RAP­PRO­CHER LES DEUX SO­LI­TUDES

Amou­reux de la langue fran­çaise, l’an­glo­phone David Usher a eu l’idée de re­prendre quelques-unes de ses chan­sons fran­co­phones pré­fé­rées et de les adap­ter en an­glais. Sur Let It Play, on peut ain­si en­tendre ses ver­sions des pièces de Du­mas, Alex Nevs­ky et

Le Journal de Montreal - Weekend - - MUSIQUE - Ra­phaël Gen­dron-Mar­tin

Let It Play n’est pas un al­bum de re­prises comme un autre. On s’en rend compte dès la pre­mière pièce, They Will Be­lieve, qui est l’adap­ta­tion de la po­pu­laire On leur a fait croire, d’Alex Nevs­ky.

Sur la nou­velle ver­sion, on peut en­core en­tendre les fa­meux «Pa pa pa pa pa pa» de Nevs­ky. Mais les cou­plets sont chan­tés en an­glais par Usher. Le ma­riage est fort réus­si et nous fait voir les chan­sons d’une autre fa­çon.

«Pour mon nou­vel al­bum, je cher­chais une idée qui pou­vait m’ins­pi­rer, dit David Usher. Je me suis ren­du compte qu’en mu­sique, au Qué­bec, il y a vrai­ment les deux so­li­tudes. Il y a de ma­gni­fiques chan­sons en fran­çais qui ne sont pas écou­tées par un large pu­blic.»

QUELQUES LI­BER­TÉS

C’est un peu pour faire rayon­ner da­van­tage ces chan­sons que l’au­teur-com­po­si­teur s’est lan­cé le dé­fi de les adap­ter en an­glais.

Alors qu’il est res­té fi­dèle à la si­gni­fi­ca­tion de cer­tains textes, David Usher a aus­si pris quelques li­ber­tés sur d’autres mor­ceaux. «J’ai vou­lu lais­ser al­ler mon ima­gi­na­tion, tout en res­pec­tant la chan­son ori­gi­nale.»

Avant de se lan­cer dans l’adap­ta­tion d’une chan­son, il te­nait à avoir l’ap­pro­ba­tion de l’ar­tiste. «Presque tous ceux que j’ai ap­pro­chés ont dit oui. Pour les autres, je com­pre­nais que c’était par­fois dif­fi­cile pour eux, car leurs chan­sons sont très per­son­nelles.»

Le pro­ces­sus de sé­lec­tion des chan­sons n’a pas été si simple. «Il fal­lait ob­te­nir tous les droits de pu­bli­ca­tion. Ce n’est pas fa­cile, car il y avait beau­coup d’ar­tistes et de com­pa­gnies de disques im­pli­qués.»

Une fois les mor­ceaux com­plé­tés, David Usher re­con­tac­tait les ar­tistes et leur fai­sait écou­ter la nou­velle ver­sion qu’il avait créée. S’ils ai­maient son adap­ta­tion, la chan­son était en­suite pla­cée sur l’al­bum.

TOUR­NÉE ET VO­LUME 2

«J’ai vrai­ment ai­mé faire cet al­bum. Comme au­teur-com­po­si­teur, j’ai sou­vent de la dif­fi­cul­té à trou­ver une mé­lo­die ac­cro­cheuse pour al­ler avec des pa­roles. Cette fois-ci, j’avais dé­jà les mé­lo­dies que j’ado­rais. J’ai trou­vé ça beau­coup plus fa­cile.»

Et si ja­mais l’al­bum fonc­tionne, les com­po­si­tions de Mo­no­gre­nade, Ca­ra­col et autres Da­niel La­voie trou­ve­ront peu­têtre écho au Ca­na­da an­glais ou même aux États-Unis.

Avec la sor­tie de l’al­bum, David Usher an­non­ce­ra bien­tôt une tour­née. Le chan­teur confirme qu’il ai­me­rait bien faire un spec­tacle spé­cial à Mon­tréal où se­raient in­vi­tés les ar­tistes du disque.

Et un vo­lume 2 est-il en­vi­sa­geable? «J’ado­re­rais ça, ré­pond-il. J’ai vrai­ment ado­ré le pro­ces­sus d’écri­ture et d’en­re­gis­trer les chan­sons. Mais tout ce­la dé­pend du suc­cès du pre­mier al­bum!» L’al­bum de David Usher, Let It Play, est pré­sen­te­ment sur le mar­ché.

David Usher re­prend les chan­sons d’Alex Nevs­ky, Du­mas, In­grid St-Pierre et Ka­rim Ouellet, pour ne nom­mer que ceux-là.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.