EM­MA­NUEL SCHWARTZ Le beau rôle dans Tar­tuffe

Le co­mé­dien Em­ma­nuel Schwartz s’ap­prête à re­le­ver le plus grand dé­fi de sa car­rière en te­nant le rôle-titre de la pièce Tar­tuffe, le clas­sique de Mo­lière, qui se­ra pré­sen­tée en sep­tembre au TNM. C’est lui qui, la sai­son der­nière, a im­pres­sion­né tout le mo

Le Journal de Montreal - Weekend - - ACTUALITÉS - Louise Bour­bon­nais Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

In­ter­viewé au mo­ment où les ré­pé­ti­tions se fai­saient des plus in­ten­sives, il re­con­nais­sait d’em­blée l’im­por­tance de ce rôle. « C’est un grand pri­vi­lège, que j’ai ac­cep­té sans hé­si­ter. C’est le plus grand dé­fi de ma car­rière», a confié l’ac­teur de 34 ans.

Ha­bi­tué des rôles plus mar­gi­naux et plus contem­po­rains, on l’a no­tam­ment vu in­ter­pré­ter, en jan­vier der­nier, le rôle du tueur de masse nor­vé­gien An­ders Beh­ring Brei­vik, dans la pièce Les évé­ne­ments à La Li­corne. Il a éga­le­ment pris part à la tri­lo­gie de Ma­ni So­ley­man­lou dans les pièces Deux et Trois.

Il in­ter­pré­te­ra un rôle ma­jeur dans un clas­sique de Mo­lière pour la pre­mière fois.

UN AVE­NIR PRO­MET­TEUR

Certes, l’ave­nir s’an­nonce lu­mi­neux pour l’ac­teur qui a joué dans une quin­zaine de pièces de théâtre en 12 ans de car­rière.

Dé­jà en jan­vier, il pren­dra part à la pièce Huit, la troi­sième pièce de la se­conde tri­lo­gie de Ma­ni So­ley­man­lou, qui fait suite aux pièces Ils étaient quatre et Cinq à sept. Il par­ti­ra en France l’an pro­chain pour jouer à Pa­ris les pièces Deux et Trois, pour une ving­taine de re­pré­sen­ta­tions dans trois théâtres pa­ri­siens, no­tam­ment au Théâtre du Pa­lais de Chaillot.

«Je suis très chan­ceux», es­time l’ac­teur.

Em­ma­nuel Schwartz sait aus­si ti­rer pro­fit de sa chance en tra­vaillant dur.

Il re­con­naît l’ex­cellent tra­vail de ses pairs, no­tam­ment ce­lui de Ma­ni So­ley­man­lou et de l’équipe de Tar­tuffe.

En plus d’avoir fait de la té­lé l’an­née der­nière – Blue Moon et Les jeunes loups –, il vi­vra en 2016 un nou­veau dé­part au ci­né­ma. Après Lau­rence Any­ways et Chasse-Ga­le­rie, on le verra dans le film Nel­ly d’Anne Émond, qui est sur le point de sor­tir. De sur­croît, il vient de prendre part aux tour­nages de deux autres pro­duc­tions ci­né­ma­to­gra­phiques dont les rôles se­ront plus consé­quents.

UN MO­LIÈRE MO­DERNE

Entre-temps, il se concentre sur Tar­tuffe où il se­ra en­tou­ré de douze co­mé­diens, dont Be­noît Brière (Or­gon) et Anne-Ma­rie Ca­dieux (El­mire).

«C’est un rôle ex­tra­or­di­naire en sub­ti­li­té et en contro­verse, et cette pièce est un chef-d’oeuvre», ex­plique Em­ma­nuel Schwartz avec un en­thou­siasme dé­bor­dant pour son per­son­nage d’im­pos­teur. «Il évo­que­ra un ani­ma­teur de pas­to­rale mo­derne.»

Bien que la pièce ait été créée en 1660, le met­teur en scène, De­nis Mar­leau, a choi­si de cam­per la pièce dans les an­nées 1960.

PLAN DE CAR­RIÈRE

Em­ma­nuel Schwartz as­sure ne pas avoir de plan de car­rière, pré­fé­rant se lais­ser trans­por­ter au gré des pro­jets pro­po­sés. «Je de­meure ou­vert et j’aime faire plu­sieurs choses», ré­vèle l’ar­tiste.

Outre sa car­rière d’ac­teur, la mise en scène de­meure un dé­fi qu’il sou­hai­te­rait éven­tuel­le­ment re­le­ver. En­tre­temps, il ca­resse l’idée de faire de la mu­sique. «Je viens d’une fa­mille de mu­si­ciens et j’aime jouer de la gui­tare», dé­clare-t-il. Il planche d’ailleurs sur un pro­jet avec le pia­niste To­mas Fu­rey, où il pour­rait faire va­loir son ta­lent de rap­peur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.