DE NOU­VEAUX VERS D’OREILLE

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE - Yves Le­clerc Le Jour­nal de Qué­bec

Ma­thieu La­fon­taine était loin de pen­ser que l’aven­ture Bleu Jeans Bleu, lan­cée à l’hi­ver 2013, était pour du­rer et avoir une suite. La for­ma­tion qui fait dans l’ab­surde est de re­tour avec une deuxième col­lec­tion de vers d’oreille et de plai­sirs cou­pables in­ti­tu­lée Fran­che­ment Wow.

Le groupe qué­bé­cois qui a beau­coup joué à la ra­dio avec les J’te Gâte All Dres­sed, Vul­né­rable comme un bé­bé chat et Cash­mere est de re­tour avec un disque qui, cette fois, louange les fruits frits, le pud­ding, les len­de­mains de veille et les Win­ne­ba­gos.

Ma­thieu «Claude Co­bra» La­fon­taine, l’homme der­rière Bleu Jeans Bleu, avec son com­plice Ch­ris­tian-Adam Gilbert, pré­cise qu’il ya, à tra­vers ces chan­sons un peu folles et ab­surdes, une dé­marche tout à fait sé­rieuse.

«Il n’y a rien de vite fait, de “bot­ché” ou de pris à la lé­gère. Il doit y avoir un sou­ci de qua­li­té, si on veut que ça puisse te­nir la route. C’est un pro­jet qui ne se prend pas au sé­rieux, mais qui est fait sé­rieu­se­ment, même si ça a l’air un peu zo­zo», a lais­sé tom­ber Ma­thieu La­fon­taine, lors d’un en­tre­tien.

Pour ce deuxième al­bum lan­cé sur son éti­quette Cha­let Mu­sique, Bleu Jeans Bleu a ten­té d’ame­ner, sur disque, l’éner­gie que l’on re­trouve dans ses spec­tacles.

«J’avais écrit des pièces, après la pa­ru­tion de l’al­bum Haute Cou­ture Gold, afin de bo­ni­fier nos concerts. Ces chan­sons ont vé­cu sur la route et c’est ce mor­dant et cette drive qui m’ont gui­dé pour la créa­tion de ce deuxième disque», a-t-il ex­pli­qué.

PLUS ROCK

Fran­che­ment Wow est un peu plus rock que la pre­mière col­lec­tion de chan­sons lan­cée en no­vembre 2013. On re­trouve des cou­leurs coun­try, soul, al­ter­na­tives et même une pe­tite touche de dis­co sur Il n’aban­don­ne­ra ja­mais.

«Les deux disques sont aus­si jam­bons dans leur ap­proche. Les titres et les tounes sont aus­si far­fe­lus, mais on s’est per­mis d’al­ler plus loin dans les styles. Il y a des chan­sons rock qu’on n’avait pas sur le pre­mier et les bal­lades qui étaient pré­sentes sur Haute Cou­ture Gold ont été mises de cô­té», a-t-il pré­ci­sé.

LIGNE DI­REC­TRICE

Le mu­si­cien uti­lise souvent, comme point de dé­part pour l’écri­ture d’une chan­son, un mot où une phrase qui l’a fait sou­rire.

«La pièce Y fai­sait bin’trop chaud pour la co­quet­te­rie a été ins­pi­rée par un com­men­taire fait par ma co­pine. Il fai­sait chaud, elle es­sayait de se faire une couette et ça ne fonc­tion­nait pas du tout. Elle a lan­cé: “Bof, il fait bien trop chaud pour la co­quet­te­rie, je ne me fais pas de couette.” J’ai en­ten­du ça et je me suis dit: “Wow, ça fe­rait un bon titre de toune.” Toutes les phrases que j’en­tends, si ça me fait rire, peuvent me don­ner une idée de chan­son. Et une fois que j’ai trou­vé le titre, j’ai souvent la ligne di­rec­trice pour la chan­son. Et si le titre est bon, la toune va être le fun», a-t-il lan­cé.

Une sé­rie de fac­teurs, se­lon Ma­thieu La­fon­taine, ex­plique le suc­cès de Bleu Jeans Bleu. Un suc­cès qui va au-de­là de tout ce qu’il avait pu oser ima­gi­ner.

«L’hu­main moyen, en gé­né­ral, aime rire et être de bonne hu­meur. Et ce qu’on es­saie de faire avec Bleu Jeans Bleu, c’est de don­ner de la bonne hu­meur. Il y a en­suite les gens qui ont vu le spec­tacle et qui en parlent, les chan­sons qui res­tent dans la tête et l’as­pect di­ver­tis­se­ment, avec les so­los à ge­noux et les high-five, qui amènent une com­bi­nai­son ga­gnante», a-til lais­sé tom­ber. Le qua­tuor consti­tué de Claude Co­bra, Wayne Wran­gler, Lou Lee et Jean Le­vis, de­vrait, sous peu, an­non­cer, une pre­mière sé­rie de spec­tacles pour l’été et pour cet au­tomne. Bleu Jeans Bleu pré­sen­te­ra des spec­tacles-lan­ce­ment le 29 mars au Cercle à Qué­bec et le len­de­main au Di­van Orange à Mon­tréal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.