DE RE­TOUR AU BER­CAIL

De­puis plus de 25 an­nées, la cho­ré­graphe Ma­rie Choui­nard pré­sente ses créa­tions aux quatre coins du monde sans la moindre once de stress. Mais quand c’est de­vant le pu­blic mont­réa­lais, la si­tua­tion change du tout au tout. «J’ai tou­jours le trac ici. C’est

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE -

De New York à To­kyo, en pas­sant par Pa­ris, Londres et Ve­nise, la Com­pa­gnie Ma­rie Choui­nard a fou­lé les planches de scènes du monde en­tier.

Il y a pour­tant plus de 10 ans que les oeuvres Pré­lude à l’après-mi­di d’une

faune et Le Sacre du Prin­temps n’avaient pas été pré­sen­tées à Mon­tréal. Après quelques re­pré­sen­ta­tions en France au cours des der­niers jours, les dan­seurs de la com­pa­gnie dé­bar­que­ront sur la scène du Théâtre Mai­son­neuve de la Place des Arts cette se­maine pour re­nouer avec le pu­blic de la mé­tro­pole.

Or­mis l’ajout de 92 mu­si­ciens de l’Or­chestre sym­pho­nique des jeunes de Mon­tréal qui par­ta­ge­ront la scène avec les dan­seurs, les deux oeuvres se­ront sen­si- ble­ment iden­tiques à leurs ver­sions ori­gi­nales, pré­sen­tées dans les an­nées 1990.

«Ce sont de­ve­nu des clas­siques; par­tout où elles sont pré­sen­tées, elle re­çoivent des ova­tions de­bout. Alors je n’ai pra­ti­que­ment rien mo­di­fié de­puis leur créa­tion; quelques pe­tits dé­tails sub­tils, mais que la plu­part des gens ne re­mar­que­ront même pas», ex­plique la cho­ré­graphe au bout du fil.

UN MI­LIEU «TRÈS, TRÈS DUR»

Maire Choui­nard ne le cache pas; l’in­dus­trie de la danse tra­verse pré­sen­te­ment une pé­riode plus dif­fi­cile. Après la fer­me­ture de la com­pa­gnie de danse La La La Hu­man Steps sur­ve­nue l’an­née der­nière, la cho­ré­graphe est consciente qu’elle est «bé­nie des dieux» de pou­voir pour­suivre sa car­rière, tou­jours aus­si foi­son­nante en 2016.

«Le mi­lieu de la danse est très, très dur. Mais il y a tou­jours quelque chose, une sorte de cou­rant, qui passe entre mes dan­seurs et le pu­blic», ex­plique-t-elle.

Une des dif­fi­cul­tés ma­jeures res­te­rait tout de même d’at­ti­rer un pu­blic plus large, plus jeune, dans les salles de spec­tacle. De­puis ses dé­buts en tant que dan­seuse, Ma­rie Choui­nard re­marque que l’âge des spec­ta­teurs se re­trouve presque in­va­ria­ble­ment en haut de 35 ans.

La so­lu­tion à ce manque de re­lève est loin d’être évi­dente. Mais la cho­ré­graphe croit que sa com­pa­gnie a ré­cem­ment fait un pas dans le bonne di­rec­tion en lan­çant sa propre ap­pli­ca­tion pour té­lé­phones mo­biles.

«Pour al­ler cher­cher les jeunes, il faut pas­ser par le web», ex­plique-t-elle.

Pré­lude à l’après-mi­di d’un faune et Le Sacre du prin­temps se­ront pré­sen­tés les 31 mars, 1er et 2 avril à la Place des Arts.

Pré­lude à l’après-mi­di

d’un faune Le sacre du prin­temps

Bru­no La­pointe Le Jour­nal de Mon­tréal bru­no.la­pointe @que­be­cor­me­dia.com

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.