reuse l’été pas­sé qui n’a pas du­ré très long­temps. À la fin de tout ça, j’ai écrit cette toune- là. Ça se vou­lait

un peu un clash entre des pa­roles tristes, mais avec un beat qui a du tem­po et quelque chose de tro­pi­cal aus­si.»

∫ Il était une fois: «C’est ma comp­tine. Un soir, je n’ar­ri­vais pas à dor­mir. J’ai pris ma gui­tare et j’ai écrit ça. Si j’ai un en­fant un jour, c’est une chan­son que je pour­rais lui chan­ter.»

∫ La mer à boire: «C’est la plus élec­tro dance de la gang. Je me suis lais­sé in­fluen­cer beau­coup par la mu­sique que j’écoute de­puis long­temps. Il y a des pe­tits clins d’oeil à Ma­jor La­zer, à Di­plo et d’autres pro­duc­teurs amé­ri­cains que j’aime beau­coup.»

∫ Ka­rim et le loup: «C’est le pre­mier single. Le clin d’oeil à Pierre et le loup. Il y a un mé­lange de ce que j’ai dé­jà fait avec de pe­tites in­fluences nou­velles, comme les grosses voix dans l’Au­to­Tune et les vio­lons.»

∫ Dans la nuit qui tombe: «C’est une des pre­mières chan­sons que j’ai tra­vaillées avec la vio­lo­niste Ma­rianne Croft. C’est une des pre­mières fois que je met­tais du vio­lon live en stu­dio, au lieu d’uti­li­ser du sam­pling. »

∫ Trente: «J’ai eu 30 ans en 2014. Cette toune- là se veut un peu un bi­lan de tout ce qui m’est ar­ri­vé avant.»

∫ La course: «Sur cha­cun de mes

al­bums, je mets une chan­son reg­gae, car c’est mon style de mu­sique pré­fé­ré à écou­ter. Il y a aus­si des pe­tites in­fluences de mu­sique dance hall élec­tro.»

∫ Coeoeur de pierre: «Ça parle de ten­sion sexuelle et de cruise entre un gars et une fille. C’est autobiographique, mais ça s’adresse aus­si à tout le monde.»

∫ Les roses: «C’est une chan­son qui se veut un peu fun­ky, dan­sante. Elle parle de plu­sieurs pe­tites choses, sans su­jet par­ti­cu­lier. Chaque per­sonne peut in­ter­pré­ter les pa­roles à sa fa­çon.»

Ka­rim Ouel­let a ven­du 33 000 al­bums de Fox, sor­ti en 2012.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.