DE TROU­BLANTES QUES­TIONS MO­RALES

La ré­pu­tée ci­néaste da­noise Su­sanne Bier et son com­pa­triote Ni­ko­laj Cos­ter-Wal­dau – une des ve­dettes de la sé­rie Le trône de fer – font équipe pour la pre­mière fois dans le film Se­conde Chance, un drame psy­cho­lo­gique sombre et per­cu­tant qui sou­lève de tro

Le Journal de Montreal - Weekend - - CINÉMA - Maxime De­mers

Ils sont deux des vi­sages les plus connus du ci­né­ma da­nois et pour­tant, ils n’avaient ja­mais tour­né en­semble avant ce film, qui a pris l’af­fiche l’an pas­sé au Da­ne­mark après avoir été pré­sen­té en pre­mière mon­diale au Fes­ti­val de To­ron­to.

«On se connaît de­puis long­temps, Ni­ko­laj et moi, et je cher­chais le bon pro­jet qui me per­met­trait de tra­vailler avec lui, a ex­pli­qué Su­sanne Bier, au cours d’un en­tre­tien té­lé­pho­nique ac­cor­dé au Jour­nal cette se­maine.

«Il fal­lait trou­ver un rôle qui lui convien­drait, mais il fal­lait aus­si que nos ho­raires soient com­pa­tibles, ce qui est loin d’être évident parce que Ni­ko­laj tourne beau­coup aux ÉtatsU­nis de­puis quelques an­nées.

«Quand on a com­men­cé à écrire le scé­na­rio de Se­conde Chance avec (le scé­na­riste) An­ders Tho­mas Jen­sen, j’ai ra­pi­de­ment pen­sé à Ni­ko­laj pour le rôle prin­ci­pal. Il a en lui quelque chose d’à la fois hé­roïque et vul­né­rable, qui se prê­tait bien au per­son­nage. J’avais seule­ment des doutes quant à sa­voir s’il se­rait à l’aise dans ce rôle très exi­geant psy­cho­lo­gi­que­ment. Mais il a ado­ré l’idée.»

PRO­PO­SI­TION RA­DI­CALE

Dans Se­conde Chance, Ni­ko­laj Cos­terWal­dau (le Jaime Lan­nis­ter du Trône

de fer) se glisse dans la peau d’An­dreas, un ins­pec­teur de po­lice qui vient d’avoir un en­fant avec sa femme bien ai­mée, Anne (Ma­ria Bon­ne­vie).

Un ma­tin, alors qu’il est ap­pe­lé à in­ter­ve­nir dans une vio­lente dis­pute chez un jeune couple de jun­kies, il est bou­le­ver­sé par une scène dé­ran­geante: le jeune bé­bé du couple a été aban­don­né à lui-même, dans un pla­card.

Quand un drame ter­rible sur­vien­dra dans sa propre pe­tite fa­mille, An­dreas re­tour­ne­ra chez les deux jun­kies pour com­mettre un acte to­ta­le­ment im­mo­ral.

«J’aime sou­le­ver des ques­tions mo­rales dans mes films, men­tionne Su­sanne Bier, dont le drame Un monde

meilleur ( In A Bet­ter World) a rem­por­té l’Os­car du meilleur film en langue étran­gère il y a cinq ans.

«Dans Se­conde Chance, le per­son­nage prin­ci­pal fait quelque chose de mal pour ce qui semble être de bonnes rai­sons. En le voyant à l’écran, on est ten­té de com­prendre et d’ap­prou­ver ce qu’il fait, même si on sait que c’est mal. On est donc for­cé de s’in­ter­ro­ger sur nos va­leurs mo­rales.

Le film, très sombre, pro­pose plu­sieurs scènes per­cu­tantes, dont cer­taines avec de jeunes bé­bés qui s’avèrent par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­ciles à re­gar­der.

«C’était notre choix d’op­ter pour une pro­po­si­tion ra­di­cale et ex­trême, pré­vient Su­sanne Bier.

Al­ter­nant dé­sor­mais entre des pro­duc­tions da­noises ( Af­ter The Wed­ding) et amé­ri­caines ( Se­re­na, Love is All You

Need), la ci­néaste vient de ter­mi­ner le tour­nage de la sé­rie té­lé The Night

Ma­na­ger,Ma­na­ger qui se­ra dif­fu­sée sur les ondes de la chaîne AMC. Elle a ré­cem­ment fait les man­chettes des mé­dias spé­cia­li­sés en ci­né­ma en ac­cu­sant Hol­ly­wood d’ac­cor­der peu de chances aux ta­lents fé­mi­nins.

«Si les films conti­nuent de ne pas re­flé­ter la di­ver­si­té de la so­cié­té, le ci­né­ma ces­se­ra d’exis­ter comme forme d’art», a pré­dit Bier sur les ondes de la BBC.

La réa­li­sa­trice da­noise Su­sanne Bier

dans une Ni­ko­laj Cos­ter-Wal­dau

Chance scène du film Se­conde

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.