Com­plot et cor­rup­tion dans la sphère po­li­tique

Ré­vo­lu­tion à La­val

Le Journal de Montreal - Weekend - - SOMMAIRE - Louise Bour­bon­nais Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Le Théâtre PÀP et l’au­teur Guillaume La­garde ont choi­si de s’at­ta­quer, à leur fa­çon, à la cor­rup­tion en vou­lant pré­sen­ter sur les planches une his­toire qui ra­conte ce que l’uni­vers po­li­tique au ni­veau mu­ni­ci­pal a de moins élo­gieux. On s’est éga­le­ment ins­pi­ré de la pièce Ubu roi, du mou­ve­ment sur­réa­liste et du théâtre de l’ab­surde, où l’on sou­haite s’en­ri­chir au dé­tri­ment des autres.

«Nous ne sommes pas dans le réa­lisme, mais bien dans le clow­nesque», pré­vient d’en­trée de jeu le co­mé­dien Jacques L’Heu­reux qui in­ter­pré­te­ra sur les planches le maire de La­val, Marc Veilleux.

Afin d’évi­ter tout pro­blème éven­tuel, on a pris soin de chan­ger les noms, même si l’his­toire de Marc Veilleux res­sem­ble­ra par­ti­cu­liè­re­ment à celle de l’ex-maire de La­val, Gilles Vaillan­court. Rap­pe­lons que ce­lui-ci a oc­cu­pé ce poste pen­dant plus de vingt ans et qu’il a été ac­cu­sé par l’Uni­té per­ma­nente an­ti­cor­rup­tion (UPAC) de gang­sté­risme, com­plot, fraude et cor­rup­tion.

LE POU­VOIR

«La pièce est da­van­tage sur l’abus de pou­voir et sur la cor­rup­tion que sur une mu­ni­ci­pa­li­té en par­ti­cu­lier», prend soin de pré­ci­ser Jacques L’Heu­reux.

Néan­moins, deux mu­ni­ci­pa­li­tés se­ront mises de l’avant dans cette pièce. Au maire de La­val s’ajou­te­ra le maire de Mas­couche, Ro­méo, qui se­ra per­son­ni­fié par Marc Bé­land.

«En fait, le maire de Mas­couche et sa femme veulent tuer le maire de La­val pour prendre sa place», an­nonce le co­mé­dien. On es­père avoir da­van­tage de pou­voir et de pri­vi­lège en étant à la tête d’une plus grosse mu­ni­ci­pa­li­té.

«Mer­cedes, la femme du maire de Mas­couche est celle qui porte la cu­lotte dans le couple», sou­ligne l’ac­teur. C’est Kath­leen For­tin qui cam­pe­ra Mer­cedes, une femme des plus am­bi­tieuses. «Le maire de Mas­couche n’est pas très brillant et il se fait ma­ni­pu­ler par Mer­cedes», ajoute-t-il.

DES EN­VE­LOPPES BRUNES

«Il se­ra ques­tion d’en­ve­loppe brune», fait re­mar­quer en riant Jacques L’Heu­reux. «On ver­ra qu’il y a des ma­gouilles avec un in­gé­nieur et un en­tre­pre­neur.»

La pièce mise en scène par Sé­bas­tien Dodge fe­ra éga­le­ment état de l’es­couade Mar­teau et de fonc­tion­naires qui sou­haitent des pour­cen­tages sur des contrats ac­cor­dés.

On se rap­pelle qu’un membre proche de l’ex-maire de La­val au­rait été pris à je­ter de l’ar­gent dans les toi­lettes à l’ar­ri­vée des agents de l’UPAC. À sa­voir si on y fe­ra ré­fé­rence dans la pièce, Jacques L’Heu­reux ré­pond sur un ton amu­sé: «il y au­ra peu d’élé­ments de dé­cors sur la scène, mais il y au­ra une toi­lette.»

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.